Après enquête et analyse par le Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF) et la direction générale des Études et Laboratoires (DGEL), la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) assure que la mort de centaines de poissons de la Zone ferroviaire de Moanda, en mars dernier, n’est pas le fait de ses activités industrielles à proximité de la gare.

Plusieurs centaines de poissons avaient été retrouvés morts, flottant dans un lac à la Zone ferroviaire de Moanda (illustration). © Cécile Bouretal-Constant

 

En mars dernier, plusieurs centaines de poissons avaient été retrouvés morts, flottant dans un lac à la Zone ferroviaire de Moanda. Si certains avaient tôt fait d’accuser la Comilog, dont les installations industrielles, le Complexe industriel de Moanda (CIM) et le Complexe métallurgique de Moanda (CMM), sont situées près de la gare ferroviaire de la commune, l’exploitant assure dans une correspondance récemment adressée au député Alexandre Awassi qu’il n’en est rien.

«Il n’existe aucune corrélation entre la mort des poissons et nos activités industrielles à proximité de la gare. […] Il n’y a aucune pollution d’ordre chimique telle que cela pouvait se lire dans certains réseaux sociaux», se défend Leod-Paul Batolo. L’administrateur directeur général de Comilog se fonde sur les résultats bactériologiques et physicochimiques «des analyses et rapports [des] experts scientifiques mandatés pour l’affaire».

Sitôt le «phénomène» observé, le patron de la société d’exploitation minière a, en effet, lancé une investigation. Le CIRMF, la DGEL et l’USTM avaient notamment été sollicités pour l’analyse des eaux et de quelques poissons morts.

Leod-Paul Batolo assure également avoir communiqué sur l’affaire avec les populations de Moanda et d’avoir fait interdire toutes activités de pêche et de rouissage de manioc dans la zone. Avec l’appui de l’USTM et du Cenarest, un monitoring pour le suivi des eaux des lacs a été mis en place, ainsi que le décaissement d’une enveloppe globale de 14 millions de francs pour «une aide ponctuelle aux populations» impactées.

 
 

1 Commentaire

  1. diogene dit :

    Seuls des experts indépendants peuvent nous dire ce qu’il en est exactement.

    Toujours est il que les poissons ne meurent pas massivement tout seul. Il y a une cause.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW