À l’issue du premier congrès extraordinaire du Centre des libéraux réformateurs (CLR), le 14 septembre, Nicole Assélé été élue déléguée générale du parti.


Le président du Conseil politique Jean Boniface Assélé et la déléguée générale Nicole Assélé présentés aux congressistes. © Gabonreview

 

Le Centre des libéraux réformateurs (CLR) a un nouveau patron. Sur proposition du président du conseil politique du parti, Jean Boniface Assélé, Nicole Assélé a été élue par acclamation, le 14 septembre, déléguée générale du CLR.

La revitalisation de la direction du parti a été décidée par le premier congrès extraordinaire du parti, tenu en marge des festivités du 25e anniversaire du CLR.  Tenu sous le thème «le centrisme pour reformer et changer dans la continuité», ce congrès avait un seul point à l’ordre du jour : la modification de certaines dispositions du statut et du règlement intérieur du parti.  Visiblement, les congressistes ont embarqué le CLR dans la voie de la revitalisation des structures décisionnelles.

Le réaménagement statutaire a débouché sur la création d’un nouvel organe dénommé conseil politique, la création d’un nouveau poste de président du conseil politique en tant que garant du respect des statuts et du règlement intérieur ainsi que de l’intégrité du parti. Au nombre des innovations figure également la réforme du directoire, avec à sa tête un délégué général ; le rattachement de l’inspection des services et de la trésorerie à la délégation générale, ainsi que l’élévation des responsables des organes spécialisées au rang de secrétaires généraux adjoints. Le parti dispose désormais d’un secrétaire général adjoint chargé des femmes, des jeunes et des notables.

Les congressistes du Centre des libéraux réformateurs, le 13 septembre 2019. © Gabonreview

Ainsi, les organes décisionnels du CLR sont le congrès, le conseil politique et le directoire du parti. Le conseil politique est dirigé par un président du conseil politique (poste dévolu exclusivement au président-fondateur du CLR). Le directoire du parti est placé sous l’autorité du délégué général.

«Le centre que je propose doit être soutenu par une base constante de l’existant, l’avenir du CLR doit se construire à la fois avec ce qui existe ; ses hommes et femmes quel que soit leur âge. Il ne s’agit pas d’une rupture brutale, mais d’un changement harmonieux tout en préservant les acquis», a déclaré le président du conseil politique, Jean Boniface Assélé.

Lors de sa première prise de parole, le délégué général du CLR a salué ce passage de témoin sans friction.  L’histoire retiendra «comme une marque indélébile, qu’après avoir combattu le bon combat durant plusieurs années, un leader politique a librement et pacifiquement procédé à la mise en place d’un processus qui préfigure une relève préparée et compétente

Nicole Assélé assure que son action s’inscrira dans une dynamique d’innovation, de création et de concrétisation, non sans rappeler que l’ancrage de ce parti est et demeure le centrisme.

 
 

4 Commentaires

  1. Mezzah dit :

    On dirait la famille Lepen vous n’avez pas honte. Il y’a bien des gens capables dans ce parti, et vous voulez qu’on vous prenne au sérieux!

  2. Mikouma Paul dit :

    Cette fonction politique est-elle compatible avec le statut militaire du colonel Assele ?

  3. FINE BOUCHE dit :

    Je suis sûrement de nature pessimiste. Tant que ces personnages seront et feront la vie politique. Aucune avancée ne sera possible. Et la liste est très longue
    etde tous les bords politiques, il y a de vrais fossoyeurs

  4. Axelle MBALLA dit :

    Colonel ASSELE? Heureusement qu’elle n’a jamais soigné personne et que la police au Gabon s’appelle ASSELE. Mais bon…Les copies des notes de son passage au Maroc sont toujours disponibles. On les partagera le moment venu….Colonel….Vraiment!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW