Le président Ali Bongo recevra, ce vendredi 12 juillet, le président de la République de Guinée Équatoriale, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. Il est question d’une visite de travail et d’amitié.

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo et Ali Bongo, le 8 juin 2019, au palais présidentiel de Libreville dans le cadre du 10ème anniversaire de la disparition d’Omar Bongo. © Facebook/PresidenceGabon

 

S’il était présent au Gabon le 8 juin dernier à la faveur de l’hommage solennel rendu à Omar Bongo pour le dixième anniversaire de sa disparition, le président de la Guinée Équatoriale, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, est de nouveau attendu à Libreville, ce vendredi 12 juillet. Il vient cette fois pour «une visite de travail et d’amitié au Gabon», selon les termes d’un avis du service de communication présidentielle du Gabon.

Au cours de ce séjour dont la durée n’a pas été communiquée, mais qui devrait durer moins d’une poignée d’heures selon le nouvel usage consécutif à la convalescence d’Ali Bongo, les deux hommes devraient «échanger sur le renforcement de la coopération bilatérale et multisectorielle entre le Gabon et la Guinée Équatoriale». En langage convenu, la présidence gabonaise indique qu’il sera également question du «renforcement de la coopération bilatérale et multisectorielle» entre les deux pays et «des sujets d’intérêt commun liés notamment aux questions de développement, de sécurité et de paix dans la sous-région».

Cette visite intervient moins d’un mois après la ratification, par le Parlement gabonais, du projet de loi portant compromis de Marrakech quant à la saisine de la Cour internationale de justice (CIJ) sur le différend frontalier de l’Île Mbanié ; la nationalité cette île ayant causé, par le passé, quelques frictions diplomatiques entre le Gabon et la Guinée équatoriale. Signé en 2016 à Marrakech, en marge de la Cop 22, entre Ali Bongo et Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, le fameux compromis est un accord marquant la volonté des deux pays à être jugé par la CIJ en vue du règlement de ce conflit territorial datant de 1974. On pense cependant que ce sujet ne sera pas abordé durant les échanges entre les deux présidents.

 
 

14 Commentaires

  1. Le Chat dit :

    On attend ALORS Une CONFÉRENCE DE PRESSE EN DIRECT ” du live “, non !?

    Si, ce n’est pas le cas, c’est définitif. Laccruche Fargeon français de directeur de cabinet se pavanant avec une Rolls-Royce très coûteuse 342 000 € près de 230 millions de F. CFA, nous ment sur le cas Ali Bongo ” vivant “. Nous allons entériner qu’il est bien MORT, S’IL N’Y A PAS DE DIRECT. ILS NE POURRONT PLUS SE JUSTIFIER ! ET CELA TRADUIRAIT UNE HAUTE TRAHISON, UN PARJURE AU SOMMET DE l’État Gabonais. Et, ceci engagera des poursuites judiciaires devant la justice.

    RIEN QUE DU DIRECT ! ” LIVE “!

  2. Serge Makaya dit :

    Il le fait maintenant pour épargner à son fils la prison. Tout s’achète désormais. Pauvre vendu d’Obiang Nguema Mbasogo. Cela ne nous empêche pas de continuer à crier haut et fort que BOA est bien MORT.

    Autre chose: le PD de Macron à reçu à son RIGOLO PALAIS la diaspora africaine, SAUF (sans surprise) la diaspora gabonaise. Si vous ne comprenez toujours pas c’est que vous êtes des imbéciles ou des aveugles.

    ALI Bongo est bien MORT.

  3. Jessica Ndong dit :

    FOU-TAI-SE Game is OVER!

  4. Mebiame Claude dit :

    L’usurpateur et assassin défunt (comme son defunt fils adoptif BOA) Omar Bongo n’avait pas tort de dire que la France sans le Gabon est une voiture sans carburant. Par contre, en disant que le Gabon sans la France est une voiture sans chauffeur, il le disait JUSTE pour SAUVER son fauteuil présidentiel. Le Gabon et le reste de l’Afrique peuvent très bien se passer de cette pauvre France.

    Le président Equato Guinéen fait ce cinéma pour SAUVER son fils qui risque la prison. Vous comprenez ? Il n’a pas de choix. Il joue le jeu du Quai d’Orsay ou francafrique. CECI POUR VOUS CONFIRMER QUE ALI BONGO EST BIEN MORT. LE RESTE C’EST DE LA POUDRE AUX YEUX OU DES SOMNIFÈRES POUR ENDORMIR LE PEUPLE GABONAIS. Comprenne qui voudra. NB: ce n’est pas Laccruche Alihanga Fargeon qui “gère” actuellement le Gabon. Il est juste une marionnette entre les mains de la France. Et il se pourrait que cette pourriture de France voudrait justement nous l’imposer comme président (ou nouveau valet ou préfet). Peuple gabonais, il est venu le temps de te réveiller.

    J’en veux aussi à Mr Jean Ping. Votre silence est dévastateur pour le Gabon. Ayez le courage d’annoncer la mort de BOA. Votre parole sera plus CRÉDIBLE que celle du citoyen lambda. Vous n’avez plus rien à perdre, mais plutôt TOUT À GAGNER. ET VOUS RENTREREZ DANS L’HISTOIRE DU GABON. Prenez votre courage à deux mains. N’ayez pas peur. Les gabonais comptent sur vous pour libérer le pays. Cette phrase vient d’ailleurs de vous. Vous disiez, rappelez-vous:”Nous devons aller jusqu’au bout pour libérer le pays”. Vive le Gabon LIBRE.

    • ISABELLE dit :

      Merci Mébiame Claude d’attirer l’attention du leader de l’opposition Jean Ping. J’espère qu’il va vous lire. On lui demande juste d’oser dire que ce PORC de BOA est bien MORT. Une telle ANNONCE venant de lui va secouer la classe politique jusqu’en France. La suite, on verra bien. Pourquoi il a peur ? Les autres leaders n’ont pas eu peurs : Nelson Mandela, Martin Luther King, et bien d’autres… Mr Jean Ping, vous avez dit: “Nous devons aller jusqu’au bout pour libérer le pays”. NOUS ? Donc vous aussi et en premier s’il vous plaît…

      • KIEM dit :

        Comme dit l’adage : “en toute chose, malheur est bon”, Ping a été élu par les Gabonais, c’est incontestable, mais nous commençons à comprendre que ce monsieur n’a pas l’étoffe d’un dirigeant, il est loin d’être un Mamboundou ou un Mba Obame, il faut désormais regarder ailleurs pour sauver le pays.

  5. Bruggesman Pierre dit :

    Obiang Nguema Mbasogo, une marionnette comme la plupart des président africains. Et depuis peu, il n’a plus de choix que de se plier devant le sosie Ali Bongo. Pourquoi ? A cause des problèmes de justice de son fils. C’est la condition posée par la France. C’est bien triste ce qui se passe chez-vous au Gabon. Mais sachez que la liberté ne se donne pas. Elle s’arrache.

    NB: je suis un belge, ami du Gabon. J’ai été de longues années au Gabon comme diplomate (de 1973 à 1985). Vous avez un beau pays, comme le reste de l’Afrique. Mais la France vous empêche de décoller. La même chose avec la RDC (ex Zaïre) étouffée par la Belgique, la France et les USA.

    Pour libérer le Gabon (et l’Afrique), il faut une révolution de grande ampleur. Au passage, ce n’est pas du mensonge au sujet d’Ali Bongo. Il est bien mort en octobre 2018 à Ryad. Et c’est gardé SECRET par la France qui prépare le futur successeur, pour ne pas dire la future marionnette.

    COURAGE PEUPLE GABONAIS !!!

  6. CHRISTINE Madeleine dit :

    Je suis profondément déçu par des personnes comme le Dr Daniel Mengara ou le Père Paul M’ba Abessolle. Vos silences sont comme de poignards sur les dos des gabonais.

    Dr Daniel Mengara, où êtes-vous avec votre parti BDP (Bongo Doit Partir) ? Nous sommes presqu’arrivés au départ de l’imposteur-assassin BOA, et vous, vous vous taisez. Pourquoi ? Pourquoi n’êtes-vous pas SOLIDAIRE des autres opposants et résistants ?

    Et vous, Père Paul M’ba Abessolle, même en “retraite”, on DOIT vous entendre. Que faites-vous pour libérer le Gabon du Bongoisme-Fargeonnisme, de la françafrique ? Vous devrez avoir HONTES de vos SILENCES MEURTRIERS.

  7. bassomba dit :

    Je lis beaucoup ici interpeller Jean Ping, Mba Abessolo, Mengara…pour que ces derniers déclarent qu’Ali est mort. Si ces messieurs avaient la preuve irréfutable qu’Ali est mort, ils l’auraient déclaré. Ali est bien vivant et, sauf si Dieu le rappelle,il ira jusqu’au bout de son mandat, même à la Bouteflika.

  8. Mezzah dit :

    Cette photo en dit long:
    – BOA qui regarde dans une autre direction alors que son interlocuteur est devant lui

    – Derrière, on peut voir le regard plein d’interrogation voire de la pitié d’EYADEMA

    C’est triste tout ce spectacle.

  9. JACK dit :

    Sincerement, j’ai agrandi cette photo, et je doute effectivement que celui qui est presenté ici est bien Ali, il a perdu par mal de poids et le front on dirait trepanné en plus… Enfin .. je peux comprendre ceux qui doutent au vue de ces mises en scenes

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW