Selon un nouveau rapport de l’Organisation des Nations unies, 257 millions de personnes souffrent de la faim en Afrique, soit 237 millions en Afrique subsaharienne et 20 millions en Afrique du Nord, hypothéquant ainsi les efforts d’éradication de ce phénomène au double plan africain et mondial.

59 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent de retard de croissance. © Hannah Magee 902

 

Le nouveau rapport des Nations Unies intitulé «Aperçu régional de la sécurité alimentaire et de la nutrition en Afrique», publié le 13 février 2019, s’inquiète de la progression effrénée de la faim en Afrique. Elle entrave ainsi les progrès réalisés ces dernières années et les efforts d’éradication déployés pour atteindre les objectifs de Malabo 2025 et le Programme de développement durable 2030, en particulier l’Objectif de développement durable 2 (ODD 2).

Selon les derniers chiffres compilés dans ce rapport, élaboré conjointement par le Bureau régional de la FAO pour l’Afrique et la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), 257 millions d’Africains souffrent de sous-nutrition chronique, soit 1 personne sur 5 ; 59 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent de retard de croissance ; 13,8 millions d’enfants de moins de cinq ans sont émaciés et 9,7 millions d’enfants de moins de cinq ans sont en surpoids.

«L’aggravation de la tendance en Afrique est due à la fois à la crise économique mondiale et à la dégradation des conditions environnementales alors que de nombreux pays souffrent de la variabilité climatique ou de conditions climatiques extrêmes ou encore des deux à la fois.»

Par ailleurs, «le ralentissement de la croissance économique en 2016, du fait de la faiblesse des prix des produits de base, en particulier le pétrole et les minéraux, n’a pas arrangé les choses. L’insécurité alimentaire s’est aggravée dans les pays touchés par des conflits souvent accompagnés de sécheresses ou d’inondations. En Afrique australe et orientale, de nombreux pays ont souffert de la sécheresse», ont déclaré Abebe Haile-Gabriel, sous-directeur général de la FAO et représentant régional pour l’Afrique et Vera Songwe, secrétaire exécutive de la CEA, dans leur préface conjointe du rapport.

«Par rapport à 2015, on compte 34,5 millions de personnes sous-alimentées de plus en Afrique, dont 32,6 millions en Afrique subsaharienne et 1,9 million en Afrique du Nord. Près de la moitié de l’augmentation est due à l’accroissement du nombre de personnes sous-alimentées en Afrique de l’Ouest, tandis qu’un tiers se trouve en Afrique orientale», indique l’ONU, appelant à davantage d’efforts nécessaires pour atteindre l’ODD 2 et les objectifs mondiaux en matière de nutrition compte tenu des défis importants auxquels le continent est confronté, tels que l’emploi des jeunes et le changement climatique.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW