Le président Ali Bongo Ondimba, aux États-Unis où il prend part aux assises de la 67e session de l’Assemblée générale des Nations unies, a annoncé, au cours de son allocution sur l’État de droit à la première réunion de haut niveau de cette session, son souhait de voir le Gabon briguer un nouveau mandat au Conseil des droits de l’Homme dès janvier 2013.

Assemblée générale des Nations Unies - © D.R.

Les précédentes prestations du Gabon à la tête du Conseil de sécurité des Nations unies en tant que membre non permanent en mars 2010 puis en juin 2011, félicités et appréciés par la communauté internationale viennent conforter le souhait du numéro gabonais de voir son pays briguer un nouveau mandat au sein du Conseil des droits de l’Homme de cette institution.

«Le Gabon est une voix africaine qui compte et doit compter beaucoup plus dans le futur. Nous sommes acteurs sur la scène diplomatique internationale. Notre mission doit continuer», avait déclarait Ali Bongo Ondimba lors de la décoration des membres de la mission gabonaise au Conseil de sécurité, le 23 septembre dernier.

À travers le nouveau mandat sollicité qui sera pour le Gabon le 4e du genre de son histoire, le président Ali Bongo Ondimba souhaiterait «rendre plus équitable et plus démocratique la gouvernance et les institutions globales. C’est pourquoi le Gabon reste convaincu que l’Afrique doit être justement représentée au sein d’un Conseil de sécurité réformé».

En représentant à nouveau le continent africain, le Gabon voudrait notamment améliorer le dialogue et la coopération entre les États, lutter plus efficacement contre la criminalité transnationale et poursuivre la lutte contre l’impunité et la criminalité transnationale organisée. «Tout en réaffirmant notre engagement politique commun, nous devons également promouvoir le dialogue et de nouvelles approches de coopération entre les États.» a indiqué, lors de son allocution, le président Ali Bongo pour soutenir son souhait.

«Ce nouveau mandat permettrait aussi au Gabon de poursuivre sa coopération avec les organes chargés d’appliquer la justice pénale internationale pour lutter contre l’impunité et la criminalité transnationale organisée, à travers le braconnage et la pêche illégale», a poursuivi le président gabonais.

«De part ses prises de décisions courageuses et engagées, au sein des Nations unies, depuis janvier 2010, la diplomatie gabonaise est aujourd’hui reconnue et respectée par les autres puissances diplomatiques. En briguant un nouveau mandat, le Gabon souhaite montrer qu’il est à nouveau prêt, à relever les défis auxquels la communauté internationale fait face aujourd’hui mais aussi à jouer un rôle plus important dans la promotion de la paix et la sécurité, au niveau régional et mondial», a conclut le président Ali Bongo Ondimba en attendant de voir son souhait exaucé à la suite de la prochaine élection des 10 prochains membres non permanents par l’assemblée générale des Nations unies.

Pour rappel, le Gabon a été élu à trois reprises membre non-permanent du Conseil de sécurité, d’abord pour la période de 1978-1979 et de 1998-1999 puis de 2010-2011. En outre, depuis 1965 le Conseil de sécurité des Nations unies compte, en plus de ses 5 membres permanents, 10 membres non permanents qui sont élus pour deux ans à la majorité des deux tiers par l’Assemblée générale des Nations unies, et renouvelés par moitié tous les ans.

 
 

9 Commentaires

  1. Le citoyen libre dit :

    «Le Gabon est une voix africaine qui compte et doit compter beaucoup plus dans le futur. Nous sommes acteurs sur la scène diplomatique internationale. Notre mission doit continuer»,

    Domage que la politique interieure du Gabon n’est pas un exemple.

  2. La Fille de la Veuve dit :

    Kia! Kia! Kia! Kia!

    Et pourquoi pas Ali Bongo prix Nobel de la paix pour avoir instaure la democratie et le respect des droits de l’homme au Gabon.

    Enfin, pourquoi pas. Puisque c’est l’ONU et que tout le monde y est.

    Meme la Coree du Nord !

  3. Le citoyen libre dit :

    Ali Bongo accusé de violation des droits de l’homme par l’ONU.

    C’est pour cette raison qu’il vient mentir aux Nations unies :

    «Le Gabon est une voix africaine qui compte et doit compter beaucoup plus dans le futur. Nous sommes acteurs sur la scène diplomatique internationale. Notre mission doit continuer» Parce que le Gabon a perdu son influence en Afrique de puis qu’ALI est au pouvoir.

    «Tout en réaffirmant notre engagement politique commun, nous devons également promouvoir le dialogue et de nouvelles approches de coopération entre les États.» Parce qu’il a voulu fermer le dialogue avec l’opposition.

    «Ce nouveau mandat permettrait aussi au Gabon de poursuivre sa coopération avec les organes chargés d’appliquer la justice pénale internationale pour lutter contre l’impunité et la criminalité transnationale organisée, à travers le braconnage et la pêche illégale» Parce que les rapports sur les violations des droits humains au Gabon n’ont jamais ete envoyes aux nations unies.

  4. Eric Nguema Mba dit :

    Chers amis de gabonreview,
    Il faudrait choisir: c’est le conseil de sécurité ou le conseil des droits de l’homme? Ce papier est totalement incompréhensible!
    Quant à la fille de la veuve, je suis toujours étonné par ses réactions face à tout ce qui peut honorer le pays. Demain quand Ali Bongo ne sera plus au pouvoir (si si, ça arrivera), le Gabon restera le Gabon§ Un peu de patriotisme de temps en temps!

    • Luc Lemaire dit :

      Le Gabon a été représenté 3 fois au Conseil de sécurité et demande maintenant à l’être au Conseil des droits de l’homme sur la base de ses précédentes réussites. C’est ce que dit le premier paragraphe…

    • le citoyen libre dit :

      Eric Nguema Mba

      Un peu de patriotisme de temps en temps ?
      Oui mais pas avec celui qui se moque de la patrie. ALI est comme un pere qui fait souffrir sa propre famille et a l’exterieur va chanter qu’il s’occcupe bien de sa famille et qu’il est pere exemplaire, alors que tout le monde sait que c’est le contraire.

    • La Fille de la Veuve dit :

      @ eric Nguema Mba,

      Vous pouvez me dire c’est quoi le patriotisme et a qui s’adresse-t-il ?

      Vous me faites penser a ses peres de famille qui violent leurs filles toutes les nuits et qui le jour venu les accompagnent a l’Ecole au volant de leur voiture pour paraitre de bons pere de famille.

      Vous direz certainement a ces filles qu’elles sont ingrates et qu’elles devraient “de temps en temps” reconnaitre qu’elles ont la chance d’avoir un bon pere, n’est-ce pas ?

      Enfin vous ne vous interrogez pas de temps en temps sur cette quete sans fin a la notoriete internationnale. Comme un etre sans diplome qui cherche a avoir toutes les decorations possibles.

  5. le citoyen libre dit :

    Tant qu’il n’y aura pas de democratie, de liberte et le respect des droits de l’homme le Gabon n’a aucune chance d’etre au conseil des droits de l’homme. En Afrique il y a d’autres pays qui meritent mieux que le Gabon.
    ALI veut etre au conseil des droits de l’homme pour bloquer les rapports sur les violations des droits au Gabon. Se sera pas un opposant qu’ALI va designer pour representer le Gabon.

  6. Nguema dit :

    @ Citoyen libre tu te trompes. La Libye de Kadhafi qui n’avait ni constitution, ni Institution autre que Kadhafi lui-même et qui n’était pas franchement l’amphithéâtre du respect des droits de l’homme a bien présidé le Comité des droits de l’Homme des Nations Unies pendant 3 ans. Les mécanismes dans les institutions onusiennes n’ont rien à avoir avec le fait d’être un modèle de démocratie ou pas. D’ailleurs la très grande majorité des Etats membres de l’Onu sont des dictatures. Et leur poids infini à l’AGNU est tel que n’importe quel Etat, même l’Arabie Saoudite peut être élu à siéger dans ce type d’instances.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW