Julien Nkoghe Bekale a procédé le 25 novembre 2019, au lancement officiel du Programme intégré pour l’alimentation en eau potable et l’assainissement de Libreville (PIAEPAL).

Le gouvernement veut garantir à la population, à l’horizon 2025, un accès universel durable à l’eau potable et à l’assainissement dans un cadre de vie sain et amélioré. © D.R

 

Photo de famille du lancement officiel du Programme intégré pour l’alimentation en eau potable et l’assainissement de Libreville (PIAEPAL), le 25 novembre 2019. © D.R

La phase d’exécution du Programme intégré pour l’alimentation en eau potable et l’assainissement de Libreville (PIAEPAL) a officiellement été lancée le 25 novembre, par le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale.

Conçu autour de trois composantes : le développement des infrastructures de distribution d’eau potable ; l’amélioration de la gouvernance sectorielle et le renforcement des capacités et la coordination et la gestion du projet, le PIAEPAL dans son volet 1 «Eau Potable», permettra la construction de près de 300 km de canalisations, réparties entre renouvellement dans les anciens quartiers et extension dans les nouvelles zones de peuplement du Grand Libreville.

«Concrètement, il s’agira, entre autres, de renouveler 149 kilomètres de réseaux de distribution d’eau potable ; de renforcer et d’étendre le réseau de distribution en eau potable sur 131 kilomètres, de réparer les fuites d’eau potable dans certains bâtiments administratifs ainsi que dans les camps des forces de défense et de sécurité par la pose de 20 kilomètres de canalisation, de construire 3 nouveaux châteaux d’eau et de supprimer les branchements d’eau anarchiques», a détaillé le ministre de l’Énergie et des Ressources hydrauliques, Tony Ondo Mba.

Selon le rapport d’évaluation du PIAEPAL, le projet permettra à 920.000 habitants du Grand Libreville de bénéficier d’un approvisionnement régulier en eau potable et en quantité suffisante.

Financées à hauteur de 77 milliards de francs CFA, à travers un prêt de la Bad et de l’Africa Growing Together Fund (AGTF), les réalisations envisagées dans le cadre de ce vaste programme émanent de l’ambition de garantir, à l’horizon 2025, un accès universel durable à l’eau potable et à l’assainissement dans un cadre de vie sain et amélioré, sur l’ensemble du territoire national.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW