L’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) a clos sa campagne de sensibilisation sur les cancers féminins en zone portuaire, le 8 novembre à Owendo. En 10 jours, plus de 700 personnes ont été touchées par cette action «citoyenne» de l’autorité portuaire.

Photo de famille à l’issue de campagne «Octobre rose» en zone portuaire, le 8 novembre 2019 à Owendo. © Gabonreview

 

Lancée le 28 octobre à Owendo par l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag), la campagne de sensibilisation sur les cancers féminins en zone portuaire s’est achevée le 8 novembre. En plus d’une «sensibilisation efficace» sur les cancers du sein et l’utérus, sur cinq sites d’accueil, cette campagne a permis le dépistage de ces pathologies sur trois centres agréés.

En 10 jours, plus de 700 personnes de la commune ont été touchées par cette opération, qui a constitué un écho à la campagne «Octobre rose». «Entreprise citoyenne, l’Oprag a lancé cette activité par l’opération de dépistage des cancers féminins», a déclaré Chef de projet «Octobre rose» dans la commune d’Owendo. «Cette première action au profit des populations d’Owendo, et qui pourrait toucher d’autres communes, a connu un franc succès grâce à la convergence de plusieurs forces», s’est félicité Christiane Ebang Asseko.

Cette initiative a été organisée avec l’appui technique du ministère de la Santé, la Croix Rouge, la mairie d’Owendo, la Fondation Sylvia Bongo Ondimba (FBSO) pour la famille ou encore, l’Association des femmes de l’autorité portuaire du Gabon (Afapg). Egalement impliquées dans cette campagne, les sages-femmes ont remercié l’Oprag pour ce projet.

«Au Gabon, l’on ne mesure pas forcément l’ampleur ou la gravité des cancers féminins», a regretté la représentante des sages-femmes. «Mais nous qui sommes au contact des femmes chaque jour, nous voyons comment les cancers féminins touchent même de jeunes filles de 13-15 ans. Voilà pourquoi nous félicitons l’Oprag à travers sa campagne de sensibilisation et dépistage sur les cancers féminins», a souligné Yolande Mengue Mvolo.

Pour des résultats encore meilleurs lors de la prochaine édition, la Croix Rouge a recommandé à l’Oprag de mettre les bouchées doubles dans la communication, pour toucher plus de personnes. «Tout s’est bien passé dans l’ensemble. Mais au niveau d’Owendo, les femmes sont encore très réfractaires à l’idée de se faire dépister», a relevé le représentant de la Croix Rouge. «Dans notre rapport, nous recommandons donc davantage de communication en amont, dans le cadre d’activités citoyennes comme celle-ci», a conclu Biyoghe Ondo Constantin.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW