Le président de la République a reçu, jeudi 22 août, les ministres de la Fonction publique, de l’Économie et des Travaux publics pour s’enquérir de l’avancée des réformes dans leurs départements respectifs, visant à améliorer les conditions de vie des Gabonais.

Ali Bongo a reçu en audience trois membres du gouvernement, le 22 août 2019. © Communication présidentielle

 

Après le Premier ministre et son collègue de la Communication, mardi, Ali Bongo a reçu en audience, jeudi, au palais Madeleine Edmée Berre, Roger Owono Mba et Arnaud Calixte Engandji Alandji, respectivement ministre de la Fonction publique, de l’Économie et des Travaux publics. Il s’est agi pour le président de la République qu’accompagnaient ses collaborateurs, dont son directeur de cabinet, de s’enquérir de l’avancée des travaux visant la mise en pratique des réformes lancées depuis plusieurs mois dans chacun des trois départements ministériels.

Au cours de cette audience, rapporte le communiqué de la présidence de la République, la ministre de la Fonction publique a fait un point de situation au chef de l’État sur la réforme liée au Code du travail censé «garantir une meilleure employabilité des jeunes», et sur la question de la masse salariale par rapport aux charges de l’État. Madeleine Edmée Berre a également assuré Ali Bongo du démarrage effectif dès le 1er septembre prochain de la seconde phase du recensement biométrique des agents de l’État.

Avec le ministre de l’Économie, Ali Bongo s’est appesanti sur le bilan du Plan de relance économique (PRE) qui arrive à échéance dans 10 mois. Selon Roger Owono Mba, la principale préoccupation du président était de savoir où en est le processus de rééquilibre des finances publiques. Cette question, le membre du gouvernement dit l’avoir rassuré de ce que tout est fait pour que ce rééquilibre intervienne «d’ici à deux ou trois ans».

Les échanges entre Ali Bongo et Arnaud Calixte Engandji Alandji ont quant à eux porté sur «l’amélioration des conditions de circulation dans la ville de Libreville» et sur la campagne d’assainissement des bassins versants lancée dans la capitale le 1er août qui, selon le ministre des TP, «est menée pour éviter d’avoir à faire face à de nouvelles inondations au retour des pluies». Ils ont également évoqué les projets de la Trans-gabonaise et de la réhabilitation des régies des TP dans les provinces.

 
 

9 Commentaires

  1. ULIS dit :

    Pour ceux qui doutent toujours de l’implication de la France dans la crise au Gabon, voyez et écoutez cette vidéo. Au fond, je ne pense pas que ça changé aujourd’hui, avec toutes les richesse du Gabon : https://www.dailymotion.com/video/xl7z57

    PLUS HYPOCRITE QUE LA FRANCE, IL N’Y EN PAS…

  2. Cathy dit :

    Arrêtez ce théâtre d’un mort-vivant SVP

  3. Martine dit :

    Si le peuple gabonais ne se soulève pas maintenant, ce sera pire que les Bongo que nous avons connus jusqu’à présent.

    C’est maintenant qu’il nous faut AGIR. Demain, il sera trop tard.

  4. Ari dit :

    Ali Bongo le mort-vivant va s’enquerir de l’avancee des reformes aupres de quels ministres? Les memes ministres qui ont ete lamines, tels des debutants ou stagiaires, la semaine derniere sur un plateau de television par une journaliste digne de la profession. Et dans cette entrevue les memes ministres nous ont prouve qu’ils n’avaient aucune connaissance approfondie des fameuses reformes dans leurs departements respectifs car elles en sont toutes encore au stade de la reflexion et que c’est le soit disant capitaine de bord et mort-vivant qui impulse la dynamique (tout etant gere depuis la presidence bien entendu). Mon Dieu, quel paradoxe avec ces ajevienpdgistes!

    Le mort-vivant doit leur rappeler sans cesse les memes choses, a eux les soit-disant intellectuels ou technocrates. Et ce gouvernement et leur mort-vivant de president ont tous une lecture des reformes completement a l’opposee de celle des populations gabonaises. La leur est radieuse et positive alors que pour les populations la pauperisation ne cesse de s’aggraver. Nous on voit clair, mais quant a vous, eh bien continuez de naviguer dans votre flou et obscurantisme.

    Quelle moquerie! Cassez-vous, disparaissez tous. Vous devriez avoir honte de ridiculiser le pays de la sorte aux yeux du monde. Le Gabon regorge d’enormes valeurs et lumieres, mais vous ne faites pas partie de ce nombre de personnes patriotes et imbues de valeurs morales, humanitaires et democratiques.

  5. Gayo dit :

    Je pensais que Ibubu s’assurait de la bonne marche des missions confiées à ses ministres au quotidien en conformité avec son projet et sa vision pour le Gabon si il en a donc c’est après plusieurs mois qu’il cherche à s’enquérir et ça se passe devant les caméras ? La vérité ce paresseux né ne fout rien pour le Gabon c’est pourquoi il préfère embaucher un mercenaire étranger pour porter ses charges. Heureusement que la maladie, son illégitimité et son impopularité lui privent désormais des voyages onéreux pour des selfies et du tourisme en faisant croire que c’est pour chercher des investisseurs.

  6. Sophie dit :

    Et combien coûte vos sosies au contribuable ?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW