À la suite de ses échanges avec les opérateurs économiques de la province, le ministre du Commerce annonce la mise en œuvre, dans les tout prochains jours, d’une série d’actions censées en finir avec la pénurie en produits de première nécessité qui sévit actuellement au Haut-Ogooué. La voie ferrée et la route y apparaissent comme les priorités de ce plan d’action.

Moment de la rencontre entre Hugues Mbadinga Madiya (à droite) et les opérateurs économiques du Haut-Ogooué (ici, avec le DG de Comilog), qui promettent la fin du calvaire vécu par les populations. © Facebook/ Hugues Mbadinga Madiya

 

Confrontées depuis quelque temps à la pénurie de certains produits de première nécessité, dont le gaz butane, les carburants, la farine, le ciment, etc., les populations du Haut-Ogooué devraient bientôt voir leur «calvaire» prendre fin. C’est, en tout cas, ce que promet Hugues Mbadinga Madiya qui a récemment séjourné dans la province. Le ministre du Commerce y a en effet rencontré les opérateurs économiques avec lesquels il a convenu d’appliquer les propositions du gouvernement visant à en finir avec le phénomène d’inflation né de la pénurie dans cette province.

Au nombre des actions à mener à court, moyen et long terme, Hugues Mbadinga Madiya annonce «la mise à disposition des wagons supplémentaires de Setrag et Comilog» et «le lancement imminent des travaux d’entretien de la route Alembe-Mikouyi par le ministère des Travaux publics».

En plus de ces solutions censées améliorer les conditions d’acheminement des marchandises vers la province, le membre du gouvernement a convaincu les opérateurs économiques de «se conformer aux exigences de la loi sur les stocks qui fait obligation aux entreprises de constituer des stocks suffisants pour faire face à d’éventuels aléas de la route ou de la voie ferrée».

Comme au Haut-Ogooué, la province de l’Ogooué-Lolo est également touchée par une pénurie en produits de première nécessité. Le 13 janvier à Koulamoutou, Hugues Mbadinga Madiya a également fait le point de la situation avec les autorités politiques et les opérateurs économiques locaux.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW