La Banque africaine de développement (Bad) a accordé, mardi 28 novembre, un prêt de plus de 64 milliards de francs CFA au Gabon pour le financement de son agriculture.

Le programme Graine a bénéficié d’un prêt de plus de 64 milliards de francs CFA de la Bad. © D.R.

 

Yves Fernand Mamfoumbi (à gauche) et Akinwumi Adesina, le président de la Bad, le 28 novembre 2017 à Abidjan, en Côte d’Ivoire. © D.R.

Le projet Graine (Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés) devrait connaître une nouvelle accélération dans les prochains mois. Présenté comme l’une des réalisations les plus importantes du premier mandat d’Ali Bongo, entrant dans le cadre de la diversification de l’économie gabonaise, ce projet vient de bénéficier d’un coup de pouce de la Bad. Le conseil d’administration de l’institution bancaire africaine lui a accordé un prêt de 98,541 millions d’euros, soit 64,6 milliards de francs CFA, informe, ce mardi 28 novembre, le ministère de l’Agriculture.

Cet argent, précise le ministère, se justifie par la volonté de la Bad de «renouer avec l’agriculture gabonaise après 20 ans». «Ce prêt permettra de soutenir et d’accélérer le programme Graine, en contribuant notamment au financement des infrastructures sociales et agricoles nécessaires à la promotion des coopératives et de l’entreprenariat agricoles des jeunes et des femmes, des actions de formation, d’organisation et de professionnalisation des bénéficiaires, les «agripreneurs»».

Dans l’équipe dirigée par Yves Fernand Mamfoumbi, on veut croire que l’appui financier accordé au secteur agricole gabonais, est la preuve de la confiance de la Bad dans le Plan stratégique Gabon émergent (PSGE) et le Plan de relance économique (PRE) adopté il y a quelques mois par le gouvernement. Deux projets qui, selon le ministère de l’Agriculture, répondent aux exigences de la Banque.

 
 

3 Commentaires

  1. Mboung dit :

    On parle (surement pr rire?)de développer l’agriculture du Gabon pendant que les agriculteurs Gabonais ne verront rien de cet argent qu’on va les forcer à rembourser ensuite va dans les poches des pseudos banquiers prédateurs et des illégitimes séides qui l’ont ont sollicité.Les mm séides Ns vendent (avec leurs amis arabisants mais pas que?) dans le mm lot que nos pays qui sont littéralement aux enchères ,et c’est la banque mondiale (ici cachée derrière la BAD sic!) qui finance ces (honteuses) transactions foncières boostées par les insatiables gredins au pouvoir Pfff !!!
    Stupid is Stupid does !!! Pfff !!

  2. jean- jacques dit :

    on espere que ce genre des pret c’est les institutions qui devraient gérer pour eviter les detournements.

  3. 25 000 milliards cfa dit :

    Cela fait dejà 25 000 milliards de cfa qu’Ali Bongo a géré en 9 ans de mandature au Gabon.

    Comparativement à la Cote D’ivoire et au Sénégal, les aides, les emprunts et les recettes budgétaires servent au développement de ces pays.
    Nous avons tous vus ce que Macky salle a fait au Sénégal avec seulement 100 milliards : un grand aéroport international.

    Au Gabon, les emprunts servent à financer les campagnes politiques et les meetings du PDG en permanence.
    Les budgets du Gabon, petit pays de 2 millions d’habitants, servent à alimenter le déficit budgétaire de la France notamment, le remboursement du Plan Marechal de la france vis à vis des USA souscrit au sortir de la guerre de 1945.

    Les recettes budgétaires du Gabon, le jour qu’elles feront l’objet d’un contrôle par nos élus, en fin d’exercice budgétaire, ne pourront plus être détournées.

    Budget du Sénégal en 2018 3609 milliards de CFA avec 16 millions d’habitants.
    Budget du Gabon en 2018 , 3028 milliards de CFA avec 2 millions d’habitants.

    Les fonctionnaires du Gabon sont sous tension budgétaire permanente or au Sénégal, les tensions n’existent pas!

    Pour la côte d’ivoire, Emmanuel MACRON, a inauguré le premier métro de ce pays. celui du gabon apparaîtra, quand les ressources halieutiques et miniers seront extirpées du sol et du sous sol gabonais.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW