Dans un post sur Facebook, l’ancien président du Rassemblement pour le Gabon (RPG) a défendu le maire du 5e arrondissement de Libreville, Chadi Moukarim, accusé d’avoir acheté la nationalité gabonaise. Paul Mba Abessole a appelé à «respecter» ce Gabonais d’origine libanaise.

L’ancien président du RPG s’est offusqué, le 5 février 2019, contre le débat enflant sur la nationalité de certaines personnalités politiques du pays ayant acquis la nationalité au fil des ans. © Gabonreview

 

Au moment où des voix s’élèvent pour décrier l’élection de personnalités d’origine étrangère à la tête de certaines municipalités, le cas de Chadi Moukarim Obame, désigné maire du 5e arrondissement de Libreville, a interpellé Paul Mba Abessole. Sur sa page Facebook, l’ancien président du Rassemblement pour le Gabon (RPG) a défendu l’élu municipal, dont la famille a choisi «le Gabon depuis presque cent ans, sinon plus».

«Attention ! Les Moukarim ont été comme enfants avec nous à Mont-Bouët. Ce sont de vrais Gabonais-Libanais. On ne peut pas les traiter sur le même pied que les autres. Ils n’ont pas acheté leur nationalité comme d’autres. S’ils ont des postes politiques, je pense qu’ils les méritent», a-t-il défendu.

Une sortie tombant sous le sens, tant les débats sur les «vraies» et/ou «fausses» nationalité ont connu une recrudescence à l’issue de l’élection municipale, le 3 février dernier. Une carte d’identité d’un Moukarim circule d’ailleurs sur ces réseaux sociaux pour répondre à cette invective sur la famille. On y voit 1937 comme date d’arrivée au Gabon de cet homme.

Selon Paul Mba Abessolo, il faut respecter ces personnes qui ont décemment et naturellement choisi la nationalité gabonaise. «Respectons-les», a-t-il martelé. Les Moukarim «ont participé à notre combat pour l’indépendance. Ce sont des Gabonais d’origine libanaise. Ils ont choisi le Gabon depuis presque cent ans, sinon plus», a conclu Paul Mba Abessolo.

 
 

5 Commentaires

  1. METT dit :

    Effectivement, pour celui-là je suis du meme avis que le vieux.. Car certains ont effectivement grandit avec nous et c’est pas le cas de ces nouveaux venus et soit disant diplômé de France et des universités peu connue.
    C’est pas d’ailleurs etonnant qu’ils ne trouvent pas des postes de travail en France leur pays d’origine et c’est pas la peine de vous faire une dessin vous savez tous qui ils sont.
    Pour moi quoi?

  2. Léon Nkogue dit :

    Obtient-on la nationalité libanaise après 20 ans de présence au Liban ? En tant que noir, vous ne l’obtiendrez JAMAIS. Le racisme sans ces pays arabes est à l’état PUR.

  3. MBADOU Luc dit :

    Connaissez-vous des Gabonais qui ont sollicité la nationalité Libanaise et ne l’ont pas obtenu ?
    Devons-nous prendre chez les autres ce qu’il y a de mauvais?
    Je pense que le Président MBA ABESSOLO a totalement raison. Les MOUKARIM sont là depuis, ils ont choisi le Gabon et ont investi ici. Ils ne pourront jamais se retrouver au Liban. Là-bas, ils sont comme des étrangers !
    Accompagnons notre frère Gabonais et aidons le à poser les actes dont le 5è a besoin.

  4. diogene dit :

    Peut on acheter sa nationalité ? Au Bongoland, oui car la corruption, l’argent facile, l’impunité, l’absence d’éthique y règnent en maître absolu, y sont encouragés par la hiérarchie qui brime les “indélicats” voulant rester intègres.

    Que dire des fonctionnaires militaires et civiles qui, tout en brandissant le vert jaune bleu, chient dessus en mendiant auprès des usagers ?
    Quelle genre de nation convoquent-t-ils ? Le Bongoland bien sur, hérité du colonialisme raciste et fasciste. Un fantasme néfaste et nuisible peccamineux et pervers.
    Il est difficile de leur en vouloir quand l’exemple vient du plus haut niveau (Foccart et ses complices,Omar et ses esclaves), et perdure depuis plus de 50 ans, néanmoins ils sont coupables. L’impunité et la corruption faisant office de pare feu, la résignation servile faisant office de conscience, l’absence de culture de valeurs solaires et joyeuses faisant office d’éducation populaire et populiste, ils continuent et s’enfoncent chaque jour un peu plus dans la fange donnant par conséquent l’exemple à leurs proches. Nos enfants sont cernés par la corruption dès le plus jeune âge.

    Pour obtenir la nationalité, un délai de un an* est requis si bien entendu le dossier est complet, mais la corruption, encore elle, oblige à des délais bien plus long si on ne s’y livre puisque l’honnêteté gouverne le requérant.
    Personne n’a envie de verser des pots de vin pour obtenir quoique ce soit.

    Il n’y a pas d’amour, seulement des preuves d’amour.
    Vous aurez beau vous égosiller jusqu’à briser vos voix en chantant la Concorde, mesdames et messieurs les corrompu(e)s et corrupteurs, vous n’aimez pas le Gabon.
    Nous en avons la preuve chaque jour.

    *sauf pendant les élections où il suffit de dix minutes et en plus on vous cadeaute.

  5. dima dit :

    Le Gabon est un pays bigarré,une terre de mélange <>.
    Jusqu’où ? Allons nous ignorés cette leçon en POLITIQUE et prétendre construire un Etat exclusivement fait que des pygmées et des bantous. jusqu’ou?.
    Question iconoclaste pour un GABON 1 et indivisible ,notre GABON s’honore a ne faire aucune discrimination sur tout ses concitoyens.

    A bon entendeur MBOLO !!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW