Conçu dans le but de contribuer à rendre le Gabon autosuffisant en denrées alimentaires vivrières, le Projet d’appui au programme Graine (PAPG1) devrait enfin sortir de terre. C’est l’engagement donné par la Banque africaine de développement (Bad) au ministre de l’Agriculture, le 23 juillet à Libreville.

Edward Mabaya et Biendi Maganga Moussavou, le 23 juillet 2019 à Libreville. © Capture d’écran / Gabon 1ère

 

Engagé dans la course à l’autosuffisance alimentaire, le Gabon souhaite un engagement accru de la Banque africaine de développement (Bad), notamment dans le domaine agricole. Une possibilité évoquée par le ministre de l’Agriculture, le 23 juillet à Libreville, qui a reçu une délégation conduite par le directeur du pôle agricole Afrique centrale de la Bad.

Edward Mabaya a notamment donné des assurances au Gabon dans l’accompagnement au lancement du Projet d’appui au programme Graine (PAPG1). Estimé à 76 milliards de francs CFA et financé par la Bad, ce programme a été conçu dans le but de contribuer à rendre le Gabon autosuffisant en denrées alimentaires vivrières et exportateur d’huile de palme. Approuvé en 2017, le programme s’étend sur cinq ans.

«Il nous a donné toutes les assurances afin que nous puissions lancer le PAPG1 qui est très important dans l’accélération du programme Graine, très attendu par les consommateurs et les agriculteurs», s’est réjoui le ministre de l’Agriculture. «Le programme Graine est également attendu par le gouvernement, qui sait qu’à travers ce canal, nous améliorerons la sécurité alimentaire avec, en prime, la disponibilité sur le marché de produits de qualité», a affirmé Biendi Maganga Moussavou, interrogé par la télévision Gabon 1ère.

La Bad affirme qu’elle s’est lancée dans cette aventure, car elle croit aux potentialités du Gabon. «Nous partageons la vision selon laquelle le Gabon peut, dans trois ans, être un pays capable de produire plus de 250 000 tonnes de poulet et 150 000 tonnes de poissons. Les conditions ont été créées en partie grâce à la Bad», a confié Edward Mabaya. L’institution monétaire a notamment financé à hauteur de 26,2 milliards de francs CFA l’expansion de 300 mètres du quai du New Owendo International Port (NOIP).

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW