Après l’adoption, en juillet dernier à Libreville, d’un ensemble de textes nouveaux qu’Alain-Claude Bilie-By-Nze, président du Comité de pilotage de la réforme institutionnelle de la CEEAC (Copil-RI), a présenté comme «un outil d’intégration régionale à la hauteur des réalités du monde présent», Ali Bongo, le président en exercice de la CEEAC, devrait prochainement convoquer un sommet extraordinaire des chefs d’État pour la promulgation des réformes adoptées lors de la deuxième réunion ministérielle du Copil-RI.

Alain-Claude Bilie-By-Nze est allé faire le point de la 2e réunion du Copil-RI à Ali Bongo, le 6 août 2019. © Communication présidentielle

 

Scène de la cérémonie de clôture officielle des travaux avec le président du Copil-RI (au milieu), son vice-président (à sa gauche) et le SG de la CEEAC. © Gabonreview

La deuxième réunion du Copil-RI de la CEEAC s’est achevée, le 26 juillet, au bout de deux jours. Les travaux n’en étaient pas moins intenses et les débats parfois houleux, le tout avec une volonté commune : poursuivre le processus de réforme lancé en juin dernier avec la rencontre des experts et celle des ministres des Affaires étrangères organisées à Libreville. Pour Alain-Claude Bilie-By-Nze, qui a présidé ce comité dont les travaux ont débuté jeudi 25 juillet, cette seconde réunion élargie aux ministres en charge de la Défense, de la sécurité et du Budget était une nécessité.

Selon le ministre gabonais des Affaires étrangères, créée il y a près de 36 ans, la CEEAC «se trouve à un tournant historique», notamment à cause des évolutions et des difficultés enregistrées ces dernières années par chacun des 11 États membres de l’organisation, y compris sur le plan économique et sécuritaire. Pour lui, il fallait nécessairement permettre à la Communauté de bénéficier d’«un outil d’intégration régionale à la hauteur des réalités du monde présent». Il n’en a voulu pour preuve que l’adaptation de la CEEAC face aux innovations de la fin de la décennie 1990.

Des membres du gouvernement gabonais. © Gabonreview

Or, plus de 20 ans sont passés depuis ces premières innovations, a rappelé Alain-Claude Bilie-By-Nze qui, dès l’ouverture des travaux avait prévenu que «l’avenir de la CEEAC, au-delà de toute la région, se joue à travers la réforme sur laquelle [le Copil-RI travaille] actuellement». «Seule une CEEAC profondément réformée et modernisée pourra contribuer de manière adéquate à la réalisation de la vision continentale contenue dans l’Agenda 2063 de l’Union africaine, et à l’Agenda de nos chefs d’État, consistant à redonner à l’Afrique centrale la place de plaque tournante continentale que lui confère sa position géographique», avait-il estimé.

Photo de famille lors de la première journée. © Gabonreview

La totalité des projets de textes validée !

C’est donc avec «un sentiment de fierté et de joie pour un travail bien fait» que le président du Copil-RI a annoncé, lors de la clôture des travaux, l’adoption de la totalité des projets de textes soumis à l’examen des participants. «En deux jours d’intenses délibérations, nous avons pu atteindre l’objectif de notre réunion, à savoir la validation des textes révisés», a-t-il déclaré.

Pour cette seconde rencontre du Copil-RI à Libreville, les participants ont travaillé précisément sur le projet de texte révisant le Conseil de paix et de sécurité de l’Afrique centrale (Copax), sur le Cadre organique de la Communauté, le Statut du personnel et sur le Règlement financier. Des textes qui se sont ajoutés à la nouvelle version du Traité instituant la CEEAC, révisé et adopté en juin dernier à Libreville, à la faveur de la dernière réunion des experts.

En tant que président du Copil-RI, le 6 août dernier, Alain-Claude Bilie-By-Nze est allé remettre officiellement le rapport final des travaux du comité à Ali Bongo, président en exercice de la CEEAC, qui devrait prochainement convoquer les chefs d’État et de gouvernement à un sommet extraordinaire en vue de la promulgation de ces nouveaux textes qui régiront désormais l’organisation. Avant la tenue dudit sommet, Ali Bongo, président exercice, soumettra à ses homologues un projet d’agenda de mise en œuvre des réformes adoptées à Libreville.

Le nouveau bâtiment de la CEEAC au Gabon présenté aux participants. © Gabonreview

Le Gabon offre un bâtiment à la CEEAC à Libreville

Au terme de la cérémonie de présentation des conclusions de la deuxième réunion du Copil-RI, le ministre gabonais des Affaires étrangères a annoncé à ses hôtes la mise à disposition par son pays d’un bâtiment au profit de la CEEAC : l’ancien bâtiment abritant les services de la BEAC, sis au boulevard Triomphal Omar Bongo à Libreville.

Alain-Claude Bilie-By-Nze y voit des locaux «hautement plus adaptés, plus conformes aux enjeux fixés à la Communauté».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW