Donnant la preuve de ce qu’il n’est jamais parvenu à délivrer une communication digne de l’institution dont il est censé porter la voix, surtout depuis le début des ennuis de santé du président de la République, le communicant en chef du palais du bord de mer à Libreville s’est récemment illustré par une curieusement désinvolture sur les réseaux sociaux à propos de la présence de son patron au Gabon. Ses maladresses à répétition font désormais regretter l’ère Bilie-By-Nze, quand certains appellent Ali Bongo à prendre lui-même en main sa propre communication.

Ike Ngouoni, le porte-parole de la présidence de la République (à droite), en compagnie d’Ali Bongo. © Communication présidentielle

 

Sans explications, alors que plusieurs sources, y compris dans son entourage, n’avaient pas nié un bref déplacement d’Ali Bongo hors du pays pour y subir des contrôles médicaux à la suite d’une nouvelle crise de fatigue, le président de la République était de retour à Libreville le week-end dernier. Des images soigneusement choisies et diffusées en premier sur les réseaux sociaux l’ont montré en compagnie du Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, lundi 29 avril, au palais du bord de mer. Les deux hommes auraient «longuement échangé» sur «les dossiers prioritaires» si l’on en croit le post d’Ali Bongo sur sa page Facebook, diffusé le même jour.

Muet et invisible depuis le «retour définitif» du chef de l’État de Rabat au Maroc, en février, c’est l’occasion qu’a choisie Ike Ngouoni pour sortir de son hibernation. Comme il fallait s’y attendre, tant les maladresses accumulées ces derniers mois par la communication officielle du palais présidentiel avaient habitué les Gabonais à se contenter de peu, voire de très peu, le porte-parole de la présidence de la République a réagi sur son compte Twitter peu après le post d’Ali Bongo. Il a tenté de faire de l’ironie, en dépit du post qu’il occupe et surtout malgré le sérieux de la situation.

«Le Président Ali Bongo Ondimba a reçu ce lundi 29 avril le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekalé. Non pas à Londres, à Rabat, à Amsterdam ou que sais-je encore, mais bel et bien à Libreville au Gabon dans son bureau du Palais présidentiel», a-t-il tweeté, suscitant ainsi de nombreuses réactions, toutes pas forcement positives.

Sur les réseaux sociaux, la réaction que ses fans ont maladroitement prise pour «une petite pique ironique» a, au contraire, été accueillie par beaucoup comme une nouvelle faute de la part du premier communicant du palais . Pour certains, à travers ce tweet, Ike Ngouoni a une nouvelle fois donné la preuve de ce qu’il continue d’éprouver des difficultés à délivrer une communication digne de l’institution dont il est censé porter la voix. Pour d’autres, le porte-parole semble incapable de prendre toute la mesure de la situation dans laquelle se trouve le pays depuis le début des ennuis de santé du chef de l’État. Une autre partie de l’opinion appelle désormais au retour d’Alain-Claude Bilie-By-Nze.

«Ramenez Bilie-By-Nze !»

Beaucoup estiment, en effet, qu’en temps de crise, il faut nommer à des postes de responsabilité stratégiques ceux qui sont capables de faire face. Or, si depuis six mois le directeur de cabinet du président de la République et le gouvernement tentent tant bien que mal de tenir le pays à flots, Ike Ngouoni apparaît comme un poids. Depuis le début des ennuis de santé d’Ali Bongo, il n’a pas vraiment brillé à son poste. Entre contre-vérité et fuite en avant, la stratégie du porte-parole du palais de marbre se limite depuis des mois à la diffusion sur les réseaux sociaux de posts chargés d’attaquer ou de réagir aux appels de l’opposition. Bien évidemment, les petites mains proches de la présidence de la République sont mises à contribution.

«Il y a vraiment de quoi regretter Billie-By-Nze. Le mieux à faire, c’est de ramener l’ancien porte-parole de la présidence de la République. Lui au moins savait y faire. On pouvait lui reprocher certaines choses, mais pas de faire convenablement son boulot. Avec lui, l’opposition qui s’agite depuis la maladie du DCP aurait eu à qui parler», réagit un jeune militant du PDG en retrait depuis des mois.

«Qu’Ali Bongo s’adresse lui-même aux Gabonais !»

Bien que présenté par ses fans comme «quelqu’un de subtil et de smart (intelligent)», Ike Ngouoni n’aurait, en réalité, rien à voir avec l’actuel ministre d’État aux Sports et à la Culture ayant exercé ses fonctions de mars 2012 à septembre 2015. À défaut du retour de Bilie-By-Nze, dont les échanges avec les journalistes et les opposants pouvaient être tendus, certains, notamment au sein de l’opposition et dans le monde syndical appellent Ali Bongo à prendre lui-même en main sa communication. Ultime preuve du désaveu du communicant en chef du palais.

«Les Gabonais veulent un contact direct avec le président de la République. Cela peut se faire par le truchement d’une conférence de presse d’Ali Bongo à laquelle prendraient part des journalistes gabonais et étrangers. Ils pourront, à l’occasion évoquer avec lui les questions liées à la crise politique, économique et sociale», propose François Ondo Edou, le vice-président de l’Union nationale, sur Facebook.

Lors de l’ouverture du dialogue entre le Premier ministre et les partenaires sociaux, certains syndicats ont clairement exigé de discuter directement avec le président de la République. Ni le gouvernement et encore moins la présidence de la République ne leur inspirent confiance.

 
 

10 Commentaires

  1. Hô Chi Minh dit :

    Regretter Billie bi Nze cela voudrait dire que ce monsieur est pire que nul.
    Son problème à lui devrait résider sur le fait qu’il ne connaît pas ce pourquoi il a été parachuté là.À la différence de son prédécesseur ,il n’a pas fait les va et vient entre la majorité et l’opposition cela te donne une connaissance de la classe politique locale sans plus.Aussi il ne s’est jamais regardé dans la classe comme la quasi-totalité des émergents d’où leur crépuscule.

  2. Un hypothétique retour de Bilié Bi Nzé à la Communication de la Présidence de la République , serait un aubaine pour l’opposition. Ce ne sont pas les mensonges de ce repris de justice qui ramèneront Ali Bongo aux affaires.

  3. Serge Makaya dit :

    Quand on va “annoncer officiellement sa mort”, vous n’aurez pas l’air ridicules d’avoir cru qu’il serait vivant ? On vous dit qu’il est mort depuis octobre 2018. Même la France a été surprise par son décès. C’est l’une des raisons pour laquelle les choses traînent. La France cherche un valet pour le remplacer. Il faut une personne obéissants à la Métropole. Ce qui pour nous est inacceptable aujourd’hui. L’esclavage est terminé, ainsi que le colonialisme.

  4. Serge Makaya dit :

    La France finira bien par imposer son candidat Laccruche Fargeon comme président du Gabon. Quand elle verra que les gabonais sont acquis à sa cause, elle déclarera la vacance du pouvoir et débutera ainsi les élections présidentielles. Dès élections bien sur truquées puisque Laccruche Fargeon sera déclaré vainqueur. Tous ceux qui se présenteront à cette élection, si vous pensez sué ça va changer, c’est que vous êtes vraiment des maboules.

    Au fond, et je vous l’apprend si vous ne le saviez pas encore, celle qui était, qui est et qui restera aux commandes du Gabon (celle qui tire toujours les ficelles depuis le colonialisme qui n’est pas terminé, mais qui juste changé de formes) c’est la France.

    Je ne cesse de vous le dire, même les Bongo ne sont que des marionnettes dans ce jeu.les Bongo ont beaucoup volés, c’est vrai, mais la France ne peut rien contre eux, parce qu’ils connaissent beaucoup de secrets d’État.

    Je vous le répète: j’ai travaillé au B2. Vous ne pouvez même pas vous imaginer ce qui se passe dans cette boîte des renseignements: assassinats, fraudes, mensonges d’État, etc… Je n’ose même pas en parler, sinon cela risque d’être une piste pour eux afin de m’attraper. Mais quand bous maîtrisez lefonctionnement des renseignements, vous pouvez aussi éviter qu’il vous attrape.

    Pauvre gabonais, Je te dis de te réveiller. Les Bongo, Sylvia, Laccruche, Mborantsuo et autres de ce régime pourri sont TOYS des marionnettes de la France. CQFD. A BON ENTENDEUR…

    • France dit :

      Quand on vous dit que vous êtes un peu comme du concentré de tomate, vous vous fâchez.
      Diluez un peu votre sauce, arrêtez de manger du concentré de sottises.
      la France, mis à part le fait qu’elle ne veut pas la pagaille dans un autre pays en Afrique, elle n’a rien à faire qui vous choisissez comme président à condition que les droits d’entreprises appartenant à “certains (pas tous)” de ses ressortissant soient respectés. (Perenco, Total, Castel/Sobraga et Comilog c’est tout ce qui reste de français…. CFAO = Japon etc etc…)
      Makaya, sortez vous ces sottises de votre cervelet, du moment que ça se passe calmement, la France peut très bien vous lâcher aux mains des asiatiques.
      Attendez c’est tout ce que vous mériterez à critiquer les Français à tout bout de champ. Vous méritez semble-t-il d’avoir votre salaire minimum à l’équivalent en valeur d’aujourd’hui de 30 000 CFA/mois dans votre gabo-monaie de demain.
      Continuez de vous plaindre et d’accuser la France et puis la métropole en aura marre et les français se feront un plaisir de vous lâcher pour ne plus voir leurs impôts, encore et toujours, venir en aide aux pays africains qui n’en font jamais rien de bon.
      Voler et détourner ça vous connaissez, produire et développer ça non jamais, ça serait travailler.
      On sait bien que le travail c’est pour les blancs et le jaunes pas pour les noir.
      Votre raisonnement à 3 francs et deux bâtons de manioc allez pleurer dessus ça vous nourrira.
      Les Français ont été colonisés par plusieurs nations dont principalement les romains, voyez un peu ce qu’ils ont fait de la France avec l’apport de connaissances romaines.
      Qu’avez vous développé avec ce que vous ont apportés les Français.
      La réponse est rien, car mis à part la bouche comme un perroquet vous ne savez rien faire.
      Allez vous coucher Makaya, vous faites honte aux Gabonais qui veulent vous sortir de l’ornière datant de la guerre froide avec ce qu’est le PDG et les vestiges d’Albert Bongo.

      • 짐 - 루크 dit :

        ” La réponse est rien, car mis à part la bouche comme un perroquet vous ne savez rien faire” : Le meilleur exemple, c’est vous qui le donnez et mercis pour ce moment …

      • Serge Makaya dit :

        Il sera TROP TARD quand vous m’aurez enfin compris. Sarkozy disait en 2009 que la France n’a pas de candidat, pourtant c’est bien la France qui nous a imposé BOA en 2009. Pareil pour toutes ces années depuis la pseudo indépendance de notre pays en 1960. Plus hypocrite que la France, il n’y en a pas deux.

        Ne voyez vous pas aussi que les pays qui ont été colonisés par les anglais s’en sortent mieux que ceux colonisés par la France ? La France est un véritable CANCER pour l’Afrique.

        Et puis, vous ne m’aurez pas. Je suis presque certain que vous travaillez aussi au compte du B2 (franco- gabonais). Vous dites que la France n’est pas responsable de notre malheur. Mais alors, que font les agents secrets français au Gabon ? Ceux qui sont à la présidence ? Je sais bien de quoi je parle. Pitié de vous. Bande d’hypocrites ! A Ntare Nzame !!!

      • le bonnet d'ane dit :

        bravo au porte parole de Benalla.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW