Présente à l’inauguration du nouveau terminal de pêche au New Owendo International Port (NOIP), la ministre de la Pêche a signé avec GSEZ Ports, le 8 mai, un mémorandum d’entente visant à asseoir une industrie halieutique au Gabon.

Prisca Koho Nlend signant le mémorandum d’entente avec GSEZ, le 8 mai 2019 à Owendo. © Gabonreview

 

Patronne du département de la Pêche depuis janvier, Prisca Koho Nlend s’emploie à doter le Gabon d’une véritable industrie basée sur ses ressources halieutiques. Pour y parvenir, le membre du gouvernement compte sur l’implication de GZES Ports avec lequel elle a signé, le 8 mai à Owendo, un mémorandum d’entente pour l’éclosion d’une véritable industrie halieutique.

Comme un symbole, cette signature est intervenue à l’occasion de l’inauguration du terminal de pêche du New Owendo International Port (NOIP). À travers le mémorandum d’entente, cette infrastructure devrait ainsi permettre au Gabon d’asseoir sa politique en matière d’industrie halieutique.

«Faute d’infrastructures d’accueil et de conditionnement des produits de la pêche hauturière, c’est tout le fruit de la pêche thonière issue de nos eaux qui est débarqué dans d’autres ports du continent, situés très de la zone de pêche de l’espèce ciblée qu’est le thon. Sans pouvoir appliquer les clauses contractuelles contenues dans les accords de pêches avec nos partenaires privés et bilatéraux, nous étions réduits à la simple délivrance de licences de pêche, tout en nous contentant conséquemment des déclarations de captures communiquées par nos partenaires», a regretté Prisca Koho Nlend.

Si elle reconnaît cependant que le système de surveillance des activités de la pêche a été renforcé, Prisca Koho Nlend insiste qu’en l’absence d’infrastructures adaptées pour les grands navires, «même le débarquement des prises accessoires n’était guère envisageable, entrainant un faible approvisionnement du marché local et un manque à gagner certain pour l’économie nationale».

À travers le mémorandum entre le gouvernement et GSEZ, le nouveau terminal de pêche devrait significativement combler le déficit en produits halieutiques, estimé à 40% de la demande nationale, participant ainsi à la lutte contre la vie chère. Dans le même ordre, la ministre de la Pêche a annoncé une bonne nouvelle sur la pêche thonière.

«À la faveur de ma participation au forum de haut niveau sur la pêche thonière, en février dernier à Bilbao en Espagne, j’ai obtenu de certains de nos partenaires de nous accompagner, à court terme, dans un projet de transbordement du thon assorti du débarquement des prises accessoires. Ledit projet débutera avec la saison de pêche au thon, prévue dès le mois prochain (en juin, ndlr)», a conclu Prisca Koho Nlend.

 
 

1 Commentaire

  1. otambia dit :

    Bonne initiative, ces mesures doivent cependant être renforcée.
    La péché et la mer plus généralement est un secteur stratégique pour un État. Pour des questions alimentaires, d’exploration , études mais également pour des raisons sécuritaires.

    Une politique sérieuse gagnerait à être mise en place au Gabon. On ne peut plus uniquement se contenter de ces ” petites ” effets d’annonces.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW