Alors que le gouvernement réuni en Conseil des ministres, le 13 juin, a annoncé la fusion de la Société nationale des hydrocarbures – Gabon Oil Company (GOC) – et la Société gabonaise de raffinage (Sogara), Noël Mboumba qui a remplacé, le 14 juin, Pascal Houangni Ambourouet à la tête du ministère du Pétrole et des Hydrocarbures, devra mener cette fusion et d’autres chantiers afin de booster ce secteur pour plus d’impact sur l’économie nationale.

Le nouveau ministre du Pétrole et des Hydrocarbures (à g. costume gris) recevant les dossiers essentiels, symbole de son entrée en fonction, le 14 juin 2019 à Libreville. © Gabonreview

 

Nommé le 10 juin dernier à la tête du ministère du Pétrole et des Hydrocarbures, Noël Mboumba a pris les rênes de ce département le 14 juin dernier. La cérémonie présidée par le Secrétaire général du gouvernement, Jonas Lola Mvou, a été l’opportunité pour le ministre sortant, Pascal Houangni Ambourouet, de faire une esquisse de son bilan avant de transmettre les dossiers prioritaires à son successeur.

© Gabonreview

À l’immeuble du Pétrole, siège du ministère du Pétrole et des Hydrocarbures, fleuron de l’économie gabonaise avec une contribution de près de 40 % au Produit intérieur brut (PIB) du pays, pour 45 % des ressources budgétaires et 85 % des exportations, de nombreux défis attendent le nouveau membre du gouvernement. Ce d’autant plus que le Gabon entend désormais répondre aux défis de la diversification de son économie.

«Les chantiers sont énormes. Mais je peux compter sur la qualité technique de ces employés, reconnus comme de brillants techniciens, des experts, pour pouvoir poursuivre les chantiers et challenges qui se tiennent devant moi», a dit Noël Mboumba lors de sa prise de fonction. L’un des premiers chantiers repose, a-t-il rappelé, sur «le 2e appel d’offres qu’il faudra poursuivre immédiatement». Ceci d’autant plus que son intérêt, a relevé le nouveau ministre du Pétrole, est de pouvoir augmenter la production nationale. Les prescriptions du nouveau Code des Hydrocarbures devront se transformer en actes. Toute chose devant encourager les investisseurs à s’intéresser davantage au Gabon.

Pour éviter les soubresauts déteignant parfois sur la quiétude des agents et occasionnant des grèves, le nouveau ministre s’inscrit sur la droite ligne de son prédécesseur : le dialogue sera au centre de l’action au sein de ce département ministériel. «Je reste de ce point de vue ouvert. Mon bureau sera ouvert à l’ensemble des agents du ministère des Hydrocarbures pour des forces de proposition. Pour faire en sorte que nous puissions, ensemble, comme dans un même bateau, gouverner ce ministère et ainsi, parvenir à augmenter la production et pouvoir dégager des accès supplémentaires pour le budget», a précisé celui qui était jusque-là directeur général de la Sogara, mais qui fut également ministre délégué au Budget, de même qu’à l’Economie.

 
 

1 Commentaire

  1. Savannah dit :

    Encore “un ajeviste” au commande d’un ministère clé.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW