Gilbert Hubert Jacques a finalement été reconnu coupable d’injures publiques puis condamné à 30 jours de prison dont 19 de sursis par le tribunal correctionnel qui a vidé son délibéré le 23 novembre dernier.

Le directeur de Necotrans et son collaborateur devant les juges, le 16 novembre 2015 à Port-Gentil. © Gabonreview/Louis Mbourou

Le directeur de Necotrans et son collaborateur devant les juges, le 16 novembre 2015 à Port-Gentil. © Gabonreview/Louis Mbourou

 

La décision ne semble guère satisfaire la partie civile et plusieurs observateurs dans la capitale économique qui la trouve trop clémente et taillée sur mesure. Lors de l’audience correctionnelle de flagrant délit, tenue le 16 novembre dernier, Gilbert Hubert Jacques a reconnu avoir traité ses employés dont le plaignant, John Mombo, de «pingouins». Le plaignant et d’autres employés venus témoigner ont argué que leur directeur est un personnage à l’injure facile qui, au quotidien, ne rate aucune occasion pour rabaisser ses collaborateurs.

L’avocat de la partie civile dans sa plaidoirie n’a pas hésité à traiter le prévenu de «négrier des temps modernes». Lui emboîtant le pas, le procureur de la République a sermonné le prévenu en rappelant les qualités qui devraient caractériser un bon manager. Carole Badiate a aussi salué le courage du plaignant, lequel malgré les pressions et menaces de sa hiérarchies a tenu à ce que justice soit rendue en maintenant sa plainte jusqu’au bout, avant de requérir un mois de prison et 300 000 francs d’amende. Si le tribunal ne s’est pas plié à la demande de l’avocat de la défense de rendre le jugement sur le siège ni aux pressions bien perceptibles sur ce dossier, son verdict semble en revanche souffrir de quelques pesanteurs.

Reconnu coupable d’injures publiques, Gilbert Hubert Jacques a été condamné à 30 jours de prison dont 19 assortis de sursis. Comme par hasard, la durée de la prison ferme couvre le temps que l’indélicat a passé en détention préventive. Conséquence, le tribunal a levé le mandat de dépôt décerné à son encontre le 13 juin dernier. Concernant les intérêts civils, la demande formulée par John Mombo à 40 millions de francs a été ramenée à un million. Une décision que n’a pas appréciée l’avocat de la partie civile qui compte interjeter appel.

 

 
 

4 Commentaires

  1. Muane Dimbu dit :

    Pendant que non loin de la capitale economique, on donne des amendes de 600 000 000francs pour diffamations, le tribunal de Pog demande 1000000 pour injures publiques taxes de flagrants deli

  2. au Total dit :

    Pour calmer les petits revenchards à qui l’on fait croire que c’est toujours la faute des autres et du blancs! pour intimmider les petits patrons ( surtout qu’ils restent à leurs places), pour faire croire à une justice qui protége l’honneur du citoyen, on condamne pour des mots ( qui ne sont méme pas reconnus comme injures), un employeur, chef d’entreprise, qui rémunére contre travail, à faire de la prison !…. Ceux des intituts banquaire… rien, ceux des crimes rituel… rien, ceux des délits financier… rien ! Les Gabonais sont content…Sous d’autres cieux ce vidéo gag ferait rire… Que l’on fasses un rappel à l’ordre… d’accord! Mais de la taule !Les magistrats qui se prétent à assener des peines disproportionnés pour des délits mineurs,ils veulent justifier leur compromission face à une administration qui c’est discrédité depuis longtemps! En infligeant cette sentencce, sur une victime désignés ( avec rappel à la traite négriéres, rien que ça!) On dédouane d’autre condamnation à la calomnies, prononcé et à venir… Bien compris… tournez septe fois vos langues… et flattez !

  3. yaali dit :

    il est vrai que le verdict pour ces motifs est quelque peu ridicule. se faire traiter de pingoin!! grand Dieu!!! mias soyons serieux un instant. Port Gentil vit encore a l’epoque colonial ou le racisme et la discrimination existe toujours. Les “expat” s’octroient le droit de tutoyer les autochtones et d’avoir un langage familier, insultant vis a vis des locaux du genre ” t t es un couillon toi” et le colonise de repondre “ooooh patronnnn”. le “Tu” a toutes les sauces,le vouvoiement exige quand on s’adresse à un blanc expat. et vous les gabonais vous accepter ca. Oui!!! parce que beaucoup d’entre vous , voyez ces expat comme si ils avaient le droit de vie ou de travail sur vous. la condanation de chef d’entreprise sera certainement un exemple, mais cela ressemble davantage à une petite vengeance pour recolter un peu d’argent “toujours grapiller quelque part, mais rare ceux qui reelement s’affranchisse de cette attitude. bref…. je ne defend ce coco qui a été condamne; loin de là, mais je pense qu’il faut savoir grandir et s’affirmer. John Mombo toi aussi, tu es garçon, tu aurais pu l’insulter aussi non.
    la justice là aussi, vous vous emmerdez.
    vraiment au Total, c ‘est un peu vrai ce que tu dis et crois bien que je suis gabonais

  4. papypancho dit :

    les pingouins bouffe cadeau, dimanche ils iront surement prier a l eglise et en suivant bouffer le maigre gain avec quelques bordelles
    enfin …

    mais gare Mr AVC est la ! merci Mr AVC

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW