Le Conseil national de la démocratie (CND) a tenu, le 11 mai 2016 à Libreville, une assemblée plénière axée sur l’examen et l’adoption du code de bonne conduite et son application lors de la présidentielle d’août prochain. 

Séraphin Ndaot Rembogo, président du CND. © Gabonreview

Séraphin Ndaot Rembogo, président du CND. © Gabonreview

 

Le président du CND, Séraphin Ndaot Rembogo,  a insisté sur le respect scrupuleux de ce code par les acteurs politiques, en vue d’une élection présidentielle apaisée : «Ensemble nous avons la lourde responsabilité, devant l’histoire, de construire cette paix que notre peuple appelle de tous ses vœux. Et nous pensons que le respect du code de bonne conduite, de l’éthique, de la morale par tous les acteurs politiques peut y contribuer significativement», a-t-il souligné.

Par ailleurs, deux communications ont été développées. La première, animée par Helmut Kulitz, ambassadeur de l’Union européenne, tablait sur l’observation des élections politiques, tandis que l’autre, animée par Andy Makindey Nze-Ngueme (professeur d’université), portait sur un sujet d’actualité mondiale : «la démocratie face au terrorisme», tentant de répondre aux préoccupations des leaders politiques en matière de préservation de la paix et de l’équilibre social en période électorale.

 

 
 

4 Commentaires

  1. LE LION NOIR dit :

    Des parleurs,le code de bonne conduite!lol c’est ali bongo ondimba de le manifester lui qui est un imposteur avéré!notre responsabilité devant l4histoire serait le respect des lois constitutionnelles établies,par conséquent si et seulement si la constitution n’est pas respectée en quoi évoquerions-nous le code de bonne conduite?

  2. OKAZAKI dit :

    Le respect du code de bonne conduite suppose au préalable le respect du code de la nationalité, le respect du code électoral,et le respect de la constitution. Avec votre code de bonne conduite, vous êtes à l’image de cet homme qui s’essuie d’abord les fesses ensuite il fait caca.

  3. IPANDY dit :

    Ce n’est pas mauvais un code de bonne conduite. Mais ce qui fait défaut c’est le président du CND. Cet homme n’est pas crédible. Je pense que c’est un corrompu.

  4. la machine dit :

    le CND est une institution qui régule la démocratie dans notre pays,que le bon sens prévaut dans les cœurs des uns et autres ,je ne pense pas que le fait de poser des actes ou de trouver des mécanismes pour que la paix règne dans le pays est un acte de corruption, au contraire c’est une institution qui se bat corps et âme pour instaurer un environnement apaisé ,c’est s’abord de ce qu’il s’agit, maintenant ce n’est pas le role du CND de statuer sur l’éligibilité d’un quelconque candidat, juste au sein du CND réunis les partis politiques de notre pays ,au début beaucoup de partis n’y avaient pas adherer ou ne participaient pas aux travaux mais au fil du temps ces partis se sont ravisés et sont maintenant partie prenante pour la simple raison qu’il ont pu constater des avancées réelles et que des recommandations avaient été établies, les choses se font de manière progressive ,mais il faut aussi louer quand meme les actes posés par le CND, remettre en cause l ‘intégrité de NDAOT revient a nier tous les efforts que ce monsieur a fait au niveau de cette institution, je terminerai mon propos en disant ceci, que toutes les personnes qui clament haut et fort sur la nationalité du président de la république étaient avec lui depuis des années ,si y’a des gens à qui le peuple doit demander des comptes ce n ‘est pas à NDAOT mais plutôt à ces gens la.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW