Le «Forum national d’information des acteurs de la société civile gabonaise sur l’état des lieux et le processus de mise en œuvre de la REDD+ au Gabon» s’est déroulé le 30 mars au Conseil économique, social et environnemental(CESE). L’initiative vise à informer davantage la société civile gabonaise sur ce mécanisme de lutte contre les émissions relatives à la déforestation.

Les participants et les officiels au Forum national d’information des acteurs de la société civile gabonaise sur l’état des lieux et le processus de mise en œuvre de la REDD+, posant pour la postérité, le 30 mars 2019. © Gabonreview

 

La société gabonaise s’active pour le renforcement du mécanisme de Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation forestière (REDD+). A l’initiative du Réseau des organisations de la société civile pour l’économie verte en Afrique centrale (Roscevac), elle a eu droit à une campagne d’information et de sensibilisation le 30 mars, au Conseil économique, social et environnemental (CESE). L’objectif de ce «forum national d’information des acteurs de la société civile gabonaise sur l’état des lieux et le processus de mise en œuvre de la REDD+ au Gabon» est de faire le bilan du chemin parcouru depuis l’intégration du Gabon dans ce mécanisme environnemental. «Lors de la conception de la REDD, à la COP 13 en 2007, l’idée était d’un intérêt particulier pour les pays ayant un taux élevé de déforestation. Ces pays plus que d’autres ont un potentiel énorme pour réduire de façon significative leurs émissions issues de la perte des forêts et ce faisant, en tirer les plus gros avantages», a indiqué le Coordonnateur national de la PACJA, Fabrice Ntchango.

Selon le vice-président du CESE, «la conduite efficace du processus REED+, en phase avec les engagements du Gabon et son cadre d’investissement stratégique, ne pourrait se faire sans l’implication des organisations de la société civile au fait des enjeux». Nicaise Moulombi, a rappelé qu’«après avoir activement participé à la conférence de Bali en 2007(…) pour l’inclusion et l’adoption de la dégradation des forets dans le processus REDD+, le Gabon a été le premier pays forestier à être sélectionné dans l’initiative du Fonds de partenariat pour le Carbonne forestier de la Banque Mondiale».

Les travaux de ce forum auxquels participent également les universitaires et les chercheurs, devront aboutir à  une analyse approfondie du R-PP (Readiness Preparation Proposal) du Gabon, et identifier les actions appropriées pour une contribution effective et de qualité dans la formulation de la stratégie nationale REDD+ du Gabon.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW