Sly’A, l’auteure du célèbre titre «Wull’ma» a officialisé, samedi, la signature de son contrat avec la maison de production de Frederic Gassita. Visant clairement la scène internationale, la jeune chanteuse gabonaise démarre avec deux titres : «Mbon’gu» et «Appelle-moi».

Sly’A, entourée de son nouveau producteur Frederic Gassita (à gauche) et de son manager Yess May, le 20 avril 2019, à Libreville. © Gabonreview

 

Daniella Boulingui Chachour et Dream Empire, c’est fini ! Son manager Yess May l’assure, il n’y a eu aucun contentieux entre l’artiste et la maison de production camerounaise qui l’avait signée plus d’un an après son départ d’Ekivok Family, le label ayant contribué à la révéler au public en 2014.

Rendue officielle, ce samedi 20 avril, la signature avec la boîte du pianiste et entrepreneur Frederic Gassita se serait faite «au feeling», à en croire Fabrice Bekale (Fabass). «On a été marqués par la prestation en live de la chanteuse, lors de la célébration de la dernière Fête de l’indépendance. Or, ce qui nous attire à AFJ, ce sont les chanteurs et chanteuses qui performent en live», précise le directeur artistique de AFJ Productions. C’est alors qu’elle eût été invitée à se produire sur une composition du patron du label que Sly’A aurait définitivement convaincu celui-ci de la prendre sous son aile.

Moments de la conférence de presse, avec la présentation officielle des deux titres de l’artiste. © Gabonreview

Pourtant, la jeune chanteuse, auteure de deux précédents titres à succès, «Wull’ma» et «Tilo», confirme qu’il ne lui  «manquait rien à Dream Empire». «Ce qui m’a plu à AFJ Productions, justifie-t-elle, c’est l’atmosphère et le mode de travail qui y prévalent. La connexion s’est donc faite plutôt naturellement.» Aussi, promet-elle de «travailler durement» pour atteindre son principal objectif : conquérir la scène internationale au même titre que certaines de  ses aînées, à l’instar de Shan’L la Kinda qu’elle prend aisément pour modèle.

Pour y parvenir, Sly’A propose déjà au public deux premiers titres : «Mbon’gu» (argent en langue Punu du Gabon) et «Appelle-moi».  Le premier est une invite de la chanteuse à la «prise de conscience» adressée aux jeunes filles du monde, dont plusieurs sont attirées par l’argent facile. «C’est à force de travail que l’on obtient ce qu’on désire», conseille la chanteuse qui, dans le second titre cherche l’amour aux côtés du «prince charmant, de l’homme parfait».

À AFJ Productions, l’on présente déjà Sly’A comme «la nouvelle figure de proue» du label, qui annonce également de nouvelles signatures pour les mois à venir.

 
 

2 Commentaires

  1. Yvette Ndong dit :

    C’EST LE MEILLEUR DE TOUT NOS MUSICIENS ET CHANTEURS… https://youtu.be/3VROudDUwDc

    ET POUR TOUS CEUX QUI VEULENT LA VRAIE LIBERTÉ… ECOUTEZ CECI:

    https://youtu.be/uIk6vUXrlec

  2. SERGE MAKAYA dit :

    Quand vous écoutez ceci : https://youtu.be/czLDnDdjp_8

    MERCI SEIGNEUR…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW