Le programme de renforcement des capacités de l’équipe de l’Unité d’appui au partenariat public-privé (PPP), et autres acteurs publics intervenant dans la réalisation des projets PPP au Gabon, s’est ouvert le 13 mars à Libreville sous la thématique des mécanismes des PPP.

Les experts gabonais à l’école du Istanbul PPP CoE. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Une formation en renforcement des capacités sur les mécanismes des  PPP s’est ouverte le 13 mars à Libreville. 25 experts issus de l’Unité d’appui aux Partenariats publics-privés (UA-PPP), de la Cellule de promotion des PPP de l’Agence nationale des promotions de l’investissement (ANPI-Gabon), des Cellules sectorielles des PPP, ainsi que les acteurs intéressés par la question du financement des infrastructures structurantes, prennent part à cette formation qui s’achève le 14 mars.

Conduites par les experts du Centre d’excellence du partenariat public-privé d’Istanbul (Istanbul PPP CoE), sous l’égide du groupe de la Banque islamique de développement, ces rencontres abordent plusieurs thématiques. L’on peut citer les principes fondamentaux sur les PPP, les types d’approvisionnement en PPP, le processus de passation de contrats PPP au Gabon, les rôles et responsabilités de chaque partie, ou encore la transparence dans le processus d’attribution des contrats PPP, l’analyse coûts – bénéfices pour l’approvisionnement en PPP, l’analyse coûts – bénéfices pour l’approvisionnement en PPP, etc.

«Il s’agira pour les participants, de parvenir à distinguer et définir un PPP, définir les mécanismes d’accompagnements ainsi que les mécanismes techniques qui permettent de monter un projet PPP, identifier les procédures instaurées par le cadre gabonais», a expliqué le coordonnateur de l’unité d’appui aux PPP, Davy Emane Ndong Nzé.

En effet, la mise en œuvre des projets de partenariat public-privé dans les conditions de diligence et d’efficacité répond à la préoccupation urgente du gouvernement de doter le pays des infrastructures structurantes. Dans ce contexte, assurent les experts, «un contrat optimal des PPP doit répondre à une triple contrainte : réaliser des investissements publics dans un contexte budgétaire tendu, bénéficier des capacités des entreprises privées et assurer une répartition équitable des risques entre partenaires publics et privés».

Instaurée par les dispositions du décret n°000155/PR/MPIPPP du 18 mai 2018 portant attributions, organisation et fonctionnement de l’Organe de pilotage des Partenariats public-privé, l’Unité d’appui aux partenariats public-privé (UA-PPP) est une entité technique dédiée à la structuration, au suivi et contrôle, à la formation et l’accompagnement des sectoriels dans l’identification de projets.

 
 

2 Commentaires

  1. Jeanne Ngoleine dit :

    Les Partenariats Publics Privés permettent aux secteurs privés de participer au financement des projets de développement, notamment dans les projets d’infrastructures qui assurent un service public. Dans le contexte Aficain, il est important que les États fassent un suivi régulier,!pour bien comprendre les termes du PPP et limiter les risques et conséquences qui conduisent aux échecs, souvent par manque de compétences juridiques ou d’experts. Au Gabon la SEEG est un exemple cité par la Banque Mondiale dans son cours auquel j’ai participé sur les PPP. Il ressort que ce cas est un échec. À Dakar l’autoroute à grand péage de Dakar est une preuve de réussite des PPP. Un autre volet crucial est le respect des engagements des États sur les projets.

  2. Jeanne Ngoleine dit :

    La formation des acteurs aux projets des PPP est une initiative louable pour le suivi , la réussite et la pérennité du projet issu de ce PPP.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW