Tel un visionnaire, le Premier ministre a affirmé, le 9 juillet 2019 au terme d’une audience avec le président de la République qu’«il n’y aura pas [la] vacance de pouvoir» souhaitée par les nombreux acteurs politiques et de la société civile qui soutiennent qu’Ali Bongo n’est plus capable d’assumer les charges de fonction de président de la République.

Le Premier ministre Julien Nkoghé Békalé (à g.) lors de l’audience avec le président de la République, Ali Bongo Ondimba, le 9 juillet 2019. © PresidenceGabon

 

L’intime conviction de la confédération syndicale Dynamique unitaire que «le chef de l’État Ali Bongo Ondimba n’existe plus, il est mort», semble de plus en plus agaçant pour l’exécutif gabonais, qui ne cesse de multiplier les sorties de démenti et menace. Après le ministre de la Justice, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou, la semaine dernière, le tour est venu pour le chef du gouvernement, le 9 juillet 2019, de tenter de convaincre les Gabonais sur la capacité d’Ali Bongo à continuer d’assumer les devoirs de la charge de président de la République.

 «Nous entendons ici et là des compatriotes qui s’interrogent encore sur le président de la République. Moi, j’ai travaillé avec un président de la République, il est bien vivant et il assume les devoirs de sa charge», a déclaré le Premier ministre au sortir d’une audience avec Ali Bongo Ondimba dans le cadre des consultations hebdomadaires entre les deux personnalités.

Visiblement agacé par les interrogations du peuple gabonais sur le flou entretenu autour de la santé d’Ali Bongo et par la demande de certains d’une expertise médicale en vue d’attester de la capacité d’Ali Bongo à exercer les charges de la fonction de président de la République, Julien Nkoghé Békalé a martelé, «je le dis officiellement aujourd’hui, il n’y a pas de vacances de pouvoir, il n’y aura pas de vacance de pouvoir», comme si cette circonstance dépendait de la volonté de la Primature.

Invitant les Gabonais «au ressaisissement», le chef du gouvernement ne s’est pas privé de réclamer de la «compassion» et de l’«humanité» pour le président de la République. «J’interpelle nos compatriotes qui continuent à véhiculer de fausses nouvelles sur la santé du président de la République au ressaisissement. Le président de la République est la première institution, elle a droit au respect de sa vie privée, elle a droit à un peu de compassion, d’humanité», a-t-il lancé.

 
 

11 Commentaires

  1. Nkoghe Paul dit :

    Il est même quoi votre défunt BOA pour vouloir à tout prix faire croire qu’il est encore en vie ? Pitié ! A Ntare Nzame !

  2. DE-BONGOVILLE dit :

    «…Le président de la République est la première institution, elle a droit au respect de sa vie privée, elle a droit à un peu de compassion, d’humanité», Mr Julien Nkoghé Békalé, moi a votre place je ne peux que que raconter ces mensonges pour sauver mon poste et garnir mon ventre, mais quand je rentre à la maison, en Homme intellectuel, ma conscience me dérange. Nous qui sommes les plus proches confirmons que notre frere n’est plus capable d’assumer les charges de la fonction de Président.

  3. Onguia leon paul dit :

    Aucun gabonais ne peut pas avoir de la «compassion» et de l’«humanité» pour ce monsieur car il est foncièrement mauvais. J’ai des preuves qui présageaient que cet Ali ne pouvait pas etre un bon chef. Aujourd’hui ceux qui doutaient ont fini par me donner raison. On ne peut pas avoir de la «compassion» et de l’«humanité» pour celui qui engendre la misère dans les foyés des gabonais, celui qui viole les lois de son pays pour radier les militaires. J’ai assisté à une audience dont les membres du corps judiciaire ne pouvaient pas délibérer parceque Ali, ignorant de la loi était le principal auteur de la sanction arbitraire prononcé envers un gradé de l’armée. Entouré des bouffons il cherche à réhabiliter l’intéressé qui refuse ardemment malgré les pressions. En un mot Ali est vraiment nul.

  4. Afrika Obota dit :

    Le Premier Ministre est nommé par le Président de la République, il lui rend des comptes et seulement à lui. Il n’est pas un élu du peuple et donc il ne peut décréter quand il faut déclarer ou non la vacance de pouvoir. Le Président doit être en capacité d’exercer son mandat, même si c’est un usurpateur, dans le cas contraire, la vacance de pouvoir doit être déclarée. RESPECTEZ au moins la constitution que vous avez votée.

  5. Irène dit :

    Tout flatteur vit au dépend de celui qui l’écoute (ou le lit). Cette leçon vaut bien un maintien au poste de premier ministre. PITIÉ DE TOI JULIEN NKOGHE BEKALE. C’est vrai que le mouton broute la même où il est attaché. Tu es un esclave du régime BONGOISTE* (qui lui-même est esclave de la francafrique).

    *BONGOISTE ou FARGEONNISTE…

  6. Ulys dit :

    Le palais du bord de mer est devenu un lieu théâtral ou de mise en scène. Pitié !

    Question : si tous les militaires – policiers – gendarmes – GR – etc… décidaient de grever ou simplement de manifester PACIFIQUEMENT et avec le PEUPLE, qui viendra les arrêter ou les mater ? L’armée française ?

    A vous, les forces de sécurité, à vous peuple gabonais, c’est maintenant l’heure de libérer notre pays du joug de la francafrique.

  7. Didier dit :

    La politique est vraiment un spectacle affligeant. Toute cette attente avant d’annoncer la vacance du pouvoir, parce que les emmerdeurs de l’Afrique (francafrique OU Quai d’Orsay) cherche leur VALET ou PRÉFET.

    Ecoutez cette vidéo de Gbagbo Laurent : https://www.facebook.com/ankousodjagoofficiel/videos/621793488240275/

    Désolé, SVP, l’Afrique aux africains, et rien qu’aux africains. ALLEZ-Y VOUS FAIRE FOUTRE…

  8. Léon Nkogue dit :

    Permettez-moi de m’adresser au français installés au Gabon : si vous aimez vraiment notre pays, pourquoi vous ne nous aidez pas à libérer le pays de ce régime dictatorial et de la francafrique ? AIDEZ-NOUS SVP. Ne cautionnez-pas les bêtises de Fargeon Laccruche Alihanga et du Quai d’Orsay… Merci d’avance pour votre précieuse aide.

  9. CHRISTINE Madeleine dit :

    Nkoghé Békalé, tu sais que BOA est MORT et tu es fier de MENTIR au peuple gabonais ? A Ntare Nzame !!! ARRÊTEZ CE SUPPLICE QUE VOUS FAITES SUBIR A TOUT UN PEUPLE. ON EN A MARRE… QUE LA FRANCE ARRÊTE CETTE MASCARADE AU PLUS VITE. SINON ON METTRA LE FEU A L’AMBASSADE OU AU CONSULAT. ON EST FATIGUE DE CE THÉÂTRE SVP…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW