Alors que son pays est officiellement anglophone, Louise Mushikiwabo envisagerait, selon Jeune Afrique, se porter candidate au secrétariat général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), lors du XVIIe sommet de l’organisation prévu les11 et 12 octobre prochain à Erevan Arménie.

Ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, candidate au secrétariat général de l’OIF.© Muhabura.rw

 

Louise Mushikiwabo veut voir grand. La ministre des Affaires étrangères du Rwanda ambitionnerait être candidate au secrétariat général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) lors du XVIIe e sommet de l’organisation  prévu les 11 et 12 octobre à Erevan en Arménie.

C’est du moins ce que rapporte le journal Jeune Afrique dans sa parution du 9 mai. Selon l’hebdomadaire, l’accord sur la candidature de Louise Mushikiwabo «existe désormais entre Emmanuel Macron et Paul Kagame».

«Disposant de solides appuis à travers le continent, la diplomate rwandaise pourrait donc, avec l’aide de Paris, disposer de sérieux atouts face à la secrétaire générale sortante Michaëlle Jean», relève Jeune Afrique.

Âgée de 56 ans, Louise Mushikiwabo est la numéro deux du régime rwandais. Issue de la société civile, elle est ministre des Affaires étrangères du Rwanda  sans discontinuité depuis 2009.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga

 
 

6 Commentaires

  1. Koumbanou dit :

    S’il fallait être francophone pour faire parti de l’OIF cela se saurait. Certains pays comptent moins de 2% de francophones parmi leur population et sont membres de l’organisation.
    A quoi ça sert l’OIF ? du vent.

  2. CESAR dit :

    L’OIF est un instrument crée par la France pour promouvoir ses intérêts économiques et financiers.
    En tant que tel, c’est une organisation où les magouilles, combines et arrangements en tous genres sont légion.
    Illustrations:
    Sur décision unilatérale de Kagame, le Rwanda est sorti de l’OIF en fait et en droit. Il est membre du Commonwealth. Pour prouver que le Rwanda est désormais anglophone, Kagame a interdit l’usage du français dans tous les services publics dont les écoles et universités. Il a renvoyé tous les fonctionnaires dont les professeurs des écoles et universités de tous niveaux qui ont échoué au test d’anglais. Kagame a ordonné la destruction des documents écrits en français de tous les services publics dont le Ministère des Affaires Etrangères de Mushikiwabo. Il a ordonné la destruction du centre culturel français de Kigali. Pour justifier la sortie du Rwanda de l’OIF, devant des millions de Rwandais, Kagame a dit que le français est la langue des idiots et l’anglais, la langue de l’intelligence et des affaires. Pour ce motif une langue des idiots n’a pas de place au Rwanda. Le Français était légalement placé en seconde position après notre langue nationale, le Kinyarwanda, en tant que langue officiel. Tous les documents officiels rwandais étaient écrits en kinyarwanda et en français. Dans la constitution rwandaise de 2015 révisée sur décision de Kagame, la français est en troisième position. Dans les documents officiels il a disparu et laissé la place à l’anglais. Tous les documents officiels rwandais contiennent dont le kinyarwanda et l’anglais.
    Il s’ensuit qu’il n’y a que les ignorants qui affirment que le Rwanda est francophone.
    La décision de Kagame est irrévocable. Et pour le prouver, la lettre qu’il adressé aux présidents africains francophones pour leur demander le soutien de la candidature de sa ministre était écrite en anglais. Un président d’un Etat dit francophone qui ne parle aucun mot en français c’est du jamais vu. Il faut dire les choses telles qu’elles sont. Kagame a un mépris absolu à l’égard de ses pairs. Comment un président qui demande aux autres présidents de soutenir la candidature de sa ministre à la tête de l’OIF peut-il leur adresser une lettre écrie en anglais? C’est méprisant. Le comble est que même les médias africains francophones n’ont fait aucun commentaire sur ce point qui, à me sens est une grave et regrettable.
    Aussi, ce qui est encore grave, la candidate au secrétaire général de l’OIF n’a pas publié son CV complet sur la toile alors que celui de Madame Michaëlle Jean y est depuis plusieurs années. En l’espèce, plusieurs questions se posent.
    1/ Comment les présidents africains évoqués par les médias se sont-ils engagés à soutenir la candidature de la ministre rwandaise des affaires étrangères alors même que celle-ci ne leur sciemment pas adressé son CV complet?
    2/ Sur quoi se sont-ils basés pour donner leur accord à Kagame?
    3/ Ce sont les présidents en question qui sont francophones ou les Peuples de leurs pays ou l’OIF?
    S’ils se sont effectivement engagés au nom de leurs Etats à soutenir une candidate inconnue de leurs Peuples, c’est particulièrement singulier. Il n’y a qu’en Afrique où l’on peut voir ce genre de situation.

    Il est de notoriété publique Mushikwabo Louise, un des piliers du régime Kagame est , semble-t-il, une lesbienne mais mariée à un américain, inconnu des Rwandais et sans enfant.
    Outre son implication directe dans les détournements massifs de deniers publics rwandais et la spoliation des exilés rwandais de leurs biens immobiliers et mobiliers d’une part et ses compétences discutables d’autre part, la question posée est de savoir si les chefs d’Etat francophones de confession musulmane étaient informés que la candidate à la tête de l’OIF est une lesbienne soutiendraient sa candidature ?
    Sur la position de Kagame à l’égard de l’OIF, elle est irrévocablement négative peu importe les gestes positifs de la France à son endroit.
    C’est donc une grosse erreur de penser que si Mushikiwabo est positionnée à la tête de l’OIF par Macron, Kagame repositionnera le français à sa place d’antan à savoir la seconde place après notre langue nationale.
    1/ L’opinion de Kagame à l’endroit de la France reste invariable et le restera. Il ne demande à la France qu’une seule chose : déchirer légalement les mandats d’arrêt internationaux qui ont été émis, au nom du Peuple français, par le juge Bruguière contre ses proches collaborateurs.
    C’est à cette condition qu’il changera positivement sa position à l’endroit de la France. A défaut, tout agissement positif de quelque nature que ce soit de la part des Présidents Français à l’égard de Kagame est inopérant.
    Illustrations :
    1/ Le Président Chirac a annulé la dette de plusieurs millions de francs français due par l’Etat Rwandais avant la prise du pouvoir par Kagame.
    2/ La France a accordé à l’Etat Rwandais des aides financières de plusieurs millions d’euros.
    3/ La France a positionné le ministre des finances et de la planification économique du Rwanda, Donald Kaberuak à la tête de la BAD alors qu’il ne remplissait aucune des conditions objectivement requises pour être président de cette institution financière internationale africaine. Sans accord de la France, le candidat de Kagame n’avait aucune chance d’être élu. Il n’avait jamais dirigé une banque. A son actif en qualité de ministre des finances et de la planification du Rwanda, il y avait – la création d’un service spécial dans son ministère dont la mission était de fabriquer des chiffres sur les grands indicateurs macro-économiques du Rwanda à présenter aux divers bailleurs de fonds pour prouver la pseudo bonne gouvernance de Kagame, – la cession de toutes les entreprise publiques du Rwanda y compris les banques aux multinationales englo-saxones et leurs associés de la place à savoir le FPR et les oligarques du régime. Le FPR est parti-Etat et société commerciale cotée à la bourse de Kigali. Il est plus riche que le Rwanda. ; – les détournements massifs de plusieurs milliards de francs rwandais par Kagame et les siens dont Kaberuka (voir 2 jets achetés par Kagame en Afrique du Sud à 100 millions de dollars US, soit 50 millions de dollars US la pièce , sur la toile) ; le journaliste qui a mis sur la place publique ces détournements massifs de deniers publics étant aujourd’hui dans la tombe ; licenciements massifs de plusieurs milliers de travailleurs, pères de familles de toute catégorie, de ces entreprises publiques cédées par le couple Kaberuka-Kagame à la mafia internationale ( car ne paye aucun impôt au Rwanda). La cession de son pays à la mafia internationale et ses associés de la place n’était n’a pas conféré à Kaberuka Donald une haute expertise en gestion des institutions bancaires.
    4/ La France a soutenu la candidature de Madame Valentine Rugwabiza au poste de numéro 2 de l’OMC dirigée alors par le Français Pascal Lamy du 01/09/2005 au 31/08/2013, alors qu’elle ne remplissait aucune des conditions objectivement requises.
    5/ La France n’a pas, via le conseil de sécurité de l’ONU, fait créer une commission internationale d’enquête sur l’attentat mortel contre l’avion du président Habyarimana, attentat qui a pourtant emporté 3 citoyens français, alors qu’elle a fait créer une commission internationale d’enquête sur l’assassinat de Rafik Hariri, ex-premier ministre libanais qui n’ était plus en fonction et ami du président français. Pour quoi ? Pour ne pas gêner Kagame et son régime d’une part et c’est une constante historique, la France a toujours été et est toujours pro-Tutsi nonobstant le mépris, les humiliations et les insultes de Kagame à l’égard de la France et de ses dirigeants d’autre part.
    6/ Je fais abstraction des centaines de bourses d’études accordées aux jeunes Batutsi par la France sous Kagame ainsi que d’autres gestes positifs à l’égard du gouvernement tutsi rwandais, tutsi car les dirigeants rwandais de juillet 1994 à ce jour sont plus de 80% Tutsi.
    Alors que les actions positives de la France au bénéfice de Kagame et son régime sont des faits irréfutables, le même Kagame a pourtant humilié publiquement les ministres français ( voir cas Muselier) pourtant invités par lui. Il a établi une liste qu’il a publiée sur la Toile d’une trentaine d’autorités civiles dont l’ambassadeur de France à l’ONU et militaires qui, selon lui ont commis le génocide contre les Batutsi Rwandais. Il a refusé l’accréditation d’un nouveau ambassadeur nommé par Sarkozy, Président Français au motif qu’elle est une proche du Ministre des Affaires Etrangères Juppé alors que Sarkozy était venu au Rwanda, invité par Kagame et qu’il s’est livré aux divagations pour prétendument prouver que la France est avec le Rwanda. Ses divagations :” en soutenant Habyarimana (contre les Batutsi regroupés au sein du FPR sous le commandement de Kagame), la France a commis une faute” a dit Sarko. Or ? Sarkozy, alors ministre et porte-parole du gouvernement Balladur en 1994 savait très bien que d’avril 1992 au 6 avril 1994, le Rwanda était dirigé par l’opposition et la FPR et nullement par Habyarimana ( article 50 et 51 de la constitution du 10 juin 1991) et que ce gouvernement était soutenu par la France contre le Président Habyarimana, attentat qui est la cause irréfutable des massacres à grande échelle des Rwandais dont les Batutsi. Par ailleurs, si la France avait effectivement soutenu celui-ci, elle aurait soutenu la demande du gouvernement intérimaire quant à la création d’une commission internationale d’enquête sur l’attentat mortel contre l’avion du Président Rwanda, en fonction soi-disant homme de la France. Le gouvernement dont Sarkozy était membre ne l’a pas fait afin de ne pas gêner les nouveaux maîtres du Rwanda, soutenus et sponsorisés par les USA et le Royaume Uni, alliés de la France.
    La candidature de Mushikiwabo , anglophone, est individuelle. C’est effectivement la France qui lui a demandé de candidater à ce poste. Elle sait très bien qu’elle n’a ni compétences ni qualités pour diriger l’OIF. Pour Macron l’OIF est un service public français caractérisé par les arrangements entre les dirigeants kleptocrates africains francophones, combines et magouilles en tous genres sous la direction du président français. C’est pourquoi Kagame a osé leur adresser une lettre en anglais et nullement en français dont l’objet était le soutien exclusif de Mushikiwabo, anglophone incontestée, à la tête de l’OIF et a contrario engagement de ces présidents de ne pas soutenir une autre candidature d’un africain francophone. Pour Kagame, ces gens qui se sont écrasés devant la décision de Macron de choisir une anglophone notoire pour diriger l’OIF ne méritent pas de respect. En effet, prétendre diriger l’OIF et adresser une lettre en anglais aux chefs d’Etat africains francophones constitue un mépris flagrant à leur endroit.
    Il est de notoriété publique que Kagame est un dictateur et un sanguinaire , que son pays bat le record en nombre de prisonniers politiques, d’assassinats de journalistes et de disparus , hommes, femmes de tous âges et n’épargne même pas les avocats et les enfants mineurs de moins de douze ans.
    Nos anciens ont dit : un homme dépourvu de sens de l’honneur et de dignité, même un chien ne peut respecter.
    Macron ne fera rien de plus que ses prédécesseurs . Toutes les actions positives au bénéfice de Kagame et de son régime sont sans effet sur la position négative de Kagame à l’égard de la France et ses dirigeants, sauf s’ils décident de détruire légalement les mandats d’arrêt internationaux ci-dessus évoqués et qu’ils viennent se prosterner devant pour lui pour demander pardon pour la prétendue participation des autorités civiles et militaires français dans le génocide dit des Tutsi, mon prononcé pour la première fois par Kagame en 2008 et devenu un outil de chantage contre la France et les opposants politiques rwandais de l’intérieur et de l’extérieur.

    • Jean dit :

      Monsieur Cezar,

      tes idees sont tres subjective. je ne sais pas s’il s’agit de qui mais il faut bien se rappeler que l’Afrique est le bercau de de l’humanite.

      Tu prefere de rester colonise infinement pour bien trouver le pain par to maitre.

      Mauvaise histoie qui dois ce fasse par elle-meme.

      Felectitation pour Louise, Felecitation pour le Rwanda, felecitation pour l’Union Africaine, felecitation pour OIF!

  3. CESAR dit :

    Erreurs à corriger
    1- Mushikiwabo, anglophone notoire, est un des piliers du FPR et nullement de la société civile, inexistante dans le Rwanda de Kagame. Il est vrai que Kagame a mis en œuvre un moyen efficace pour la mettre dans son sac. En, après avoir appris que son frère Ndasingwa Landoald dit Lando alors ministre des affaire sociales dans le gouvernement Uwilingiyimana a été liquidé avec toute sa famille par les soldats du FPR sur ordre de Kagame, commandant en chef, AUX USA où elle était, elle a mené une campagne virulente contre Kagame et son FPR. Pour la calmer, Kaberuka l’a embaucher à la BAD dans un premier temps. Après le mandat de Kaberuka Donald, elle devait retourner aux USA où elle avait et a encore ses centres d’intérêt en sa qualité d’américaine naturalisation et reprendre sa campagne contre Kagame. Celui a alors tout fait pour l’attirer dans sa piège. Il l’a nommée ministre. Ainsi, Mushikiwabo n’était et n’est pas en état de sortir du piège tendu Kagame. Elle se plait là où elle de sorte qu’elle devenue le haut-parleur de Kagame et de son régime et bat le record en matière de divagations et apologie du crime, le tout pour prouver sa loyauté envers Kagame et son régime. Au Rwanda de Kagame, les ministres ne sont pas nommés en fonction de leurs compétences réelles mais en raison de leur loyauté envers le FPR et Kagame. Elle a oublié l’assassinat de son frère avec toute sa famille. Elle a même maladroitement osé imputer publiquement cet assassinat aux soldats des FAR aux seules fins de prouver à Kagame que ses déclarations publiques négatives contre celui-ci étaient erronées. Le Président Français Macron vient de récompenser Kagame, son patron, par le soutien de la candidature de la ministre de celui-ci au poste de SG de l’OIF. Il convient de préciser que c’est Macron qui lui a demandé de postuler via Kagame et que Kagame a dit devant des millions de Rwandais qu’il n’arien demandé à la France et qu’il ne demandera rien. Mushikiwabo l’a confirmé lors de son entretien avec Jeune Afrique, que Kagame s’est adressé en anglais aux chefs d’Etats Africains francophones dont le Président Bongo Ali pour leur annoncer que le Président Macron a demandé à sa ministre des Affaires Etrangères de candidater au poste de SG de l’OIF et qu’il a dit publiquement qu’il soutiendra sa candidature. Comme il connait la nature des liens entre ces chefs d’Etats et le Président Français, il savait et sait qu’ils exécuteront la décision de Macron. Il leur a lors demandé de soutenir cette candidature. Dans une telle situation, s’adresser aux Présidents Africains francophones en anglais alors qu’il leur demandé leur soutien à la candidature se sa ministre, constitue un mépris flagrant à leur endroit. Aussi, il est incompréhensible que ces présidents aient donné leur accord à Kagame alors qu’ils n’avaient même pas lu le CV complet de la candidate, lequel CV est inexistant sur la toile et dans les dossiers administratifs de l’intéressée dans son pays. Ce soutien des chefs d’Etats Africains francophones sans avoir lu préalablement ce CV est une preuves supplémentaire qu’ils ont exécuté la décision de Macron et que l’OIF est un service public français à la tête duquel le Président Français peut positionner qui il veut et comme il l’entend. La majorité des Etats Africains membres de l’OIF sont de confession musulmane. Dans ces Etats, le lesbianisme est une abomination de sorte qu’un musulman digne de ce nom ne peut serrer la main d’une lesbienne notoire et encore moins la nommer ministre ou un poste de haut rang. O, ces mêmes chefs d’Etats entendent positionner la ministre rwandaise de Kagame, une lesbienne notoire, à la tête de l’OIF. Autrement dit, alors que dans leurs pays, les lesbiennes sont discriminées et rejetées, ils ont accordé leur soutien à une lesbienne rwandais pour diriger l’OIF. Dans ces conditions qui peut les prendre aux sérieux et les respecter? Le Président américains Trump a dit publiquement que ces pays entre autres sont des pays de merdes. Certains africains ont réagi négativement aux propos du Président américain sans prouver que ses dires sont dénués de tout fondement. Sur un cas d’espèce, celui d’une lesbienne soutenu par les Présidents de ces pays pour diriger l’OIF alors qu’ils ne peuvent le faire pour leurs compatriotes lesbiennes, ceux qui ont vilipendé et /ou traité le Président Trump de méprisant et de raciste restent muets sur ce sujet. Je fais abstraction de l’implication directe de Mushikiwabo dans détournements massifs de deniers publics au Rwanda et liquidation des opposants politiques à l’étranger par les escadrons de la mort du régime dont elle est en fait numéro deux. C’est elle qui gère directement un fonds spécial de plusieurs millions de dollars US dédiés à ses opérations d’assassinats des opposants politiques listés résidant à l’étranger. Ce sont les ambassadeurs accrédités auprès des pays de résidence des cibles qui les prennent en charge avant, pendant et après les opérations, le tout sur ordre de Mushikiwabo, leur supérieur hiérarchique.
    Dans les Etats où les mots honneur, dignité et éthique, respect de soi ont un sens, Mushikiwabo n’aurait pas accepté la proposition de Macron et les dirigeants africains francophones membres n’auraient sûrement pas donné leur quant à sa candidature à la tête de l’OIF. Les médias africains qui ont vilipendé le Président Trump pour ses propos sur certains Etats Africains ont observé et observent le silence de tombeau. Ils se contentent de reproduire les écrits des médias français alors que ce sont qui devaient être repris par les médias français. C’est dommage et pitoyable pour l’Afrique et les Africains francophones. Un tel cas peut-il exister dans l’espace anglophone ou dans les Etats membres du Commonwealth?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW