Le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), Lin Mombo, a qualifié de réussite sur le «plan technique» la migration vers la numérotation à neuf chiffres.

Le président de l’Arcep, Lin Mombo est satisfait de la migration vers la numérotation à neuf chiffres. © D.R.

 

Les récriminations des usagers de la téléphonie mobiles n’ont pas réussi à doucher la confiance du président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes et celles de ses collaborateurs, à l’issue de l’opération de migration vers la numérotation à neuf chiffres.

Une semaine après la mise en œuvre de l’opération, et malgré les critiques sur les gênes occasionnées par celle-ci, Lin Mombo n’a pas manqué de féliciter les opérateurs pour la «réussite technique» de cette importante opération. «Le passage du plan de numérotation de huit à neuf chiffres s’est déroulé avec succès. Le numéro de chaque abonné est passé à neuf chiffres comme prévu» a-t-il déclaré, précisant que le changement d’un plan de numérotation téléphonique est une opération technique complexe, de grande envergure à l’échelle mondiale.

«Grâce à cet indicatif supplémentaire, les possibilités de numéros sont passées de 1 million à 2 millions pour les opérateurs Libertis et Airtel Gabon», a indiqué Lin Mombo. Les quelques difficultés rencontrées, notamment l’accès aux services de monnaie électronique, l’activation de certains forfaits voix et data, la tarification d’appels pour les groupes fermés d’usagers, les appels en provenance de certains pays, ont été identifiées et résolues par les opérateurs, assure le président de l’Arcep.

Si certains abonnés ont souhaité que le changement de numéros de leurs contacts se fasse automatiquement par les opérateurs au moment de la migration, de l’avis de Lin Mombo, cette éventualité n’est pas possible, a-t-il affirmé, assurant que les opérateurs de téléphonie mobile ne disposent d’aucun droit pour infiltrer les répertoires des abonnés qui demeurent des outils personnels et confidentiels.

Cependant, pour permettre aux abonnés de s’approprier la nouvelle numérotation téléphonique, l’Arcep a prévu une période transitoire de trois mois pendant laquelle la nouvelle numérotation et l’ancienne numérotation vont coexister, uniquement pour les services de téléphonie vocale et des SMS aussi bien sur le plan national qu’international.

«Je rassure que nous avons laissé une marge de manœuvre pour les anciens numéros, car nous sommes là, dans le cadre des routes parallèles qui sont restées ouvertes pour une validité de trois mois afin que les uns et les autres s’adaptent» a indiqué Lin Mombo, précisant que «pour les services de transfert d’argent et de paiement par mobile, l’utilisation des nouveaux numéros à neuf chiffres est obligatoire».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW