Conduite par Juan Gomez, l’émission «Appels sur l’actualité» du 17 janvier sur Radio France internationale (RFI) portait sur la présence d’Ali Bongo à la prestation de serment du gouvernement le 15 janvier. Pour le gouvernement, cette présence met fin à la polémique autour de sa capacité à diriger le Gabon. Si certains Gabonais émettent toujours des doutes, les opposants exigent des autorités la déclaration de la vacance de pouvoir. Morceaux choisis des différentes interventions.

Juan Gomez animateur présentateur de l’émission Appels sur l’actualité dans le studio. © D.R.

 

Sandigui, Guinée Conakry

«Ali Bongo doit avoir le courage de démissionner afin de s’occuper de sa santé. Car, on ne peut gouverner un pays en convalescence à l’étranger (…)».

Rachid, Facebook

«Tout ce scenario : apparition publique, les allers-retours Maroc-Gabon puis Maroc n’ont pas l’air naturel. On sent dans toutes ces actions comme une volonté de forcer l’opinion publique à croire en quelque chose qui n’existe pas (…). Cette prestation de serment ne rassure pas(…), c’est une mise en scène trompeuse et une mascarade»

Justin, Libreville

«La présence d’Ali Bongo à la cérémonie de prestation de serment est un acte de bravoure de haute volée (…). Un accident vasculaire cérébral deux mois plus tôt et que les gens vous revoient, il faut le faire et le président Ali Bongo a sacrifié son intégrité physique pour venir à Libreville afin de respecter les exigences constitutionnelles, recevoir le serment du gouvernement et repartir(…). Les choses qui sont dites autour de ce débat doivent cesser. L’essentiel est que le président a nommé un gouvernement, la République est en marche. Là doit se concentrer l’essentiel des opinions des Gabonais. La cérémonie n’a pas été diffusée en direct parce que nous sommes africains, bantus, on respecte certaines valeurs à l’endroit du chef. On ne voit pas le chef affaibli».

Didier, Facebook

«On aurait voulu voir les images du président entrant dans la salle où se tenait la cérémonie car sur la vidéo diffusée, il ressemble à une statue avec des mouvements commandés»

David, Libreville

«Le débat est clos. Ali Bongo est bien en vie et a repris ses fonctions à la tête du pays. Le reste c’est de la diversion habituelle des réseaux sociaux»

Francis, Libreville

«La polémique est bien justifiée. Ce qui se fait au Gabon est inédit. Du jamais vu dans l’histoire de la République. Ali Bongo a quitté le Gabon par la grande porte et il rentre dans son pays par la fenêtre. Personne ne l’a vu à l‘aéroport, c’est inédit (…). Les Gabonais veulent voir le président (…). Il faut que le Maroc arrête ce qu’il fait. C’est très dangereux, parce que leurs intérêts sont en jeu. Ils jouent avec nous. Nous voulons de la vérité, Ali Bongo n’est plus apte. C’est évident, il y a vacance de pouvoir. Il faut que les autorités aient le courage de le dire. On va aux élections et qu’on en termine».

Mustapha, Port-Gentil

«La polémique est parfaitement justifiée sur les mise en scène organisée par le système PDG et le gouvernement. Nous vivons une situation dramatique, ils font exprès de ne pas déclarer la vacance de pouvoir on devrait la déclarer mais nous sommes dans le flou entretenu par le système»

Propos retranscris par Jean-Thimothé Kanganga

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW