La représentante résidente de la Banque mondiale et le ministre de la Formation professionnelle ont évalué, le 31 octobre à Libreville, le niveau d’exécution du Projet de développement des compétences et de l’employabilité (Prodece).

Alice Ouédraogo et Madeleine Berre faisant le point d’étape d’exécution du Prodece, le 31 octobre 2019. © Gabonreview

 

Le Projet pour le développement des compétences et de l’employabilité des jeunes (Prodece) était au cœur d’une séance de travail entre la représentante résidente de la Banque mondiale et le ministre de la Formation professionnelle, le 31 octobre à Libreville. Alice Ouédraogo Madeleine Berre ont procédé à la revue à mi-parcours de l’exécution de ce programme, pour en apprécier l’évolution, proposer des stratégies pour l’atteinte des objectifs.

«Nous avons passé en revue le projet. Nous avons regardé les étapes qui ont été franchies, et les étapes qui restent à franchir. Nous avons discuté des points de difficultés. A deux ans du projet, nous avançons assez bien. Sur la première composante, nous avançons assez bien, nous espérons pouvoir commencer les constructions des centres professionnels d’ici au mois de décembre. Sur la deuxième composante, on est vraiment très avancé avec l’Office nationale de l’emploi qui réalise de très bons résultats. La troisième composante pour sa part est en cours», indiqué Alice Ouédraogo, optimiste, quant à la suite de l’exécution du projet.

Lancé en 2018 et financé à hauteur de 57,5 milliards de francs CFA par la Banque mondiale, ce projet  vise plusieurs objectifs. Il s’agit de l’accroissement de l’offre de formation par la construction de deux nouveaux centres dédiés aux métiers des Bâtiments et travaux publics (BTP) et aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). A cela s’ajoutent la réhabilitation des 21 lycées techniques et centres de formation, le développement des compétences, l’amélioration de l’employabilité des jeunes et, le renforcement des capacités des organes gouvernementaux intervenant dans la formation professionnelle.

 
 

1 Commentaire

  1. GOMEZ dit :

    Formation dans les métiers du Btp, autant dire les métiers sans réel futur.

    il faut former dans les métiers du futur comme des techniciens en électricité, automatisme, mécanique industrielle, tuyauteurs, soudeurs, opérateurs pétrole, forage réseaux. Bref des métiers qui peuvent servir les industries des ressources premières. Le Btp certes, mais dans une moindre mesure car le gros de la formation se fait sur le terrain, bien que ce soit aussi important d’avoir des gens bien formés dans ces métiers aussi mais ça ne doit pas être la voie centrale de formation.
    Quid de l’agriculture qui nous fait bien défaut ????

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW