Comme la Maison Georges Rawiri, le palais Omar Bongo Ondimba a été impacté par les échanges de tirs entre les mutins et les forces de l’ordre, le 7 janvier dernier. Ajouté à l’état de délabrement du bâtiment, Lucie Milebou-Mboussou en appelle à nouveau à la réhabilitation du siège du Sénat gabonais.

Francis Nkea en visite, le 21 janvier 2019, au palais Omar Bongo Ondimba. © Sénat-Gabon

 

A l’instar de la Maison Georges Rawiri, siège du Groupe Gabon Télévisions pris d’assaut par le lieutenant Kelly Ondo Obiang et ses compagnons, le palais Omar Bongo Ondimba a également été impacté par la tentative de putsch du 7 janvier dernier, à Libreville. Le siège du Sénat gabonais a été touché par les échanges de tirs entre les mutins et les forces de l’ordre, a révélé Lucie Milebou-Mboussou, lundi 21 janvier à l’occasion de la visite du ministre en charge des Relations avec les institutions constitutionnelles.

Profitant de cette visite de Francis Nkea Ndzigue qu’accompagnaient des représentants de l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI), la présidente du Sénat a rappelé les promesses du gouvernement quant à la réhabilitation du bâtiment. Promesses qui n’ont jamais été suivies d’effet. Or, a-t-elle prévenu, face à l’«état de vétusté» au sujet duquel les élus n’ont pas cessé d’alerter les autorités depuis 2016, «l’urgence réside désormais dans la réhabilitation de cet édifice».

En réponse, le ministre d’Etat en charge des Relations avec les institutions constitutionnelles n’a pas montré que le gouvernement s’inquiétait outre mesure de la situation. «Nous avons effectivement constaté qu’il y a quelques dégâts [mais] ce n’est pas aussi grave que ça», s’est exprimé Francis Nkea, expliquant que sa visite en compagnie de l’ANGTI «s’inscrit dans un cadre général de réhabilitation de tout le bâtiment». Aucune date précise n’a toutefois été donnée pour le début des travaux de cette réhabilitation. Les sénateurs devraient donc encore attendre longtemps.

Depuis plus de deux ans, l’hémicycle Georges Rawiri du Sénat, où se tiennent les séances parlementaires, est fermé en raison de failles d’étanchéité.

 
 

1 Commentaire

  1. Esther MENIE dit :

    Le batiment là est pourri depuis belle lurette ! Si on fouille bien, on peut retrouver des articles qui décriaient la chinoiserie !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW