Le collectif des retraités des secteurs privés et parapublics a pris d’assaut le siège de la Caisse de la nationale de sécurité sociale (CNSS), le 15 mai à Libreville, pour contester le paiement des pensions au trimestre. De son côté, l’institution s’arc-boute sur cette décision, créant ainsi des tensions entre les deux parties.

Depuis le 13 mai, le siège de la CNSS, à Libreville, est pris d’assaut par les retraités mécontents du paiement des pensions au trimestre. © Gabonreview

 

Patrick Ossi-Okori expliquant le bienfondé de la décision de la CNSS. Et, vue de dizaines de retraités mécontents. © Gabonreview

Ne digérant toujours pas le paiement des pensions désormais au trimestre, les retraités prennent d’assaut le siège de la Caisse de la nationale de sécurité sociale (CNSS) à Libreville. Après quelques débordements ayant perturbé les activités de l’institution 48 heures plus tôt, la CNSS a réagi, le 15 mai, en sécurisant l’accès à ses locaux.

Depuis le 5 mai, les pensions et rentes sont désormais payées au trimestre. Une décision contestée par les pensionnés réunis au sein du collectif des retraités des secteurs privés et parapublics, qui disent «non à cette mesure». La CNSS elle, ne compte nullement fléchir face à la pression des retraités.

«La position de la CNSS est connue de tous : notre situation de trésorerie ne nous permet pas aujourd’hui de continuer avec les paiements mensuels, pour un principe simple», a déclaré le chargé d’études du directeur général de la CNSS. «Les cotisations qui permettent de payer les pensions sont versées à la fin de chaque trimestre. Le 5 mai du mois qui suit, les pensions sont payées intégralement à tous les retraités. Voilà la position de la CNSS», a soutenu Patrick Ossi-Okori.

Au Gabon, le Code de Sécurité sociale dispose que les pensions et rentes sont payées au trimestre. Or, en 2014, l’ancienne équipe dirigeante avait décidé de passer à un paiement mensuel par une simple note de service, sans modification préalable de la Loi n°6/75 du 25 novembre 1975 par le législateur. Par ailleurs, l’institution encaisse actuellement 28 milliards de francs de cotisations trimestrielles, alors qu’elle en dépense 32.

«Cette mensualisation ne peut se poursuivre que si nous engrangeons suffisamment de ressources. Aujourd’hui, entre deux paiements de cotisations, nous sommes en tension permanente de trésorerie. Actuellement, nous vivons avec le soutien des banques qui nous font confiance. Et cela nous crée des déficits de trésorerie que nous sommes obligés de combler, constituant de fait un cercle vicieux», a insisté soutenu Patrick Ossi-Okori.

Parmi les retraités du collectif, la décision de la CNSS est diversement perçue. Certains y adhèrent haut la main, tandis que d’autres estiment que la mensualisation du paiement des pensions et rente est désormais «un droit». Les leaders du collectif des retraités disent avoir été reçus par le Premier ministre, le 15 mai à Libreville. En l’état actuel des choses, pas sûr que Julien Nkoghe Bekale désavoue la CNSS.

 
 

2 Commentaires

  1. Paul Bismuth dit :

    Bon il faut reconnaître que la CNSS a un bon argument : la loi est supérieur a une note de service. Mais il faut aussi dire (et je pense que c’est là le véritable noeud) que ces problèmes de trésorerie sont liés au fort chômage que connaît le pays. Notre système de retraite est un système par répartition (ce sont les actifs d’aujourd’hui qui paient pour les retraités d’aujourd’hui). Il faut donc qu’il y ait plus d’actifs si on veut vraiment tenter de rééquilibrer les comptes. Mais les différents Gouvernements qui ont dirigé ce pays n’ont jamais été capables de le faire. Et à l’allure où vont les choses, bientôt il sera question de réduire le montant des pensions, voire de passer à un système par capitalisation ou de supprimer carrément les pensions. La retraite est l’aboutissement d’une vie de travail. C’est un droit, pas une faveur.

  2. diogene dit :

    Bravo ! les cotisations – du moins celles qui arrivent car de nombreuses sociétés ne versent pas ou peu- arrivent chaque trimestre et la CNSS ne sait pas faire une division par trois ?

    Mensonges !

    Qui peut me dire si François WU a bien payé ses cotisations ?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW