Port-Gentil a donné la réplique à Libreville, où les agents de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) réunis au sein du Syndicat national des travailleurs du secteur de l’eau et de l’électricité (Syntee+), sont entrés en grève générale illimitée le 17 janvier.

Les agents SEEG de Port-Gentil, membres du Syntee+, sont en grève générale illimitée depuis le 17 janvier 2018. © D.R.

 

Comme à Libreville le 17 janvier, le Syndicat national des travailleurs du secteur de l’eau et de l’électricité (Syntee+) a étendu sa grève générale illimitée à l’antenne de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) de Port-Gentil. Le mouvement d’humeur découle du préavis de grève entre le 6 et 17 décembre 2018, et dont la principale réclamation était la prise en compte du ticket modérateur des agents de la SEEG.

«Cela fait quasiment deux semaines que nous sommes en réunion avec le bureau directeur dirigé par Thuriaf Allogo. Et celui-ci balaie du revers de la main notre principale revendication», a regretté le vice-président du Syntee+. «Nous sommes venus à la base savoir la conduite à tenir et le bureau exécutif du Syntee+ a décidé de rentrer en grève illimitée. Notre souhait est que la direction générale prenne en compte cette revendication que nous estimons cruciale pour la santé des employés que nous sommes», a affirmé Armand Bissielou.

Lors de son assemblée générale du 15 janvier à Libreville, le Syntee+ assuré qu’un service minimum sera assuré de 07h30 à 12h30. Ce fléchissement ne concerne cependant que les caisses de la capitale. «A l’intérieur du pays, une seule caisse par localité sera ouverte aux mêmes heures», a conclu le Syntee+.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW