Toutes les entreprises ont l’obligation de mettre en œuvre des mesures de prévention adaptées à leurs activités pour garantir la sécurité et la santé de leurs travailleurs. Beks Consulting Gabon s’inscrit dans cette démarche pour mieux les accompagner.

Steeven Bekale faisant une simulation en matière de prévention des risques. © Beks Consulting Gabon

 

Le Code du travail gabonais exige aux entreprises de se doter d’un programme de prévention des risques professionnels. Prenant en compte les dangers particuliers liés aux différents secteurs concernés, ce dispositif doit être périodiquement revu pour coller au plus près aux évolutions des risques. Si les entreprises de plus de 50 personnes doivent constituer des comités de sécurité et de santé au travail, pour assurer l’exécution de la politique de prévention des risques au travail, cette tâche incombe aux délégués du personnel pour les entreprises de moins de 50 personnes.

Toutefois, quelle que soit leur taille, les entreprises ont besoin de l’expertise des sociétés spécialisées dans la prévention, la santé et la sécurité au travail. Sur ce segment, Beks Consulting Gabon est «la seule société du secteur privé» qui offre un service global et intégré dans la mise en œuvre d’une véritable politique de prévention des risques professionnels dans les entreprises.

Elle accompagne les entreprises, tous secteurs confondus, dans la mise en œuvre du système de santé-sécurité au travail et dans la gestion de ce système. Beks Consulting assure également l’accompagnement des comités de sécurité et de santé au travail ou des délégués du personnel, à la réalisation des évaluations des risques, la formation des travailleurs en sauveteur-secouriste du travail (SST), et les visites terrain pour améliorer les conditions de travail.

«Aucun système efficace de santé-sécurité au travail ne peut être installé sans l’élaboration, par les comités de sécurité et de santé au travail ou des délégués du personnel, d’un document unique d’évaluation des risques professionnels. Il s’agit non seulement d’effectuer un inventaire hiérarchisé des risques identifiés dans chaque unité de travail, mais également de définir un plan d’action afin de trouver des solutions à ces risques», explique Steeven Bekale, le gérant de Beks Consulting Gabon. «Nous sommes des professionnels dans ce domaine et accompagnons nos clients dans ce processus très technique et souvent complexe. Nous ne nous limitons pas uniquement aux risques industriels. Nous nous focalisons également sur les risques psychosociaux qui sont fréquemment négligés», ajoute-t-il.

Steeven Bekale et ses collaborateurs. © Beks Consulting Gabon

 

Selon lui, ce document n’est réalisable que si chaque employé au sein de l’établissement est impliqué dans une démarche globale de prévention. «Notre savoir-faire consiste à rendre les entreprises autonomes et faire de la sécurité un thème quotidien en leur apprenant à organiser des visites terrain adaptées, des animations et des quarts d’heure sécurité aux fins de sensibilisation», a-t-il expliqué. «Nous apprenons aux représentants du personnel à remonter les faits par la méthode de l’arbre des causes, afin de trouver des causes organisationnelles de l’accident et d’y remédier », a-t-il ajouté.

L’intégration de ces réflexes par les employés, passe par les formations courtes et pratiques dispensées par les formateurs de Beks Consulting Gabon, qui sont tous titulaires des certificats des formateurs CHSCT/CSE (France) et CSST (Gabon). Ils sont également répertoriés à l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS France), organisme de référence en la matière, en tant que formateur sauveteur-secouriste du travail.

Si certains estiment que la mise en place des programmes de prévention est une dépense inutile dans une économie qui n’est pas encore totalement sortie de la crise, Steeven Bekale ne partage pas cette idée. Il assure au contraire que «le bien-être des employés au lieu du travail est un facteur de productivité, d’amélioration de l’image de la société et d’un climat social paisible. Le coût moyen direct ou indirect d’un accident de travail est dix fois plus important que les dépenses pour la mise en place d’une politique de prévention au sein de l’entreprise», a-t-il argumenté.

 
 

1 Commentaire

  1. Bekale Steeven dit :

    Bonjour à toute l’équipe de Gabonreview,

    Je souhaiterais au nom de toute l’équipe de BEKS CONSULTING GABON, vous dire merci pour cette article magnifique.

    Bonne continuation.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW