Les chrétiens répondent par l’affirmative à cette question tandis qu’une partie de l’opinion en doute. Les églises dites de réveil prolifèrent depuis quelques années au Gabon, au point que certains les voient imposer un nouvel ordre religieux suscitant bien d’interrogations.

L’église de La Parole Vivante à Libreville. © Gabonreview

 

Ministère du plein évangile, église, chapelle, camp de prière, les églises dites de réveil ont plusieurs appellations, foisonnent à travers le pays et attirent chaque jour un peu plus de fidèles. A défaut de véritables temples, des espaces improvisés servent de site de prière. Salon, terrasse, cours et autres lieux parfois improbables sont mis à profit et les fidèles n’y voient aucun inconvénient. «La multiplication des églises est une bonne chose, parce que si la parole de Dieu entre dans les familles, base de l’éducation des enfants, c’est très bien. C’est le pays entier qui est béni», estime une fidèle du ministère du Combat spirituel pour qui Dieu peut être adoré partout et n’importe où.

Eglise de réveil à Nkol-Engum. © Gabonreview

Ces églises s’inspirent du grand réveil religieux du 19e siècle aux Etats-Unis et du renouveau charismatique chez les catholiques mais regorgent de nombreux pasteurs autoproclamés. «Je ne suis pas pasteur par hasard», disent-ils bien souvent. Certains d’entre eux se contentent de leur famille et voisinage comme fidèles alors que les meilleurs tribuns, ceux qui ont le maniement facile de la langue, attirent des foules.

Dime, offrandes et autres dons

Leurs thèmes de prédilection sont la richesse, la guérison et la sorcellerie. Les promoteurs d’églises éveillées déclarent avoir pour mission d’enseigner la bonne nouvelle et d’aider le pays à lutter contre toute sorte de maux afin qu’il puisse jouir de sa bénédiction. «C’est une grâce que le Gabon ait autant d’églises. La parole de Dieu déclare heureuse la Nation dont l’Eternel est Dieu. Ces églises sont pour nous le signe de la prise de conscience. C’est une bénédiction pour le pays», déclare le pasteur de l’une de ces églises. Sans avoir eu un brillant parcours ou obtenu un diplôme de théologie, il a «décidé de tout abandonner» pour se «consacrer à l’œuvre de Dieu». Il vit de la dime, des offrandes et autres dons de ses fidèles.

«C’est là où le bât blesse», pensent certains. Pour ceux-ci, de nombreux pasteurs pratiquent davantage du business qu’ils ne font du pastorat. Pour augmenter leurs audiences voire leurs sphères d’influence, certains à défaut de disposer de médias, utilisent tous les canaux possibles pour atteindre leurs objectifs. Ceux qui, paradoxalement, croient aux féticheurs ou sorciers n’hésitent pas à les fréquenter en vue d’obtenir des amulettes du succès ou «la fameuse bague qui fait tomber des foules». Ceux qui peuvent disposer de tentacules s’infiltrent dans le système pour en tirer profit de quelques manières.

«Quand je suis allée à l’église je cherchais du travail. Le pasteur a prié pour moi et comme il a des relations bien placées, il m’a trouvé du travail ainsi qu’à un autre frère en Christ. Il nous avait dit qu’on devait toujours payer nos dimes, offrandes, dons et penser à lui. Mais, un jour il nous a convoqués pour nous dire qu’il a des problèmes. Il nous a donc exigé de lui verser la totalité de nos salaires parce que c’est lui qui nous a trouvé le travail et il doit régler ses problèmes», raconte une fidèle qui pense finalement avoir été berné.

Pour elle, seuls les aspects lucratifs font courir un bon nombre de ces pasteurs, si bien qu’ils compromettent «la noble mission» de l’Eglise. «Quand on regarde même les campagnes d’affichage des hommes de Dieu à travers la ville, elles sont extravagantes. Finalement c’est pour le bien de qui ? Dieu ou de ces hommes ?», s’est-elle interrogé estimant que cette prolifération n’honore finalement pas le pays.

 
 

7 Commentaires

  1. Mamiwata dit :

    La religion est une maladie de l’âme. Au Gabon, c’est un cancer en phase terminale.

  2. rico2rico dit :

    je pense que le ministere de l’interieur devrait le vite possible reguler ces pratiques et eglises douteuses qui ganqrenent aujourd’hui notre pays et notre sol!!!!parceque quand il s’agit de “taper” des gabonais chez eux ils sont forts et ça meme les agents de la mairie par contre lorsque ceux qui viennent d’ailleurs commettent des délits et se sentent “comme chez eux’ en faisant n’importent quoi ils sont impuisants!!!!akiéééé on a fait quoi a ce pays nous GABONAIS!!!!!juste pour dire qu’ il faudrait arreter la proliferation de ces eglises dites eveillees a travers le GABON!!!DES MESURES DOIVENT ETRE PRISE!!!car ceux sont des escrocs qui profitent de la faiblesse de notre population qui n’est pas serieusement prise en charge et pas considerer du tout!!!je ne fais que passer car je suis un gabonais qui aime son pays sinon je me serais exilé depuis!!!!GABON D’ABORD SVP!!!!

    • Persquen dit :

      Mon ami, Si vous souhaitez écoute la parole de Dieu ou les enseignements de Jésus Christ notre sauveur, rien ne vous oblige à aller dans des chapelles où on vous réclame l’aumône ou à la Dim.Vous avez au Gabon des chapelles où on vous demanderais rien et vous pourrez y être tranquille pour vous mettre en phase avec le seigneur. Vous ne savez pas où aller? Jésus a dit ” chercher et vous trouverez, frappez et on vous ouvrira, demandez et on vous donneras ” Amen mon ami allez en paix.

  3. pasteque dit :

    1. CE NE SONT PAS DES ÉGLISES MAIS DES CULTES
    2. CES CULTES SONT DIRIGES DEPUIS L’AMÉRIQUE ET PLUS PARTICULIÈREMENT PAR LA CIA
    3. ILS NE SONT CHRÉTIENS QUE DE NOM, TOUTES LEURS ACTIONS DÉMONTRENT DE L’ÉGOÏSME

    VU DE LA CIA: AVEC CES CULTES ON CONTRÔLERA L’AFRIQUE ET ON BLOQUERA L’AVANCÉE DE L’ISLAM. (voir cultes des anti-balaka contre musulmans de la Seleka en Centre Afrique) AMEN……

  4. moundounga dit :

    Bjr. tout ce qui est fait à un échelon industriel contient toujours beau coup de faux. Economie, sport, commerce conduit toujours à l’informel. C’est le cas pour l’église. Comment admettre que la parole du Christ et de son père fasse l’objet d’une multiplication de paroliers? alors que dans le même temps la Bible est une et indivisible. l’essence même de la parole commande qu’il n’y a que la règle et pas d’exception. Alors pourquoi autant d’église, de temples, de chapelles avec des appellations à faire frémir les pires hiboux et autres charognards du monde. Tenez par exemple “l’église de la parole vivante”; ah bon. Il existe donc une parole non vivante? ” Eglise charismatique et du réveil” ou chapelle des vainqueurs”. Un verbiage vaseux au relent mercantile et insatisfait.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW