Les travaux de la 47e réunion du Conseil des ministres de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (Ohada), ont débuté le 30 janvier à Libreville, en présence d’une douzaine de représentants d’Etat membres.

Le Premier ministre, Julien Nkoghé Békalé, entouré du ministre gabonais de la Justice (à gauche) et du Secrétaire permanent de l’Ohada (A droite), à l’ouverture des travaux, le 30 janvier 2019. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Les ministres des 17 pays-membres de l’Ohada sont à Libreville dans le cadre de la 47e réunion annuelle ordinaire de l’organisation. Cette session dite budgétaire devrait permettre aux participants, durant les deux jours des travaux, de traiter des questions de financement des actions et activités de l’Ohada, en tenant compte des priorités.

Pour cette session qui s’achève le 31 janvier, c’est le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale qui a présidé l’ouverture des travaux. Accompagné le ministre de la Justice, Edgar Anicet Mboumbou Miyakou, par ailleurs président en exercice du Conseil des ministres, le chef du gouvernement a salué cette organisation qui représente, selon lui, «un modèle unique d’intégration et un motif légitime de fierté». Il a également qu’elle demeure un exemple de «bonne gouvernance dans le fonctionnement de ses institutions».

Le Secrétaire permanent de l’Ohada, le Pr. Cossi Dorothé Sossa, a indiqué que son institution s’est mondialement imposée comme un modèle original et une réussite d’intégration juridique et judiciaire. «Au fil des années, l’Organisation a su faire du droit un réel levier du développement économique, avec un succès incontestable. La confiance et le soutien de la Communauté internationale se consolident et s’amplifient en sa faveur, tandis que sa réputation dépasse désormais les frontières du continent africain et inspire d’autres expériences d’intégration juridique», a-t-il affirmé.

Pour le Pr. Cossi, le Gabon a conduit avec succès plusieurs activités destinées à hisser l’organisation à la hauteur de sa mission, tout en ajoutant substantiellement à son rayonnement international. Ce dernier espère que «l’adoption par le Conseil des ministres, lors de sa session qui commence ce matin, du projet de budget des institutions au titre de l’exercice 2019 et la prise des orientations précises en vue de l’édification de immeuble siège de l’Ohada, viendront couronner avec éclat les réalisations du Gabon au profit de notre commune Organisation».

 
 

2 Commentaire

  1. Ikobey dit :

    En effet, l’Ohada est globalement une réussite. Ombre au tableau, l’Organisation mériterait d’être évolutive, n’en faisons pas une grosse machine figée dont nous avons malheureusement l’habitude en Afrique.

  2. Toto Ronnii dit :

    L’OHADA s’adapte bien aux évolutions du monde des affaires. Plusieurs actes uniformes ont été mis à jour depuis 2010 et la CCJA prononce des jurisprudences qui permettent de répondre aux manquements des AU. C’est l’une des meilleures organisations en Afrique au point où les Sud Américains veulent s’en inspirer.

Poste un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW