En visite de travail au Sénégal, le ministre des Transports et de la Logistique en a profité pour rassurer la communauté gabonaise sur l’état de santé d’Ali Bongo qui devrait bientôt recouvrer son poste au Gabon.

A Dakar, Justin Ndoundangoye a assuré de la bonne santé d’Ali Bongo (photo d’archives). © D.R.

 

Visiblement, la mission de Justin Ndoundangoye au Sénégal ne portait pas uniquement sur l’évaluation des équipements aéroportuaires et aéronautiques sénégalais dans le cadre du projet du nouvel aéroport de Libreville. Le ministre des Transports et de la Logistique avait également à cœur d’y rencontrer certains des 6000 ressortissants gabonais vivant dans ce pays pour aborder avec eux l’actualité du Gabon. Une partie de leurs échanges a porté sur l’état de santé d’Ali Bongo.

Si le membre du gouvernement a assuré ses interlocuteurs de ce que «le pays se porte bien», il a affirmé qu’il en est de même pour le président de la République, actuellement en convalescence à Rabat au Maroc plus de trois mois après son AVC survenu à Riyad en Arabie saoudite. Il a d’ailleurs rappelé que ses collègues et lui-même ont bel et bien prêté serment devant Ali Bongo, le 15 janvier dernier à Libreville.

«Il ne s’agit pas de ce que vous voyez sur Facebook», a-t-il déclaré, avant d’ironiser sur la version privilégiée par les partisans du complot, qui évoquent un sosie à la place d’Ali Bongo ou la diffusion de montages photo/vidéo par les communicants du palais Rénovation. «Les Gabonais deviennent des spécialistes d’Hollywood [et] j’espère qu’on aura bientôt des studios-photos pour faire des montages et vous faire croire qu’il s’agit de X ou de Y», s’est-il moqué, affirmant que les images officielles du chef de l’État diffusées ces derniers mois sont authentiques.

Justin Ndoundangoye en est certain, «le président va bientôt regagner le Gabon, et il va reprendre sa place».

Au Sénégal, le ministre des Transports et de la Logistique a également offert un dîner et des équipements sportifs aux Gabonais à qui il a promis de contribuer financièrement à l’acquisition d’un siège social pour les différents mouvements associatifs de la communauté.

 
 

1 Commentaire

  1. B2 dit :

    Mais vous continuez à mentir à ce point ? Ça vous coûte quoi d’annoncer son décès (depuis octobre 2018) ? Vous avez peur de perdre vos postes ? C’est pas vrai ! Et la France est complice de ce cinéma ? C’est pas possible ?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW