Au cours d’une conférence de presse le 29 janvier, l’avocat de Brice Laccruche Alihanga a annoncé que la compagne de ce dernier a été arrêtée.

Sonia Minko, la compagne de Brice Laccruche est actuellement en garde à vue à Libreville. © Matindafrique.com

 

La compagne de l’ex-directeur de cabinet d’Ali Bongo, poursuivi dans le cadre de l’Opération Scorpion, a été arrêtée. L’information a été donnée le 29 janvier par l’avocat de Brice Laccruche Alihanga. Ce dernier estime que «l’arrestation de certains proches, notamment la compagne de Brice Laccruche Alihanga et la mise en cellule (Ndlr. d’isolement) marquent bien la volonté de monter une marche de plus vers la violation des droits essentiels de ces personnes».

Si l’avocat ne s’est pas étendu sur l’arrestation de la compagne de Brice Laccruche Alihanga, certaines indiscrétions assurent qu’elle est gardée à vue à la Direction générale des contre-ingérences et de la sécurité militaire (B2), depuis le 27 janvier. Sonia Minko est la mère de deux enfants de Brice Laccruche Alihanga. À en croire ces indiscrétions qui assurent qu’elle connaît un rayon sur les transactions financières de son compagnon, elle est soupçonnée d’avoir joué un rôle dans la destination de l’argent qu’aurait détourné ce dernier.

Déjà, depuis le 3 janvier, son frère aîné Raphaël Nzé Minko, présenté comme un receleur, est sous le coup d’un mandat d’arrêt international. Lors de la perquisition de son domicile le 6 décembre dernier, les forces de l’ordre y avaient découvert deux coffres forts incrustés dans le sol et contenant un peu plus de 250 millions de francs CFA.

Pour certains observateurs, l’arrestation de Sonia Minko est un moyen d’acculer Brice Laccruche dont les avocats ont d’ailleurs porté plainte en France contre X pour «détention arbitraire, violences volontaires et menaces de mort». Si la décision de la justice française est attendue sur la recevabilité ou non de cette plainte, Anges Kevin Nzigou a invité, lors de sa conférence de presse, «l’ensemble des décideurs à mettre un frein à cette escalade de violation des droits».

 
 

7 Commentaires

  1. Minko Medzo Benoit dit :

    “La perquisition, le 6 Decembre 2019, de la maison du grand-frere (Nze Minko) de cette dame avait conduit les enqueterus a decouvrir deux coffres forts contenant 250 millions de CFA.” Cette somme est seulement le petit peu qu’il avait oublié de faire deplacer à temps.
    Oui, cette somme est la petite goutte, tres petite goutte dans leur ocean de mafia.
    Leur avocat, Nzigou (de Ndende) demande a ce que l’on arrete ces arrestations. Voila le propre de ce pays.
    Ces individuequi, ces Minko, qui ne possedent ni entreprises ni royautés ni champs de petrole ni champs de manganese, peuvent-ils dire a la face du monde ou est-ce qu’ils trouvent ces sommes d’argent (aujourdhui en grande partie placées dans les paradis fiscaux hors d’afrique alors les jeunes gabonais vont dans des ecoles sans salles de classes adequates, sans enseignants qualifiés, sans bibliotheques, vont dans des hopiiaux sans medecins et sans medicaments, etc, etc…)
    Maitre Nzigou Kevin, taisez-vous et mangez ce que les Minko et autres Laccruche vous deversent comme subsidies!

  2. SERGE MAKAYA dit :

    Les pays africains ont plusieurs handicaps dont celui majeur de ne pas être des nations. C’est triste à dire mais l’esprit tribal et clanique est très fort, trop fort sans doute. Beaucoup ne raisonnent qu’à l’échelle du clan. Les exploiteurs venus d’Europe savaient parfaitement ce qu’ils faisaient en créant des nations artificielles, véritables poudrières identitaires.

    Les exploiteurs européens défendent avant tout leurs intérêts ce qui est évident. Mais les africains ne le comprennent pas car ils sont décalés et déséquilibrés. Ils ne comprennent pas que le monde a change et que les anciennes querelles entre clans sont dépassées. Chercher de prendre le pouvoir pour le clan est une chose néfaste dont profite allègrement les ennemis des africains.

    Ils feraient bien de se réveiller et d’essayer d’appréhender la terrible réalité dans laquelle on est. Et en causant avec des jeunes africains je pense qu’il y a de quoi être inquiet pour l’avenir. Certains ont été corrompus par la société de consommation, d’autres malgré leur haut niveau d’études raisonnent encore au niveau du clan, lequel clan a un chef que les membres du clan défendent envers et contre tout comme dans une secte etc… Et les exploiteurs occidentaux au gré de leurs intérêts n’ont qu’à manipuler ce merdier au gre de rumeurs, fausses pistes etc .

    Les personnes comme Bongo ne sont que les chiens de berger du troupeau africain. Ils semblent rebelles dans les discours (comme Obama d’ailleurs quelle ironie d’ailleurs qu’il soit noir) mais en fait sont de fidèles serviteurs de leurs maîtres en occident. Même Gbagbo de Côte d’Ivoire était aussi de ce genre là, un peu trop limite pour comprendre dès le début de leur mandat les vrais enjeux du monde. Des gens comme eux sont de gré ou de force de fidèles toutous de l’occident. Le seul moyen qu’ont les africains de sortir du trou où ils sont est de faire une révolution des esprits et trouver leurs véritables ennemis. Car comme dit un rappeur français avec raison : “l’ennemi n’est pas forcement celui contre qui tu te bats, mais celui qui profite des dégâts”, alors qui profite des dégâts en Afrique.

    L’ennemi n’est forcement pas celui qui vous dit ce que vous ne voulez pas entendre. La vérité est ce qu’elle est et elle entre en résonance avec la raison et le bon sens. Mais comme beaucoup d’autres humains, les africains n’aiment pas la vérité et son chemin qui est un chemin difficile et qui demande beaucoup d’efforts. C’est aussi aux africains éclairés et éveillés d’aider leurs frères et sœurs, mais beaucoup d’entre eux ont jette l’éponge et je peux les comprendre car la tâche est immense et ils en ont marre d’avoir l’impression de prêcher dans un désert.

  3. PAULE BOSCO dit :

    Bonjour à tous,

    L’avocat ne fait que son boulot, Il a la responsabilité de défendre ses clients.

    Par ailleurs, pour revenir sur les sommes d’argent détournées, je tiens à vous rappeler que la présidence de la Republique dispose d’une caisse noire (alimentée par les petroliers) gérée à la discrétion du président de la republique. Il arrive qu’il partage ces fonds politiques à des collaborateurs et amis et parents; et je pense qu’il y a aussi un peu de tout cela dans scorpion.

    Pour aller au-delà du sensationnel, je pense ces événements doivent nous interpeler et nous inciter à une refonte du système de la dépense au Gabon mais surtout à la mise en place de l’unicité des caisses dans notre pays.

  4. moundounga dit :

    Bjr. de la pure distraction. le gabon est tout simplement une tragédie. Amen.

  5. Ethan dit :

    La nuit des longs couteaux
    Et orange mecanique

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW