Décédé le 1er février des suites d’une longue maladie, l’ancien questeur du Bureau du Sénat, élu du département de la Lombo-Bouenguidi, a reçu, mercredi 12 février, un dernier hommage de ses collègues du palais Omar Bongo Ondimba à Libreville avant son départ pour Pana, sa ville natale.

Gabriel N’Gosso a reçu, le 12 février 2020, un dernier hommage de ses collègues du palais Omar Bongo Ondimba à Libreville. © Gabonreview

 

Premier questeur du Bureau du Sénat de 2009 à 2015, sénateur de la 4e législature, Gabriel N’Gosso s’est éteint le 1er février 2020 à l’âge de 77 ans. L’élu du département de la Lombo-Bouenguidi, dans la province de l’Ogooué-Lolo, a reçu un dernier hommage de ses collègues, mercredi. D’autres institutions, à l’instar du gouvernement, de l’Assemblée nationale, de la Cour constitutionnelle et du Conseil économique, social et environnemental, se sont jointes à cette cérémonie au palais Omar Bongo Ondimba à Libreville.

Pour le compte du groupe parlementaire du Parti démocratique gabonais (PDG) au Sénat, dont il est le secrétaire, le vénérable Eli Ngoungourou a dit garder le souvenir d’un «rassembleur», «travailleur sans égal», «homme sans histoire, discret et affable». Pour le parti au pouvoir, il s’agit incontestablement d’une perte, y compris pour le pays.

Ce même sentiment de perte, Lucie Milebou-Mboussou l’a également exprimé dans son éloge funèbre. La présidente du Sénat garde pour sa part le souvenir d’un homme courageux, alors même qu’il était à l’article de la mort. «Il est juste de rappeler la dernière et douloureuse bataille qu’il a menée courageusement ces dernières années contre la maladie. En dépit des souffrances qui le minaient, il n’a cessé de nous donner l’exemplarité au travail», a-t-elle déclaré, assurant que Gabriel N’Gosso a été de ceux «qui laissent leur empreinte dans la mémoire collective».

«Notre peine est grande», a exprimé la patronne du palais Omar Bongo Ondimba, non sans vanter «la richesse et la fécondité» de la «carrière plurielle» de Gabriel N’Gosso, «qui l’aura conduit de la blouse blanche à l’écharpe de la République».

Infirmier de profession, Gabriel N’Gosso est né le 1er janvier 1943 à Pana, où il sera inhumé le vendredi 14 février prochain. Officier de l’Étoile équatoriale, il a été fait Commandeur du Mérite gabonais à titre posthume.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW