L’assureur-crédit français Coface a maintenu, dans son édition 2020 de la carte mondiale des risques politiques et environnementaux, le Gabon dans la catégorie C, celle des pays à risque élevé.

Libreville, la capitale gabonaise. © D.R.

 

Dans l’édition 2020 de son Guide risques pays et sectoriels, publié le 4 février, Coface passe en revue les principales menaces qui pèsent sur 162 économies du monde, à travers une analyse combinée d’indicateurs permettant de mesurer la frustration des populations: taux de chômage, inflation, inégalités, et corruption. Le Gabon, selon les conclusions de l’évaluation, figure dans la catégorie C, celle regroupant les pays à «risque élevé», et dans la catégorie D en environnement des affaires considérée comme «risque très élevé».

Selon l’assureur-crédit, le Gabon enregistre une  contrainte par la demande intérieure après avoir bénéficié du rebond de la production de pétrole en 2019. En effet, après plusieurs années de déclin, l’accélération de l’activité devrait être plus mesurée en 2020. «L’investissement privé, en souffrance depuis 2014, devrait être un important contributeur à la croissance, jouissant des efforts des autorités pour accroître l’attrait du secteur pétrolier, et particulièrement de la révision du Code des hydrocarbures en juillet 2019. Hors pétrole, il devrait également continuer d’être dynamique dans les secteurs minier (manganèse), agroalimentaire (huile de palme, caoutchouc) et forestier, même si ce dernier pourrait souffrir d’une image dégradée, suite à un scandale de corruption», souligne ce document.

Par ailleurs, jouissant jusqu’ici d’une stabilité politique relativement fragile, le Gabon pourrait faire face à des incertitudes en attendant les prochaines élections en 2023. Selon Coface, cette menace résulterait de nouveaux problèmes de santé du président qui pourront s’agglomérer au mécontentement de la population lié à la prévalence du chômage et au faible niveau de vie.

«Les grèves régulières de la fonction publique témoignent déjà d’un contexte social tendu. Elles pourraient faire dévier les autorités de leurs engagements en matière budgétaire et, ainsi, détériorer la perception de la gouvernance. Au côté des infrastructures défaillantes, de l’opacité et de l’indisponibilité de l’information commerciale et de la complexité des procédures administratives, celle-ci participe à un climat des affaires difficile (169e sur 190 pays dans le classement Doing Business 2020)», assure l’assureur-crédit français.

Pour rappel, l’assureur-crédit attribue des notes de risque allant de A1 risque «très faible», à E risque «extrême» pour évaluer le risque politique d’un pays donné et la qualité globale de son environnement des affaires permettant aux opérateurs du commerce international de mieux connaître leur environnement commercial à l’export.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW