Après le tollé provoqué par la réaction de Pierre-Emerick Aubameyang sur la nomination sans accord de son père à la tête de l’équipe des Panthères du Gabon, la Fédération gabonaise de football (Fegafoot) rejette toute la faute sur le ministère des Sports qui l’aurait pressée de communiquer.

Alain-Claude Bilie-By-Nze, minitre des Sports. © Gabontribune.com

 

Alain-Claude Bilie-By-Nze aurait-il simplement voulu faire du buzz lorsqu’il a instruit mercredi dernier la Fegafoot de rendre officielle la composition du staff technique de l’équipe nationale de football ? Tout porte à croire que oui. C’est, en tout cas, ce qu’il ressort du communiqué publié, vendredi 21 septembre, par la fédération en réponse au post sur Instagram de Pierre-Emerick Aubameyang, qui l’accuse d’avoir nommé son père, Pierre François Aubame Eyang, sans son consentement et en ne se préoccupant pas de son état de santé actuel. L’international gabonais, en froid avec la Fegafoot depuis quelques temps, assure par ailleurs que son père a décliné l’offre.

Piquée au vif, puisque moquée sur les réseaux sociaux depuis le post de l’attaquant des Panthères du Gabon, au point que certains n’hésitent plus à demander la démission du président Pierre Alain Mounguengui, la Fegafoot rejette toute la faute sur le ministère des Sports. La tutelle, dit-elle, n’aurait pas tenu compte de la volonté d’Aubame «Yaya» de donner sa réponse le jeudi en après-midi. Alain-Claude Bilie-By-Nze l’aurait pressée de communiquer. Prétextant ne pas avoir voulu engager «un rapport de forces avec sa tutelle», la Fédération dit s’être simplement exécutée, mais affirme toutefois avoir rappelé le sélectionneur nommé… «sans succès».

Expliquant enfin que sa démarche «a été à la fois guidée par la bonne foi de la tutelle qui avait reçu Daniel Cousin et la volonté habituelle maintes fois exprimée par Pierre Aubame Eyang d’entraîner l’équipe nationale», la Fegafoot dit refuser d’assumer la responsabilité de «cette situation qui aurait pu être évitée au regard de la multitude de compétences locales, disposées à servir la Nation». La réaction du ministère des Sports mis en cause est attendue.

Pour l’heure, les contreperformances de l’équipe nationale de football continuent de la faire régresser dans le classement Fifa, dont l’actualisation a été faite jeudi dernier. De 86e, les Panthères du Gabon sont désormais classées 87e mondial et 19e sur le plan continental.

 
 

2 Commentaires

  1. Fayo dit :

    La Fegafoot, quand elle dit au regard des multiples compétences, c’est parce qu’elle avait choisi Mbourounot dont les compétences se vérifient par le premier titre continental qu’il a rapporté, une performance historique qui lui donne la légitimité du poste. Alain Claude Bilié Bi Nzé sous la dictée d’Ali Bongo et ce perroquet ont imposé Aubame et Cousin, proches du pouvoir. Le du clientélismes qui tue l’efficacité de l’administration et la gouvernance dans notre pays a encore frappé dans ce choix. Alain Claude Bilié Bi Nzé pose problème partout où il passe parce qu’il croit que parce qu’il est ministre il endosse les responsabilités des experts et spécialistes des départements ministériels qui en principe un avis plus éclairé dans leurs domaine d’expertise. Bilié Bi Nzé croit que si on le nomme à la communication ou au sport, il devient le plus grand spécialiste dans le domaine. En froid avec les professionnels de la communication à son précédent poste, ce communiqué révèle qu’il n’y a pas entente non plus avec les fédérations. Mapangou a raison sur son cas. Sur le plan national même, le mauvais climat social aussi a souvent reçu les apports aggravant des discours de ACBB. On ne peut pas compter sur Ali Bongo pour ne plus voir ce mauvais élément, grand acteur de l’instabilité et du manque de cohésion.

  2. As dit :

    Tu as raison sur toute la ligne: l’incompetance generale. juste savoir si la fegafoot n’a pas droit ou competence a contacter directement aubame yaya, pas defenseur du ministere de sport juste pour la coehesion du foot…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW