Le ministre de la Fonction publique a reçu le 16 mai 2019, de la Commission nationale pour la protection des données à caractère personnel (CNPDCP), l’avis motivé pour le traitement des données à caractère personnel dans le cadre de l’opération de recensement biométrique des agents de l’État.

© valuequest-consulting.com

 

Le président de la Commission nationale pour la protection des données à caractère personnel, Joël Dominique Ledaga, a remis officiellement le 16 mai dernier, au ministre des Equipements et des Travaux publics, Arnauld Calixte Engandji Alandji, en remplacement de sa collègue de la Fonction publique, l’acte motivé pour le traitement des données à caractère personnel dans le cadre de l’opération biométrique des agents de l’État.

La délivrance de cet avis favorable motivé intervient conformément à la section II de l’article 56 de la loi n°001/2011 relative à la protection des données à caractère personnel, traitant des formalités préalables à la mise en œuvre des traitements des données à caractère personnel.

«Le gouvernement s’est engagé à lancer un recensement biométrique de tous ceux qui émargent au budget de l’Etat et dans le cadre de cette opération, il sera question de récolter, de stocker, et de traiter les données à caractère personnel. Conformément, aux dispositions légales, il fallait avant l’introduction du décret en Conseil des ministres, soumettre notre projet à l’avis de la commission nationale pour la protection des données à caractère personnel» a expliqué Arnauld Calixte Engandji Alandji, satisfait de la réaction du CNPDCP.

Selon le président de la CNPDCP, la promptitude et la réactivité du personnel du ministère de la Fonction publique ont été d’un apport important dans le traitement de la demande. Notamment la fourniture dans les délais des éléments permettant de protéger les citoyens, de s’assurer de la confidentialité des données.

En attendant le lancement officiel de l’opération de recensement biométrique des agents de l’État, attendu d’ici les prochaines semaines, le projet de décret relatif à cette action sera soumis en Conseil des ministres pour adoption et publication dans les meilleurs délais.

 
 

1 Commentaire

  1. METT dit :

    Bonjour mes cher compatriotes..
    Cet article me semble interessant que par son entête, car je pense que c’est une bonne chose de parler de biometrie, mais il faudrait aussi ne pas naturaliser a tout bout de champs comme c’est le cas, car depuis 2009, c’est la naturalisation sans pour autant avoir un certificat de naturalisation. donc c’est devenu comme la disparition des Containers, si le Gabonais a perdu son influence dans le monde entier.. c’est que les autres pays ont tres vite compris que desormais tous les gansters de la planéte pour vue qu’il arrive a libreville et corrompe 2-3 fonctionnaire de l’immigraton il a son passeport dans l’heure qu’il a fini de verser les sous.. ce qui fait de nous aujourd’hui un pays instable et dangereux..
    Alors, je pense et espere que la biometrie serait ici utilisée pour que cesse ces pratiques qui mettent notre beau pays à terre.

    Pas seulement pour le control des Fonctionnaires sur la présence mais faire comme les autres pays font pour la protection de la nationalité et la securité de ce pays

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW