Trois jours après la tentative de renversement du pouvoir par le commando éphémère de Radio Gabon, on n’en sait toujours pas plus sur l’enquête confiée au procureur de la République, qui se contente dans la communication publiée intégralement ci-après de rappeler les faits. Olivier N’Zahou y précise toutefois que les 4 prévenus présentés à la presse sont poursuivis pour «atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat et de destruction de biens mobiliers et immobiliers, infractions». Alors que le gouvernement avait évoqué 9 assaillants, le procureur ne fait état que de 6, y compris les deux éléments neutralisés. Les 3 autres seraient-ils en fuite ? Le gouvernement aurait-il été mal informé ?

Les quatre mutins présentés à la presse par le procureur de la République. © L’Union/F.M. Mombo

 

Mesdames, Messieurs, le lundi 7 janvier 2019 aux environs de 3 heures du matin, un groupe de militaires gabonais conduit par le lieutenant Ondo Obiang Kelly, né le 15/09/1992 à Mitzic, commandant adjoint de la Compagnie d’honneur de la Garde républicaine, et constitué de l’adjudant Bidima Manongo Estimé, né le 14/02/1979 à Koulamoutou ; du sergent-chef major Nze Mikom Dimitri Wilfried né le 12/07/1978 à Bakoumba et du sergent Nze Cekirge Kirkor Alex Philippe né le 7/06/1983 à Libreville, en service dans la même compagnie, alors abord du véhicule de fonction du premier cité, tous porteurs d’armes et de munitions ont fait irruption dans les locaux de Gabon télévision et de Radio Gabon après avoir tenu en respect les quatre gendarmes qui en assuraient la garde.

Y étant, ils ont convaincu l’un des gendarmes, notamment, l’adjudant Ekong Simon-Pierre en service à l’escadron de gendarmerie mobile de Libreville de se joindre à eux à l’effet d’utiliser la radio et la télévision nationale pour informer l’opinion de ce qu’ils se sont emparés du pouvoir au Gabon, non sans inviter toutes les forces vives et les populations à se rallier à leur cause.

Malgré plusieurs adresses à eux, faites en vue de leur reddition pacifique, ces 5 individus auxquels s’est spontanément joint le sergent-chef Ango Ralem Abel né le 26/11/1986 à Libreville en service à la 2e compagnie de la Garde républicaine, pourtant en repos maladie, ont jugé nécessaire de répondre par la voie des armes, en tirant sur les agents des forces de sécurité et de défense dont l’intervention a été requise pour rétablir l’ordre. Toute chose qui a engendré un échange de coups de feu.

Cette confrontation a donné lieu à neutralisation du sergent-chef Nze Cekirge Kirkor Alex Philippe et de l’adjudant Ekong Simon-Pierre, outre l’arrestation du lieutenant Ondo Obiang Kelly, de l’adjudant Manongo Estimé et du sergent-chef major Nze Mikom Dimitri Wilfried, et la saisie d’une importante quantité d’armes et de munitions de guerre.

A l’évidence de ce qui précède, toute les personnes appréhendées et les objets saisis ont été placés sous mains de justice pour les nécessité de l’enquête judiciaire ouverte par le parquet de la République près le tribunal de première instance de Libreville, au regard de la gravité du trouble causé par ce fait constitutif d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat et de destruction de biens mobiliers et immobiliers, infractions prévues et punies par les articles 68, 332 et 335 du Code pénal gabonais

Olivier N’Zahou, procureur de la République

 
 

5 Commentaires

  1. olsen dit :

    Félicitations les gars la nation retiendra que trois valeureux soldats ce sont levés un Lundi 7 Janvier 2019 à 4 heurs du matin pour défendre l’intérêt supérieur de la nation mais malheureusement, comme d’habitude? VOS frères d’armes ont choisis de soutenir des institution illégales et illégitimes, et nous le peuple avons mis la queue sous les fesses en restant chez nous.

  2. De vous, jallira la lumière au Gabon. Votre acte n’est pas idiots ni tabou comme certains le pensent, vous êtes des braves et Je reconnais par cette bravoure l’Esprit “Fang”. ce qui tu ce beau pays C’est le système capitaliste et la Dictature que méne Les pedegistes. IL n’y a jamais de fumée sans feu. A vous les asoifés du prestige, Sanchez que l’histoire rattrape, et soyez en sûr, la porte que ces hommes plein de courage on ouvert ne se fermera plus jamais. C’est l’heure de LA lumière au Gabon et cette lumière verra le jour malgré vos embûches. Que la vonlonté du Peuple Gabonais soit faite.

  3. Rhody Junior dit :

    Mon Lt, toujours le regard fier même dans la lourde épreuve qui vous pend au nez…

    Vous forcez l’admiration, en attendant de ne pas recevoir des nouvelles contredisant ce sentiment!

  4. AKOMA MBA dit :

    Chassez le naturel, il revient au galop. On va encore faire comment, bande de bénis oui- oui les gabonais dont un mort vivant continue de faire peur. Pitié!!

  5. Egong dit :

    L’impatience est le pire de tous les vices. La votre a toucher le sime c’est pourquoi j’en félicite votre courage. Cette porte fermée y’a des décennies, vous avez réussit a l’ouvrir, elle ne se refermera plus jamais jusqu’a la victoire finale de LIBERATION DE LA NATION, car les hommes peuvent atteindre un but commun sans emprunter les mêmes voies.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW