Le directeur général de l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa) a démenti le 12 juin, l’existence de riz en plastique sur le marché gabonais. Selon le docteur Sylvain Patrick Enkoro, tous les contrôles et analyses de laboratoires nécessaires ont été effectués, et nulle part du plastique n’a été trouvé. «Les riz vendus au Gabon sont sans gluten, non toxiques et conformes à la norme Codex Stan 198-1995».

Le directeur de l’Agasa au centre avec ses collaborateurs, le 12 juin 2017. © Gabonreview

 

Suite aux informations véhiculées depuis le début du mois de mai par les réseaux sociaux, faisant état de la commercialisation au Gabon du riz «plastique» parfumé au jasmin, fabriqué à partir de résine synthétique, le directeur général de l’Agasa a fait le point autour de cette question à la faveur d’un point presse le 12 juin 2017. Au cours de cette rencontre avec les journalistes, Sylvain Patrick Enkoro a présenté les résultats de l’enquête menée par des techniciens de l’Agasa. «Le seul but de cette investigation est de révéler les vérités scientifiques», a assuré le directeur de l’Agasa.

Réagissant à cette rumeur qui n’a pas manqué de créer la psychose auprès des consommateurs, l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire a engagé des investigations nécessaires auprès de 14 importateurs agréés sur le plan sanitaire par elle, conformément aux dispositions de l’article 3 du décret n°0667/PR/MAEPSA du 10 juillet 2013.

Selon Sylvain Patrick Enkoro, l’expertise réalisée par ses services a consisté à l’analyse sensorielle de 41 échantillons de riz prélevés sur 41 sacs de riz de différentes marques, dont 32 sacs parfumés au jasmin. Par ailleurs, des analyses physico-chimiques approfondies de 72 échantillons de 46 marques de riz ont été effectuées dans le laboratoire national d’analyse et de contrôle, accrédité ISO/CEI 17025 du Sénégal.

Au terme des tests en laboratoire, les analyses sensorielles ont révélé l’absence de non-conformités portant sur la qualité et la sécurité sanitaire du riz, «à l’exception d’une dépréciation marginale du riz de marque KT-Rice en provenance du Vietnam». S’agissant des analyses physico-chimique, celles-ci ont porté sur la recherche de 10 paramètres clés, incluant outre, la détection des traces de matières plastiques, la détection de certains contaminants bio-accumulables toxiques, écotoxiques et réprotoxiques, classés comme cancérogènes probables pour le cancers hépatobiliaires, par le centre international de recherche des cancers. Ces analyses ont également porté sur la recherche des résidus et pesticides à effet cancérogène, neurotoxiques ; la détection de certains produits chimiques d’importance majeure pour la santé publique, tels que le méthyle carbamate et les métaux lourds (cadmium et arsenic).

«Les résultats des analyses de laboratoires qui confirment à bien des égards, ceux des analyses sensorielles, sont sans appel : Toutes les marques de riz actuellement distribués en République gabonaise ne contiennent pas de traces de matières plastiques et sont à tous points de vue consommables en toute sécurité. Par conséquent, non préjudiciables à la santé des populations et, propres à la consommation humaine selon l’usage prévu», a affirmé le docteur Sylvain Patrick Enkoro, invitant les consommateurs à poursuivre la consommation de cet aliment.

Toutefois, le directeur général de l’Agasa a dit se tenir à l’écoute de la population. «Nous sommes ouverts à toute information provenant de toute personne ou institution ayant rapport à des produits suspects au Gabon», a-t-il conclu.

 
 

6 Commentaires

  1. wana b dit :

    L’Agasa est une structure technique et de ce fait elle doit réagir non pas par flux d’infos sur le net ou dans les réeaux sociaux mais doit allé sur le terrain.
    Excepté le riz, plusieurs aliments nofice a la santé sont actuellement commercialisé sur le marché. Des corps impropre sont constament découvert dans les produit tels que Farine de blé, conteneur et Cartons de vivre frais mais surtout boisson.

  2. ekissa dit :

    oh oui c est surement possible je suis bien tombé sur des frites en polystyrène, beurk

  3. La villagoise dit :

    Ça veut dire qu’ils ne sont pas efficaces. Même chez moi, j’ai acheté ce faux riz sans le savoir chez les épiciers du coin. Comment ils veulent faire croire aux gens que ça n’existe pas ? Cette histoire ne peut apparaître ici par hasard.

  4. dibal dit :

    Faites très attention! c’est une manière de tester une expérience scientifique qui pourrait à tout prix se solder par une maladie incurable, et ils diront encore que c’est une maladie originaire du Gabon. Ouvrez les yeux et ne devenez pas des cobaye.

  5. dibal dit :

    pardon, au lieu de: des cobaye, lire: des COBAYES. merci

  6. robert dit :

    Kié je sors d une grande surface de lbv, j arrive chez moi et me fais engueuler par femme
    ya quoi oooh maman
    poulet en plastique oooh !!!!! bien baisé le robert

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW