Le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale devrait faire sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale le 25 février, conformément à l’article 28a de la Constitution. Une déclaration très attendue alors que le front social n’est pas rassuré et que les populations font de plus en plus preuve de défiance à l’égard du pouvoir.

Julien Nkoghe Bekale est attendu pour sa déclaration de politique générale. © Primature-Gabon

 

Nommé Premier ministre dans la nuit du 11 au 12 janvier, Julien Nkoghe Bekale devrait faire sa déclaration de politique général le 25 février. Selon la Constitution, cette déclaration donnera «lieu à débat, suivi d’un vote de confiance (…) acquis à la majorité absolue des membres de l’Assemblée nationale». S’il est sûr d’avoir le quitus des parlementaires, le PDG et ses nouveaux alliés étant majoritaires au Palais Léon Mba, le contexte actuel devrait beaucoup jouer quant aux thèmes qu’il abordera.

En effet, alors que le front social demeure en ébullition, en témoignent l’irruption de grèves dans plusieurs secteurs, les Gabonais sont de plus en plus fébriles et stressés en raison d’un quotidien devenu difficile. Cette asphyxie sociale lancinante génère de plus en plus de la défiance vis-à-vis des institutions.

Toutefois, d’aucuns estiment que, comme ses prédécesseurs, Julien Nkoghe Bekale réussira sans anicroches cet exercice souvent convenu et qui réserve rarement des surprises ou des éclats de voix. En s’installant dans son fauteuil, Julien Nkoghe Bekale avait annoncé la couleur : durant son son passage à la Primature, il ne souhaite pas aller en guerre contre les partenaires sociaux et entend répondre aux préoccupations des Gabonais. Dans cette optique, il a initié, selon la presse de la Primature, des rencontres avec les différentes institutions, administrations et bien d’autres composantes de la société afin de recueillir leurs avis et ceux des populations.

Désarçonnées par la crise sociopolitique actuelle, la population est de plus en plus sceptique. «Le gouvernement ne se préoccupe pas des problèmes des Gabonais, les partis politiques ce n’est même pas la peine». Les populations attendent un discours réaliste sur la base duquel Julien Nkoghe Bekale et son équipe seront jugés.

 
 

1 Commentaire

  1. Maganga Octave dit :

    Cette déclaration n’a plus lieu d’être car, les délais seront échus : nommé le 11 janvier, le fameux premier ministre a jusqu’au 25 février pour la faire. Passé ce délai, les députés auront l’obligation de ne pas le recevoir

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW