Synchroniquement avec l’interpellation au B2 de Me Edo Rufin Dubernard, syndic en charge de son redressement judiciaire, la société Satram-EGCA a tenu un Conseil d’administration, le 22 mai 2018, en vue d’évaluer sa situation quant au feuilleton judiciaire en cours à son sujet. L’occasion pour le conclave de dénoncer les manœuvres dilatoires dont le groupe fait l’objet, ainsi que la justice expéditive visant la mort express de l’entreprise.

Le Conseil d’administration de Satram-EGCA dénonce des Manœuvres dilatoires et une justice expéditive dans les procès qu’il a au tribunal. © Google Plus

 

Alors que le groupe a été mis sous redressement judiciaire, depuis le 21 février 2018, et qu’un syndic, en la personne de Me Edo Rufin Dubernard, a été désigné, le Conseil d’administration de Satram, dont le communiqué final est parvenu à Gabonreview, appelle les autorités et la justice gabonaises à faire la lumière sur ce dossier qui traine en longueur, en raison de divers aléas (grève des greffiers ou des magistrats, etc.).

Loup dans la bergerie et opération Mamba

Présidé par Mustapha Aziz, le Conseil d’administration a attiré l’attention des actionnaires, des salariés du groupe, mais aussi des pouvoirs publics sur «les manœuvres dilatoires dont le groupe Satram-EGCA fait l’objet». «Nous avons appris de source crédible que le fameux syndic imposé à Satram, M. Edo Rufin Dubernard, a été longuement interrogé, pendant tout le weekend, par les services de sécurité dans le cadre de l’opération Mamba», a expliqué l’actionnariat de l’entreprise, non sans relever que cela ne fait que confirmer ses soupçons, sa suspicion et ses «cris contre la présence du loup dans la bergerie».

Le réunion du Conseil d’administration de Satram est, en effet et comme par un heureux hasard, synchronique de l’interpellation au B2, du vendredi à dimanche dernier, de Me Dubernard. Des sources dignes de foi ayant requis l’anonymat soutiennent que la longue garde à vue du syndic s’inscrit dans le cadre de l’opération Mamba visant l’assainissement des finances publiques. Cette croisade contre la corruption et l’enrichissement illicite a déjà amené en prison un ancien directeur général de Satram-EGCA : Mohamed Aït Ben Ali, soupçonné de complicité d’un détournement de fonds destinés à la réalisation de lotissements sociaux. Ce qui est bien loin des métiers de Satram (transit, dédouanement, affrêtement, manutention, transport, etc.). L’homme serait accusé d’avoir créé avec Magloire Ngambia, ancien ministre également incarcéré, des sociétés bidons et d’avoir planqué certains documents. Me Edo Rufin Dubernard appartiendrait au même cercle et aurait frayé avec les deux prévenus.

Comme si l’atterrissage de Me Dubernard aux commandes du redressement judiciaire de Satram-EGCA avait été méticuleusement planifié, il se raconte à Port-Gentil, la capitale économique où se trouve le siège de l’entreprise, et dans les milieux autorisés, que ce syndic aurait une relation coupable avec la présidente du Tribunal de première instance de Port-Gentil. Toute chose qui frise le conflit d’intérêt et justifierait sa nomination à ce poste.

Appel aux plus hauts niveaux des pouvoirs publics gabonais et marocains

Des sources concordantes soutiennent qu’alors que les propriétaires de l’entreprise, disposant d’un plan de relance connu des autorités judiciaires, étaient heureux de l’arrivée du syndic, ils ont vite déchanté. La présidente du Tribunal de première instance de Port-Gentil les ayant tout simplement écartés du directoire, le syndic gère donc, depuis lors, le redressement tout seul, sans l’assistance des propriétaires.

Dans ce contexte, l’entreprise assure avoir attiré l’attention des pouvoirs publics sur «une connivence, une complicité sans limite pour la mise à mort express» de Satram. Les responsables dénoncent «parmi les buts de cette opération où une justice expéditive a joué son rôle, la disparition pure et simple de preuves qui pèsent sur les auteurs présumés visés par l’opération Mamba et dont certains sont toujours libres et continuent leur action nocive contre le Gabon et ses entreprises citoyennes».

Les pouvoirs publics gabonais et marocains sont donc interpellés, au plus haut niveau, pour qu’ils interviennent en urgence afin que justice soit rendue et qu’un terme soit mis à «une mascarade» de plus en plus dénoncée par l’ensemble du personnel et des actionnaires du groupe. «Nous rappelons que le syndicat majoritaire a soutenu nos requêtes devant la Cour d’appel par son intervention volontaire. Nous demandons donc à cette Cour d’organiser urgemment une audience pour se pencher sur ces requêtes qui visent la suspension des mesures absurdes et expéditives prises à la hâte pour liquider le groupe, et daccorder à ce dernier le droit de gérer, avec son personnel, son avenir dans le cadre du plan de relance qui lui a été remis», soulignent les membres du Conseil d’administration qui se demandent, non sans accuser un climat de xénophobie qui viserait son personnel marocain, ce qui entrave l’examen par la justice de leurs requêtes urgentes.

S’il rend les pouvoirs publics responsables de leur sécurité, Satram-EGCA rappelle que cette société est le fruit d’une coopération et d’une solidarité datant de plus de 50 ans entre les peuples gabonais et marocains. Raison pour laquelle une cellule de crise a été mise en place, tant au Gabon qu’au Maroc, pour remédier à cette situation qu’ils jugent «absurde» et qui ressemble, selon eux «plus à un holdup up d’un groupe citoyen déguisé en redressement judiciaire où les conflits d’intérêt, la suspicion, les règlements de comptes, font bon ménage».

 
 

38 Commentaires

  1. Antoine-Hug MBA OBIANG dit :

    Bravo Gabon Review pour la qualité de votre reportage sur SATRAM-EGCA, la balle est maintenant dans le camps des inspecteurs de la justice, qui vont découvrir les pots de roses du couple Rita la juge, complaisante et Edo le voyou rappasse. Au nom de la sauvegarde de la classe ouvrière SATRAM-EGCA et son personnel sont victimes de cette mafia qui fonctionnait déjà du temps du Prisonnier Mamba Ait Ben Ali

  2. willi arnauld MBOU dit :

    Quelle histoire de voyou ?!…. Impressionnant «une justice qui condamne le 2eme employeur du Pays après l’état à un redressement judiciaire spécialement conçue pour déposséder le groupe de ses biens et mettre le personnel dans la rue, le tout sous l’œil du syndic concubin de Mme la présidente du tribunal de port Gentil qui a rendu l’ordonnance de Mise à mort du groupe historique SATRAM-EGCA, pauvre pays de droit….

  3. Guy serge Obiang dit :

    Un Scandale un vrai scandale des voyous, des voyous…. et personne ne bouge pour rendre au groupe SATRAM-EGCA ses droits sous prétexte que la justice et les greffiers sont en grève ..
    Quelle injustice pour les investisseurs et les travailleurs

  4. Eric Mbongo dit :

    Employé chez SATRAM depuis 11 ans je trouve votre article très très juste, vous avez oublié d’ajouter au concubin syndic voyou …le neveu de la même présidente le nommé Emmery bras droit du syndicat toute la famille de celle qui a rendue ce jugement scandaleux se trouve à la tète du groupe SATRAM pour le voler un vrai hold-up judicaire

  5. MBIRE dit :

    C’est du n’importe quoi..Maitre EDO n’a pas besoin d’argent de SATRAM pour vivre aisément. c’est un homme intègre et digne. ne le mélangez pas dans vos magouilles. ce pays n’aime pas les compétents. Est ce que c’est lui qui était le DG de SATRAM? il vous aide à sortir du gouffre, à la fin c’est comme que vous le remerciez…c’est la sorcellerie..

    • Junior dit :

      EDO RUFFIN DUBERNARD n’est pas nommé par hasard, son parachuttage ne pouvait être que le fruit d’une manigance du TRIO WORA DONALD ET EMMERY tous complices de l’ancien DG AIT BEN ALI, EDO RUFFIN est à SATRAM pour dissimuler les preuves des crimes financiers colis et d’emmener tout droit à la liquidation SATRAM EGCA. Que le bon Dieu vienne en aide de tous les salariés et que justice soit rapidement rendue avant le carnage…..

    • atsame dit :

      Merci MR MBIRE, ils seront tous surpris par la vérité

      Vous pensez Mme que le plus important dans le dossier SATRAM c’est Maitre EDO, alors la vous vous trompez royalement. Maitre EDO n’est en rien impliqué dans l’affaire SATRAM et vous le saurez bientot.
      Nombreux seront décus de savoir qui il est réellement.
      Allez donc sur le site de Mediapart : http://www.mediapart.fr et vous comprendrez beaucoup de choses.https://blogs.mediapart.fr/amdb/blog/060618/affaire-satram-soupcons-de-corruption-sur-le-sulfureux-jean-pierre-oyiba

      LA VERITE ARRIVE TOUJOURS PAR LES ESCALIERS ET LE MENSONGE PRENANT
      TOUJOURS L ASCENCEUR.

  6. Antoine Mbouga dit :

    Tant que les syndicats ont rejoints les propriétaires de SATRAM-EGCA, il est ou le plaignant, ?? Bizare …Bizare !!! le monde à l’envers, Rendez SATRAM à ces propriétaires sans manœuvres dilatoire !!!!
    Ali Bongo !!! il faut intervenir pour sauver la face de ta justice pourrie

  7. Tlamçani dit :

    Nous sommes un groupe des personnel de SATRAM Marine Maroc, nous soutenons sans limite le PCA Moustapha Aziz et son DG SAID ZNAKI un homme de grande valeur et nous demandons aux hautes autorités Marocaines d’intervenir énergiquement pour mettre fin à cette mascarade
    Notre relation avec le Gabon est historique, et profonde et le président Ali BONGO doit agir vite et continuer sans relâche son opération « MAMBA » et mettre Ruffin le Syndic à coté de Ait Ben Ali non à la tête de SATRAL-EGCA
    Que Dieu vous bénisse et vous protège monsieur le président vous êtes le président et vous le seriez malgré vos détracteurs, qui agissent aussi au sein de SATRAM – EGCA
    Pour information l’avocat de vos détracteurs au sein de SATRAM -EGCA est le même avocat de Johne Ping quelle coïncidence et quel Hazard

    • LeGambanais dit :

      Marocains verreux et domage c est ce que je finis par garder comme image de vous.
      Incompetence notoire et management caverneux.

      Satram marine Marine ou est donc passé l investissement fait par Satram Gabon pour le redressement de votre structure au Maroc

      • Hassan Hilal dit :

        Depuis que les petits voyous ont été chassés de l’administration de SATRAM MAROC et ses filiale, les employers sont payés à temps, les dettes payées les fournisseurs aussi et les affaires prospèrent, car au Maroc on n’a pas une juge qui concubine avec un syndic et qui prennent des décisions à l encontre des intérêt des employers.
        on vient pas comme ça et on met une ai grande structure en redressement sans se soucier des employer, et puis fuire sous la couverture des grèves pour ne pas respecter la loi qui donne le droit de faire appel

    • Gaboma2 dit :

      Franchement serieux, aziz et said ce sont des escros les gars viennent hier et ils veulent deposeder les pauvres heritier ce sont eux qui ont mis satram egca a terre.
      Avec leurs tranferts d’argent par centaines de millions.
      Au gabon comme au maroc la justice a un prix et ça malheureusement
      Les escros le savent.
      En tout cas ta reponse ressemble a un recit hypocryte et fauuuuux tres tres faux je dirai meme c azziz ou said ki a ecrit ça il manquait a la fin ” vive le roi” hahaha

  8. Mayore dit :

    Super a très bientôt la victoire des salaries sur le Syndic voyaux

  9. Shanny dit :

    comment nommer un Syndic sans vérifier son historique et sa capacité de mener à bien sa mission???comment une présidente de tribunal peut-elle tomber si bas???

  10. LeGambanais dit :

    C est le voleur qui vient crier qu il est spolié.

    Juste quelques questions avant de revenir en details sur certaines abérations avancées ici.

    Après l arrestation de sir Ait Ben Ali combien de DG sont passés à la tete du groupe?

    1er: Nkoulou Khalid, sujet marocain qui avait ete jete de satram par le feu Lahcen, pour detourments. Il a recu en 2017 plus de 13 milliards du conflit Satram Addax. Ou est passé cet argent?

    2eme: Ait Idha, sujet marocain et neuveu du feu Lahcen. Il a ete ejecté de satram par son propre oncle pour detournements et affaires douteuses. Il a recu plus de 3 milliards du conflit Satram Addax. Ou est passe l argent?

    3eme: Znaki Said, sujet marocain qui avait ete chassé par feu Lahcen pour detournements au magasin. Il a percu plus de 2 milliards des differentes entrees. Ou est passe l’ argent?

    Bizarement ces 3 DG ont ete nommés par le fameux PCA, qui recevait au maroc toutes les entrees de satram via le compte d un huissier de justice.

    Qui vole qui dans tout ca? Au finish, ceux sont les employés qui payent un lourd tribu dans cette histoire de vol organisé par les fameux proprietaires.

    Quand on ne sait ce qui se passe quelque part, il est inutile de venir ici jouer les savants connaisseurs.

    Comme le dit un vieux proverbe de chez nous: un aveugle ne pas parler des histoires de chasse.

    • Eric Mbongo dit :

      Depuis son arrivé le PCA mène une guerre sans arrêt contre les voyous de “l’ancien régime” clan Benali et Enfants maudits du défunt Lahcen, ils n’ont pas arrêté de mettre les battons dans les roues pour permettre à SATRAM-EGCA de se remettre, comme il a fait avec les filiales Marocaines
      la différence c’est qu au Maroc la justice n’est pas corrompu comme au Gabon, le PCA a vite nettoyé la structure et elle se porte bien
      par contre ce qu on voit au Gabon c’est une Mafia qui essaie d’empêcher cette administration de réussir, via des méthode de mafieux

  11. Day T. dit :

    Le Gabonais connaît très bien la société. Ce commentaire est juste. Plus rien à dire. Il semble que celui qui avait la capacité de gérer SATRAM-EGCA est celui qui croupit en prison Tous ses successeurs des vrais incapables. Que de résoudre les problèmes des sociétés ils se sont lancés dans les règlements de compte et le détournement. L affaire Addax est le résultat du travail des équipes de Monsieur AIT BEN ALI, aucun actionnaire ne l a remercie pour cela.
    Et le Syndicat, et les actionnaires, vous ferez bien de soutenir l action des syndics. À quel moment pensez vous déployer votre plan d urgence ?
    Voulez vous parler de la création de Sarah ? Voulez vous parler de l achat de Drapor ?

  12. Day T. dit :

    Aussi, la justice n a pas desaisi les actionnaires de leur entreprise, elle a remis en cause le conseil d administration fictif qui nommait sAid DG. Si tant est la résolution des pourquoi ne pas revenir aux nominations avant ce jugement ? Mais comme cette solution n arrange pas les prédateurs, il faut remuer ciel et terre pour débuter la justice.

  13. Frank Satram dit :

    À celui qui se cache derrière le nom le Gambanais Et qui est ni autre que le fameux voyous Emery DRH et ne veut de la présidente du tribunal Rita qui a nommé son concubin Edo comme syndic de Satram..
    Mon dieu ce voyou, incompétent est corrompu qui a constitué un trio ( syndic Edo, Emery DRH,et Donald DAF)trois mousquetaires qui touchent à eux seuls par mois 18 millions pour les deux et presque 50 millions pour le syndic,et il faut leur ajouter Andrè WORRA ancien juge qui magouille avec les créanciers en touchant des sommes énormes comme commission contre là non opposition a leur créances
    Voilà les vrais compétents dons le Gambanais parle….Compétents dans le vol, le détournement, la bassesse et la magouille à tous les niveaux.

  14. Gaston justice dit :

    Bien dit Franck: À celui qui se fait passer par DayT. Qui n’est autre que Donald le DAF nommé par le syndic Edo, et le complice de Emery le neveu de la présidente du tribunal Rita qui a nommé son concubin syndicat.
    Arrêtons cette mascarade nous vous connaissons très bien et le collectif se prépare à vous poursuivre pour vol, détournement et abus de biens sociaux et autres crimes. Raison de plus vous défendez Ait Ben Ali chantre de l’opération Mamba,qui voulez-vous qu’on remercie pour ces crimes.
    Nous savons que vous avez fait disparaître beaucoup de documents décisifs pour l’enquête Mamba vous êtes complice Ait Ben Ali….Avis aux enquêteurs.

  15. MBA MBA dit :

    Surpris de vos commentaires “Day T” et “LeGambanais”….vous avez oublié que ben ali et sa gang de 40 voleurs qui ont détourné des milliards et qui ont mis le CAO dans notre société et vous venez maintenant nous donner des leçons …. je sais que vous n’avez pas oublié et peut être même vous étiez acteurs…. pitié de notre patrimoine SATRAM… je sais que la disparition de SATRAM par une liquidation judiciaire va sauver la peau de tous ceux qui ont participer à ce carnage…mais nous faisons confiance au président de la république, à la justice de notre pays et à tous les pouvoirs publics pour mettre derrière les barreaux les 40 voleurs qui continuent à gambader dans les champs de SATRAM libre de toute poursuite…Mes camardes, l’interpellation de ce EDO n ‘est qu’un départ….Louange et Adoration au DIEU TOUT-PUISSANT, PERE LAHCEN dort en paix…

    • Day T. dit :

      Quand on sait pas on ne parle pas. Avez vous des retards de paiement quand Monsieur AIT BEN ALI était la ? Était il nécessaire ou envisagé sous cet homme, malgré la crise, un redressement judiciaire qui une humiliation pour une entreprise ?

  16. Edo pierre dit :

    Mobilisation totale a SATRAM-ECGA pour chasser les usurpateurs au nom d’une Justice expéditive.
    Demander à Maitre Helela ancien 1er président de la cour d’appel de Port-gentil et actuel directeur générales des affaires criminelles au ministère de la justice à Libreville
    -Pourquoi il a chassé Edo RUFFIN De Port-Gentil, il lui a interdit d’agir sur ce territoire. Pourquoi…. pourquoi..
    SATRAM-ECGA est victime d’un complot ourdi par les complices de AIT Ben Ali et complices à sans famille « Magloire, Etienne et Kapito » Edo a préparé la vie à son ex-concubine et à son neveux pour accomplir la besogne.
    Voilà toute l’histoire macabre pour camoufler les preuves à l’opération Mamba…WORRA était le juriste préféré de Ait Ben Ali, comme Edo était le financier préféré de Maglaoire.

    • atsame dit :

      Vous etes foncierement mechants et de surcroit, vous osez emprunter le nom du défunt père de Maitre EDO pour écrire vos inssanités. Eh oui, le père de Maitre EDO s’appelait bien EDO PIERRE . Comme vous pouvez etre ignoble.
      Heureusement il y a un bon dieu.
      Vous saurez la vérité bientot
      Vous pensez Mme que le plus important dans le dossier SATRAM c’est Maitre EDO, alors la vous vous trompez royalement. Maitre EDO n’est en rien impliqué dans l’affaire SATRAM et vous le saurez bientot.
      Nombreux seront décus de savoir qui il est réellement.
      Allez donc sur le site de Mediapart : http://www.mediapart.fr et vous comprendrez beaucoup de choses.https://blogs.mediapart.fr/amdb/blog/060618/affaire-satram-soupcons-de-corruption-sur-le-sulfureux-jean-pierre-oyiba

      LA VERITE ARRIVE TOUJOURS PAR LES ESCALIERS ET LE MENSONGE PRENANT
      TOUJOURS L ASCENCEUR.

    • ADA dit :

      Mr
      Tout se paye ici bas.
      Mr EDO que vous ne connaissez meme pas et salissez vous prouveras un de ces jours que LE BON DIEU EXISTE.
      Dommage vous etes loin de la réalité, Maitre EDO en plus de 20 ans de carrière est un homme ontégre. Vopus le saurez à son retour.
      Bonne chance à vous ses détraqueur, la verité est loin de vous.

  17. Day T. dit :

    Quand on sait pas on ne parle pas. Avez vous des retards de paiement quand Monsieur AIT BEN ALI était la ? Était il nécessaire ou envisagé sous cet homme, malgré la crise, un redressement judiciaire qui une humiliation pour une entreprise ?

  18. Day T. dit :

    3 Directeurs en un an, Monsieur Ait Ben Ali emprisonné juste la veille du paiement d Addax, ça ne vous laisse pas interrogatif ? Employés de Sa tram et Egca, celui qui prenait soin de vous est en prison, celui qui se battait pour la pérennisation de l oeuvre de Monsieur Jakhoukh, Monsieur Ali, peut être aussi Monsieur Magouindi, paix à l heure âme, est est emprisonné. Le Syndic vient mettre un peu d ordre dans ce cafouillage managérial. Il faut le soutenir.
    La délation, la diffamation sont des oeuvres des manipulateurs.

  19. La douleur dit :

    Tout le personnel de satram est comptable de cette situation
    ou se trouve la drague de satram en ce moment ,qui a pris la decision de l’envoyer à tchengué pour extraire le sable ,est-elle en location,laissé les juge faire leur travail ,au gabon chaque fois que la tirelire est bloquée et qu’on ne peut plus se servir comme par le passé on accuse les autres qui vous empeche de piller ,la mauvaise fois du gabonais, .Le pays à changer il est temps de mettre les voleurs en prison .D’un autre coté il faut surveiller toute les personnes qui prenent des decision au Gabon voilà

  20. Odin Rody dit :

    Ce syndic voyaux chapotés par une bande d’escrocs doit être viré , impossible de continuer comme ça il faut attraper ce trio et les condamner pour pouvoir réussir l’administration de SATRAM ECGA

  21. Gaston justice dit :

    Pour les gens qui essaie de détourner l’attention en avançant que ce Syndic voyou Edo après mois de salaire ou de frais personnel, Nous précisons que cet usurpateur connu dans tous les milieux mafieux N’a fait q’utiliser les sommes laissées par l’actuel direction générale pour commencer à mettre en avant son plan de relance. Il s’agit en effet de plus de quatre milliards déjà pris en grande partie ou dans les tuyaux. En ce même moment la mafia que ce sindyc a mis en place  « Emery, Donald, WORRA et leurs sbires » Sont en train de liquider les biens de la société pour s’enrichir personnellement.
    Il paierons ça très cher une fois le rétablissement de la vérité de l’ordre, la justice et de notre légitimité »
    Alors Il rejoindra Ben ali qu’ils défendent de tout leur cœur Corps et ame

  22. Axelle MBALLA dit :

    Toujours le Gabon est son injustice rampante. Alors qu’il était à deux doigts de sortir Africa N°1 définitivement de l’incompétence de l’Etat Gabonais et du vol familial et amical érigé en mode de gestion, l’inamovible Sécrétoire du comité de privatisation qui est la main armée du pillage de la spoliation des entreprises publiques a activé l’ensemble de ses réseaux tentaculaires au sein de la justice et de la police pour une inexpliquée prison de Maître MOUSSADJI (sans condamnation, sans jugement). Et Africa N°1? Sept cent fois plus détruite que pendant la transition de Maître MOUSSADJI. Toujours deux poids, deux mesures!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW