Les militants du Parti démocratique gabonais (PDG) du 1er arrondissement de la commune de Moanda ne sont pas contents des sanctions infligées à leurs camarades. Dans une déclaration adressée au secrétaire exécutif du parti, ils ont sollicité la levée des sanctions au risque de voir une centaine de PDGistes de Moanda démissionner.

Les PDGistes du 1er arrondissement de Moanda s’opposent aux sanctions contre leurs camarades. © D.R.

 

Le président de la Commission permanente de discipline du Parti démocratique gabonais (PDG) a prononcé le 7 février, des sanctions à l’encontre d’une quarantaine de militants indisciplinés. Frappés d’exclusion et blâme, les «moutons noirs» du 1er arrondissement sont soutenus par leurs camarades qui ont demandé au secrétariat exécutif du PDG de lever ces sanctions. «Nous MCN (membres du Conseil national), MCC (membres du comité central), secrétaires fédéraux, secrétaires de section, secrétaires des comités, colistiers PDG et conseillers municipaux du 1er arrondissement, sollicitons très respectueusement l’annulation pure et simple de toutes les mesures disciplinaires prises contre nos militants», ont indiqué les mécontents dans une déclaration transmise au secrétariat exécutif du parti par le secrétaire départemental de la Lebombi-Leyou. «Si rien n’est fait, nous nous verrons dans l’obligation de tous démissionner», ont-ils averti.

Les sanctions sont tombées après l’élection du bureau du conseil municipal de la commune de Moanda. Les conseillers municipaux PDGistes ont préféré élire un militant de leur choix plutôt que celui investi par le secrétariat exécutif. Le PDG avait choisi d’investir pour le poste de maire, un conseiller de la liste de l’Union pour la démocratie et l’intégration sociale (UDIS) qui comme le PDG, avait obtenu 8 conseillers au premier arrondissement de la commune de Moanda.

«Si l’objectif était de placer le Candidat de l’Udis à la tête de la mairie de Moanda, pourquoi le PDG et l’UDIS n’ont pas eu une liste commune?», s’est interrogée à juste titre une militante PDG du 1er arrondissement de Moanda,  indiquant que «l’Udis a fait cavalier seul pensant s’en sortir». Dénonçant «le mépris de la hiérarchie vis-à-vis de la structure de base», ainsi que l’«humiliation subie par les militants du PDG de Moanda», les mécontents attendent une réponse de leur secrétariat exécutif.

Pour l’instant, les camarades frappés par les sanctions rongent le frein. Mbele Loussou, membre du bureau politique  et élu local, est exclu pour défiance et incitation à une candidature dissidente. Bernard Moulonda et Clarisse Aboulou épouse Ndjiambi, sont également exclus pour candidature dissidente. Ils sont membres du Conseil national et élus locaux.

Des blâmes ont été infligés à Séverin Mayounou, député et membre du bureau politique, pour inobservation des orientations du Parti, tout comme à Hervé Mangoumba pour candidature dissidente. Hilaire Lindjounga,  Alexis Malemba et Éric Mangouagna ont reçu des blâmes pour comportement de nature à entrainer l’échec du candidat investi.

 
 

No comments

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW