Vivement attendu par la critique, le public et les professionnels du secteur, le premier film de l’humoriste et acteur Serge Abessolo en tant que producteur s’avère plutôt bien réussi pour un coup d’essai.

Serge Abessolo (micro), au terme de la première projection du film à Libreville. © Gabonreview

 

C’était un coup d’essai reposant sur le désir de conter une histoire intime. Dès la projection du film en avant-première à Libreville, le 5 janvier, «Si près…si loin» a plutôt fait bon effet. Les professionnels du secteur, acteurs et réalisateurs notamment, n’en disent que du bien. Certains d’entre eux, sous le couvert de l’anonymat, n’ont pas moins relevé quelques «problèmes d’accords, de balance des blancs et de point». Bref, des légers manquements et un jargon technique sur lesquels n’a pas semblé s’appesantir le public venu nombreux à l’Institut français du Gabon (IFG) de Libreville pendant les jours de projection. Venu pour découvrir l’œuvre de Serge Abessolo en tant que producteur, le public s’est d’abord intéressé à l’histoire que raconte le film :

Moments de la projection en avant-première mondiale de «Si près…si loin», le 5 janvier 2019. © Gabonreview

«A la mort de ses parents, Clemenceau [joué par Alexandre Awassi], un jeune étudiant brillant à l’avenir tracé, est accueilli par la famille de Celia [Aïsha Yamav]. Tout se déroule bien. Celia, belle lycéenne, est elle aussi heureuse d’être en compagnie de ce dernier. En effet, elle est secrètement amoureuse de celui-ci, mais n’arrive pas à le lui dire. Clemenceau lui, la perçoit juste comme une petite sœur. La vie se déroule paisiblement ainsi jusqu’à l’arrivée de Matho [la camerounaise Blanche Bana], une jeune et belle fille aux allures modernes qui ne laissera personne indiffèrent dans la ville de Mayumba et …surtout pas Clemenceau.»

La suite de l’histoire est faite de nombreux rebondissements, entre événements tragiques et scènes cocasses. Le film dont le scénario a été écrit par John Franck Ondo et réalisé par Saturnin Ayenouet a vu la participation de grands noms du cinéma gabonais, à l’instar du comédien Michel Ndaot.

Dans la foulée du suspense qui ne manque pas dans le film, les téléspectateurs découvriront un Serge Abessolo, tantôt père aimant tantôt responsable d’entreprise soumis et parfois sévère vis-à-vis de son unique fille, dont l’existence est faite de hauts et de bas.

La dernière projection de «Si près…si loin» à Libreville est prévue ce mardi 15 janvier à l’IFG. Le film devrait être accueilli dans d’autres villes du Gabon ainsi qu’à l’extérieur du pays. De belles surprises attendent le public qui effectuera le déplacement.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW