Pour le ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures qui l’a officiellement remis au Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, le 8 août, ce nouveau code des hydrocarbures permettra au Gabon de booster son secteur pétrolier en attirant et faisant la part belle aux investisseurs internationaux.

Julien Nkoghe Bekale recevant de Noël Mboumba le nouveau code des hydrocarbures, le 8 août 2019, à Libreville. © Communication gouvernementale

 

Noël Mboumba, le 8 août 2019. © Communication gouvernementale

C’est avec une certaine fierté que Noël Mboumba a présenté, jeudi 8 août, dans ses grandes lignes la loi n°002/2019 du 16 juillet 2019 portant réglementation du secteur des hydrocarbures en République gabonaise. Devant le Premier ministre à qui il a officiellement remis le nouveau code des hydrocarbures, le ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures a assuré que cette loi impulse une nouvelle donne, notamment grâce à son «caractère attractif du point de vue fiscal et juridique».

«Avec le code de 2014, le Gabon était pratiquement l’avant-dernier parmi les pays possédant le code le moins attractif au niveau de l’Afrique, a-t-il rappelé. Il y a eu par la suite des évolutions qui nous ont permis de nous positionner au milieu du tableau. Mais aujourd’hui, avec toutes les dispositions fiscales mises en place par le nouveau code, nous nous situons parmi les pays possédant les codes les plus attractifs» au niveau du Golfe de Guinée.

Face aux membres du gouvernement et à l’ensemble des opérateurs économiques ayant contribué à l’élaboration du document, Noël Mboumba a fait quelques comparaisons entre l’ancien code datant de 2014 et celui de 2019. Il s’est notamment appesanti sur les questions liées aux explorations dans les zones d’exploitation qui ne sont désormais plus interdites, la prise en compte du biocarburant, la suppression des impôts sur le revenu, etc. Pour le ministre, ce nouveau code permettra au Gabon de booster son secteur pétrolier «en déclin depuis 2005».

35 blocs toujours aux enchères

Noël Mboumba en est convaincu, grâce à la loi n°002/2019, le Gabon verra s’intensifier le volume des investisseurs pétroliers. Il compte notamment sur la prise des blocs, dont 12 sont situés en zones dites conventionnelles et 23 en eaux ultra profondes. Devant courir jusqu’au 30 septembre 2019, une campagne de soumission au 12e appel d’offres pour l’attribution des permis d’exploration pétrolière a été lancée en novembre 2018.

Selon le ministère du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures, le nouveau code a pour objectif, «à très court terme», d’augmenter les réserves grâce à «l’exploitation plus poussée du gaz et la hausse de la production des hydrocarbures». La conséquence attendue : «l’accroissement des recettes de l’État».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW