Il vous envoie des messages presque tous les jours pour vous rappeler à la citoyenneté. Votre nouvel “ami” se présente comme étant le “Ministère de la Citoyenneté”. Mais qui est-il exactement et pourquoi donc ces SMS ? Gabonreview lève le mystère…

© Gabonreview

 

Le téléphone sonne. Un sms est arrivé : «Je suis citoyen, je respecte le drapeau de mon pays. Le vert-jaune-bleu est mon identité  (Ministère en Charge de la Citoyenneté)». «Mais c’est quoi ce ministère?!», lance Gladys. Et la Librevilleoise d’une trentaine d’années, smartphone toujours à la main, de poursuivre : «L’autre jour j’ai reçu : “porter atteinte à la vie privée est passible d’une peine d’emprisonnement. Arrêtons de diffamer ! “». Comme elle, des milliers de résidents au Gabon reçoivent régulièrement des messages du Ministère de la Citoyenneté, invitant à la civilité ou au respect de la loi.

Exemple de SMS envoyés par le mystérieux ministère de la Citoyenneté. © Gabonreview

Une idée du Ministère de l’Intérieur

Gabonreview n’a pas dû enquêter très loin pour trouver derrière qui se cache tous ces messages. «Le Ministère de l’Intérieur veut raviver le sentiment d’appartenance au pays, le sentiment citoyen, le vivre-ensemble», indique le chargé de communication de l’institution, Jean-Éric Nziengui Mangala, qui précise que cette campagne avait été programmée en décembre 2018.

Mais pourquoi donc l’appellation “Ministère de la Citoyenneté” ? Le porte-parole s’explique : «nous avons lancé cette campagne avant la formation de l’actuel gouvernement, et quand notre ministère s’appelait aussi “Ministère de la Citoyenneté”.

Qu’en pensent les citoyens ?

Reste à savoir, aujourd’hui, si la campagne est efficace, et réussit à faire passer les messages voulus. «Pour moi c’est presque contre-productif… car ces SMS énervent les gens. On sait déjà qu’on est des citoyens et quels sont nos devoirs !», lance Gladys, qui traduit les pensées de nombreux Librevilleois interrogés par Gabonreview.

«C’est une initiative qui peut être intéressante, mais les formulations sont un peu maladroites car on a l’impression de recevoir des ordres, ou d’être même en tort», tempère Jonas, étudiant d’une vingtaine d’années. D’aucuns pensent aussi que ces messages sont des menaces subliminales, notamment celle qui rappelle que la diffamation est une «atteinte à la vie privée est passible d’une peine d’emprisonnement ». De quelle vie privée est-il question ? «Ils veulent protéger la vie des hommes politiques dont les sextapes circulent dans les réseaux sociaux. Des centaines de citoyens lambda sont montré tous les jours dans leur intimité, mais ils n’ont pas les moyens de porter plainte. Ou alors, on veut nous interdire de parler de la santé d’Ali Bongo au prétexte que c’est privé ?», maugrée un étudiant de l’UOB abordé sur le sujet.

Enfin, plusieurs personnes disent ne pas prêter attention aux SMS du Ministère de la Citoyenneté, tellement les opérateurs en téléphonie mobile bombardent les consommateurs de messages promotionnels et autres relatifs à leur crédits et forfaits.

 
 

1 Commentaire

  1. maroga guy dit :

    Ils vont se “wazent “!!!

    La citoyenneté commence par l’exemplarité au sommet de l’Etat.

    Quand on transmet des messages mal intentionnés, on cache son identité c’est de la propagande malveillante. Ou Alors doit-on comprendre que les messages envoyés en décembre 2018 n’arrivent que maintenant… Le réseau est trop lent

    Merci Gabon Review . Bon retour et Courage

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW