Dans sa quête d’attirer le maximum d’investisseurs étranger au Gabon, le ministère de la Promotion des investissements entend accorder un rôle prépondérant à l’Ordre national des experts-comptables (Onec).

Le ministre de la Promotion des investissements posant avec responsables de l’Onec et l’ANPI, le 25 juin 2019 à Libreville. © Gabonreview

 

Franck Sima Mba (micros) face à la presse. © Gabonreview

Déterminé à intensifier les investissements directs étrangers au Gabon, le ministre de la Promotion des investissements va accorder une place stratégique aux experts-comptables. Ce rôle stratégique a été signifié à l’Ordre national des experts-comptables (Onec), le 25 juin à Libreville, lors d’une réunion à l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI-Gabon).

«On ne peut pas promouvoir les investissements, améliorer le cadre des affaires ou se lancer dans des partenariats publics-privés sans une implication forte des experts-comptables», a déclaré le ministre de la Promotion des investissements. «Ces derniers sont avant tout les premiers interlocuteurs d’un investisseur. Il était naturel pour nous de nouer un partenariat fort avec l’Ordre des experts-comptables», a indiqué Jean-Fidèle Otandault.

Mise en place en juin dernier, l’Onec est une plateforme visant un défi organisationnel du secteur, en plus de proposer une solution supplémentaire à l’amélioration du climat des affaires dans le pays.

«Notre mission première c’est de créer de la croissance. Et mon objectif est d’aller chercher ces points de croissance dont nous avons besoin. Pour y arriver, je ferai des experts-comptables des partenaires privilégiés dans la recherche de la croissance, la promotion des investissements, l’amélioration du cadre des affaires», a affirmé le ministre de la Promotion des investissements. L’Onec a promis relever ce challenge aux côtés du gouvernement et l’ANPI. «Nous avons signifiés que nous sommes complètement disponibles», a assuré le président de cette organisation.

«Nous avons identifiés des grands axes sur lesquels nos deux institutions pourront travailler. Nous avons également reçu une feuille de route relativement claire du ministre pour que, très rapidement, nous nous mettions au travail. A court terme il question de proposer un certain nombre de recommandations de façon à optimiser le délai de création d’entreprise», a conclu Franck Sima Mba.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW