Le maire de la commune de Libreville, Jean François Ntoutoume Emane, a présenté récemment en présence d’un parterre d’invités, le premier numéro de ‘’Notre cité’’. Un journal qui ambitionne de faire en sorte que tout le monde se retrouve dans la dynamique municipale.

Magazine municipal de Libreville

Pour donner plus de clarté à cet événement, la mairie y associé la miss Gabon 2012, Marie Noël Ada Meyo, dont le père est un agent de cette administration et qui a pour passion la communication. Quelques représentations diplomatiques étaient également présentes.

Dans son propos liminaire, Jean François Ntoutoume Emane a expliqué que cette parution vient remplacer les précédentes publications dont ‘’ la cité’’, puis ‘’La cité bouge’’, sans successeurs depuis 2006. En fustigeant les parutions éteintes, le premier citoyen de la ville a souligné qu’il s’agissait de combler un vide, de répondre à un besoin. Car, «pendant trois ans et demi, nombre d’actions municipales qui méritaient une meilleure diffusion quantitative et qualitative ont souffert d’un déficit de communication», a expliqué le Maire de Libreville, Jean François Ntoutoume Emane.

Ce bimensuel au format tabloïd, selon l’édile de Libreville, serait mieux structuré que ses devanciers, plus instructif, plus éducatif et veut s’inscrire dans l’air du temps, l’objectif principal étant de remettre les Librevillois au cœur de l’action municipale, et donc de leur ville.

Dans ce numéro, les rubriques sont pourtant assez clasiques :  éditorial, environnement, économie, page magazine, tourisme, dossier, “Dans la maison commune”,  Conseil municipal, infos municipales, who’s who, Libreville by night etc. La publicité y occupe également une place importante.

Ces rubriques entendent apporter des informations sur l’actualité de la marie centrale, mais aussi des mairies d’arrondissement et des quartiers. «Il s’agit donc de nous permettre de nous communiquer en interne et en externe», a précisé M. Ntoutoume Emane.

Ce journal vient s’ajoutter à la radio municipale, qui a été entièrement remise à niveau, en attendant la mise en service d’une chaîne de télévision municipale.

 
 

3 Commentaires

  1. Citoyen libre dit :

    Par respect pour la population librevilloise la Marie aurait pu dans un premier temps trouver d’abord la solution de la décharge de Mindombe avant de faire apparaitre cette revue qui contraste totalement avec la réalité.

  2. danny kouele tole dit :

    Bonjour, a-t-on fait le bilan de l’existance de la radio municipale? Elle reste jusqu’ici l’une des FM moyen écoutée, si ce n’est pour la musique.Le contenu de La voix de la cité ne colle pas avec la réalité de LBV.Soyons serieux devant les visiteurs, Mindoubé demueure une chique dans le pieds de la mairie.Personne ne cache le soleil de la main.Nos autorités se moquent de qui? Un canard municipal pour sortir de l’argent, oui.Mais une enveloppe pour solutionner la décharge publique, il n’y a pas.Que le service de la communication communique réellement.A quoi servent les conseillers en communication? Peut-etre porteurs de valises de leurs rois.Bienvenue tout de meme dans le monde pourri de la presse.Danny Kouélé Tolé, Reporter-Port Gentil

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW