Pour la présidente du Conseil départemental de Bèndjè situé dans la province de l’Ogooué-Maritime, il y a lieu, à côté des pédagogies traditionnelles, d’introduire des activités qui suscitent chez l’enfant, le plaisir, l’intérêt, la curiosité et la sociabilité.

Les enfants attentifs à la préparation du gâteau. © Gabonreview

Les enfants attentifs à la préparation du gâteau. © Gabonreview

 

En arrivant aux affaires, Lucie Daker Akendengué a fait distribuer, des exemplaires de scrabble, jeu de lettres par excellence, dans les écoles de sa circonscription administrative. Aujourd’hui, elle envisage d’aller encore plus loin, en militant pour des activités extrascolaires à même d’occuper utilement les élèves dans leurs moments d’autonomie, singulièrement ceux vivant en internat.

Pour y arriver, elle n’a pas hésité à se muer en «professeur» de pâtisserie en initiant les élèves d’une école à la réalisation d’un gâteau. Une activité qui a mobilisé non seulement les enfants mais également le personnel d’encadrement et les enseignants afin que les acquis puissent être pérennisés et contribuer à l’amélioration du quotidien culinaire des pensionnaires. D’autres recettes à base de produits du terroir devraient être mise au point et enseignées aux élèves.

Dans le même ordre d’idées, les élèves des internats doivent apprendre à faire leurs lits, à tenir propres et bien rangés leurs dortoirs, etc. Des activités ayant pour objectifs de développer chez les enfants leur confiance en eux et l’esprit de travail de groupe qui apporte une certaine sérénité dans la vie scolaire en essayant d’éliminer les barrières sociales. Il s’agit, en définitive, de compléter les apprentissages traditionnels par des activités artistiques, physiques, manuelles, sociales. Partant du principe pédagogique qui veut qu’on apprend mieux en faisant qu’en écoutant (le «learning by doing» des anglo-saxons), l’expérience initiée par Lucie Daker Akendengué veut accorder une place non négligeable aux ressources propres de chaque enfant. La motivation n’y est pas en reste car à ces activités sont associées des épreuves didactiques (distinguer les consonnes des voyelles, former le mot le plus long, réciter une table de Pythagore…) aux termes desquelles l’enfant est récompensé.

Cette initiative, qui va s’étendre progressivement dans les autres écoles du département, intégrera, il faut le souhaiter, des activités liées à la connaissance de l’environnement, de la faune, de la flore, etc. toutes choses favorisées par l’installation des établissements concernés en milieu rural. Une autre manière de contribuer, à travers l’école, à la formation de futurs défenseurs de l’environnement.

 

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW