Attendu à Mouila pour le second tour des partielles, Serge Maurice Mabiala compte bien l’emporter sur son challenger Léon Nzouba. Pour le candidat du Rassemblement héritage et modernité (RHM), son adversaire du Parti démocratique gabonais (PDG) brille par des «méthodes ploutocratiques» qui pourraient le desservir le 31 août.

Serge Maurice Mabialia lors du vote du 10 août. © D.R.

 

La publication des résultats des élections législatives a livré son verdict à Mouila : Serge Maurice Mabiala et Léon Nzouba s’affronteront au second tour le 31 août. Inscrit sous la bannière Rassemblement héritage et modernité (RHM), le premier s’en est tiré avec 48,29% des suffrages au premier tour. Son challenger du Parti démocratique gabonais (PDG) est en ballotage défavorable avec 30,13% des voix.

Chacun d’eux affute ses armes et du côté du PDG, on assure que Léon Nzouba aura le soutien des alliés de son parti «pour vaincre l’adversaire». Si le principal allié sur ce siège, Socio démocrate gabonais (SDG), a été le dernier de la liste avec un score de 7,78%, les siens croient en une augmentation du taux de participation qui, espèrent-ils, pourraient jouer en sa faveur. «Beaucoup de personnes qui se sont enrôlées pour voter Léon Nzouba n’ont pas pu aller aux urnes au premier tour», assure-t-on. Mais Serge Maurice Mabiala ne craint rien. Pour lui, «le PDG est tout sauf un parti politique».

«Même escorté de ses alliés, il ne forme pas une majorité politique dans notre pays», a-t-il déclaré, faisant allusion à la «victoire» réclamée par Jean Ping depuis 2016. «Au plan local et particulièrement dans ma commune, le rejet du PDG est un lieu commun», a-t-il affirmé. Sur les 18 sièges que compte la province de la Ngounié, 15 ont été pris lors du scrutin d’octobre, dont 8 sièges pour le PDG et 7 pour l’opposition. Sur les 3 sièges à pourvoir lors de ces partielles, un a été obtenu par un parti de l’opposition tandis que sur les deux autres, le PDG est en ballotage défavorable. Et là encore, croit savoir Serge Maurice Mabiala, le PDG a obtenu ces sièges par le «recours systématique aux méthodes frauduleuses pour maquiller les résultats des scrutins dérobés sans trêve».

«Dans une joute électorale ouverte et régulière, le PDG ne fait pas le poids devant RHM à Mouila», a-t-il déclaré estimant que «le PDG est un colosse aux pieds d’argile». Pour lui, «la démagogie congénitale du PDG» pourrait avoir raison de Léon Nzouba, tant les populations rurales seraient à bout de leur patience. «Dans les campagnes, les pratiques ploutocratiques du PDG irritent les populations», a-t-il affirmé. Le PDG jouerait sur sa puissance financière pour obtenir des suffrages avec à la clé, aucun progrès politique, économique et social dans l’environnement immédiat de ses candidats et du Gabon en général.

Au soir du 31 août, Serge Maurice Mabiala espère avoir raison de Léon Nzouba et compte sur le soutien des électeurs qui se selon lui, sont rongés par une «longue expérience de l’échec d’un régime décadent». «[Ils] m’offrent conseils et recommandations et me guident dans mon évolution politique», a-t-il indiqué. «Bien qu’affaiblis par la misère et inhumainement précarisés, les Gabonais sont bien plus malins et sages que vous ne le croyez, surtout dans les campagnes», affirme-t-il. «Un jour ils prendront leur revanche sur les pseudo-maîtres du moment. Ce jour me paraît proche», estime Serge Maurice Mabiala.

 
 

1 Commentaire

  1. Ipandy dit :

    Monsieur Serge Maurice,
    Votre discours ne tient pas. Vous prenez les populations de Mouila comme des personnes amnési que. Vous avez passé une bonne partie de votre vie à défendre le PDG. Aujourd’hui, comme vous n’êtes plus militant de ce parti, parceque vos intérêts ont été mis à mal, vous qualifié le PDG de tous.
    Vous comme monsieur Nzouba, êtes comptable de la misère des molvilois et des gabonais en général.
    Revoyez votre discours.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW